Un ballon soigneusement lavé à l’eau savonneuse et des mains lavées à la même eau savonneuse ou passées au désinfectant peuvent-ils transmettre le virus, se demande l'auteur de cette lettre.
Un ballon soigneusement lavé à l’eau savonneuse et des mains lavées à la même eau savonneuse ou passées au désinfectant peuvent-ils transmettre le virus, se demande l'auteur de cette lettre.

Bouger… en dehors du cadre

OPINION / La crise actuelle peut faire un nombre important de victimes collatérales de tous âges en limitant les activités habituelles des citoyens. De belles initiatives technologiques ont été déployées mais les interactions technologiques ne remplacent pas les contacts interpersonnels.

À cause de mes intérêts personnels, j’ai été à moitié heureux d’entendre que la pratique de certains sports (assez restrictifs) était maintenant permise. Heureusement, plusieurs personnes avaient compris que le message de Monsieur Legault en début de confinement «Sortez prendre une marche» pouvait être étendu à «Sortez vos vélos» ou «Mettez vos espadrilles de jogging»… tout en respectant la distanciation sociale.

La pédagogie de Monsieur Legault a fait ses effets, les gens respectent les nouvelles normes lorsqu’ils croisent des amis dans la rue. Il a dit nous faire confiance parce que nous nous sommes montrés responsables. Je l’invite donc à prolonger l’annonce de la ministre Charest et à penser les activités physiques et sportives… en dehors du cadre.

N’en déplaise au ministre Roberge, les adolescents sont devenus des rouages importants d’une économie qui cherche à se remettre en marche. Merci à tous ceux-ci qui travaillent dans les épiceries, les dépanneurs ou dans tout autre service essentiel et merci à ces ados qui gardent des plus jeunes pendant que les parents reprennent un rythme de travail qui ne sera plus le même; le ministre Lacombe a confirmé que les services de garde ne peuvent accueillir que 30 % des enfants. Mais les ados ont besoin de bouger, de socialiser, de retrouver leurs amis et de faire partie de quelque chose.

Éclairez-moi: un ballon soigneusement lavé à l’eau savonneuse et des mains lavées à la même eau savonneuse ou passées au désinfectant peuvent-ils transmettre le virus?

Si la réponse est non, permettez aux entraîneurs de divers sports d’équipe de réunir leurs groupes d’athlètes et faites-leur confiance pour qu’ils les fassent pratiquer des facettes de leur sport tout en respectant la distance de six pieds l’un de l’autre. Je n’y connais rien mais on peut sûrement travailler les manipulations de ballon, les déplacements et les échanges de ballon sans toutefois se rapprocher. Les entraîneurs sont créatifs et ils savent maintenir l’ordre au sein de leur groupe.

Chaque ado apporte son propre équipement, son ballon, sa bouteille d’eau, sa bouteille de désinfectant et l’entraîneur qui accorde habituellement une pause pour boire y inclura une pause «désinfection des mains». Pour le hockey et le patinage artistique, les jeunes revêtent leur équipement à la maison et enfilent leurs patins à l’aréna, à l’extérieur des vestiaires et à six pieds de leurs partenaires d’entraînement. Pensons hors du cadre habituel.

Ainsi, les ados bougent, retrouvent leurs amis et du même coup le sourire, et font la preuve qu’ils peuvent intégrer les nouvelles consignes jusqu’à ce que la Direction de la santé publique fasse une recommandation favorable à la mise en œuvre de l’opposition donc du rapprochement avec l’adversaire.

Je suis personnellement trop vieux pour profiter de ces activités, je me contenterai d’aller prendre l’air sur mon vélo. Toutefois, je ne peux m’empêcher de penser que si des professeurs peuvent enseigner des nouvelles consignes sanitaires à leurs élèves de niveau primaire, des entraîneurs sportifs peuvent également inculquer de nouvelles consignes sociales tout en laissant les ados reprendre une partie de leur vie.

Michel Morin

Trois-Rivières