Bas-du-Cap: j’ai bon espoir qu’il y ait une réelle volonté politique

L’auteure, Sabrina Roy, est conseillère municipale du district de la Madeleine à Trois-Rivières. Elle réagit ici à l’éditorial de Martin Francoeur intitulé «Le bas du Cap: un enjeu majeur», publié dans notre édition du mercredi 27 mars.

Tout d’abord je suis heureuse de constater que le Bas-du-Cap est devenu encore une fois un important enjeu électoral… Étant de nature positive, j’ai d’ailleurs bon espoir qu’il y ait une réelle volonté politique de faire enfin bouger les choses dans ce secteur qui en a grandement besoin et qui détient énormément de potentiel.

Bien évidemment, de bons montants d’argent auraient dû être investis dans ce secteur depuis les fusions municipales, ce qui n’a malheureusement pas été fait, question de priorités à l’époque, je présume. Nous ne pouvons refaire le passé mais nous pouvons nous tourner vers le présent et surtout le futur.

Je veux d’ailleurs donner ici de plus amples informations concernant le comité Action Bas-du-Cap ainsi que la consultation Vision Bas-du-Cap qui a eu lieu le 26 mars dernier. Ce que les gens perçoivent, c’est que ce comité existe depuis peu et qu’il a fallu plusieurs années pour qu’il y ait une consultation et surtout des actions dans ce sens. Mais la réalité est tout autre…

Bien entendu, je parlerai ici de ce qui s’est fait depuis mon élection en 2013. Deux consultations citoyennes ont été réalisées par le comité Quartiers-vie (une table de concertation qui réunit plusieurs organismes et des élus), une en 2013 et une autre en 2017. De ces consultations sont nés deux plans d’actions distincts dont plusieurs actions de revitalisation ont été réalisées au cours des dernières années.

Mais une volonté politique et du milieu était présente pour aller beaucoup plus loin; un comité s’est formé avec des commerçants, des organismes du secteur et des élus, d’où est né le comité Action Bas-du-Cap. Peu de temps après sont venus se greffer Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières, Culture Trois-Rivières, la Ville et des citoyens. Je remercie d’ailleurs tous ces acteurs qui ont chacun un rôle important à jouer dans la revitalisation de ce secteur.

Plusieurs actions de revitalisation furent entreprises depuis 2013 certes, mais je suis bien d’accord qu’il faut aller beaucoup plus loin et qu’il y ait une réelle volonté du conseil municipal d’y investir des sommes importantes afin de lui redonner ses lettres de noblesse ainsi que de redonner à ses citoyens la fierté d’y vivre. Bien sûr il faut comprendre qu’il fut difficile de tenir un secteur comme celui-ci à bout de bras quand les priorités de la Ville étaient ailleurs dans le passé, mais j’ai bon espoir que les choses bougent de plus en plus car tout cela s’inscrit dans la Vison 2030 de la Ville de Trois-Rivières.

Soyez assurés que beaucoup de gens ont à cœur le Bas-du-Cap et travaillent fort afin que de beaux projets y voient le jour. ll est aussi primordial de changer notre perception face à ce secteur, il faut voir le positif des actions qui y sont faites, les véhiculer que ce soit par les médias ou par le bouche à oreilles et les encourager. De cette manière, notre sentiment de fierté s’intensifiera et l’image de ce secteur changera pour le mieux. Je conclurai en vous disant de rester à l’affût car de belles annonces auront lieu dans les prochaines semaines…