Avec espoir

OPINIONS / Je suis Carmen Perron, née le 19 mai 1939. Je sais, je ne suis plus très jeune, mais j’ai pourtant encore beaucoup de capacités intellectuelles et motrices.

En temps normal je suis inscrite (quatre fois semaine) pour faire de l’entraînement, autant musculaire que cardiaque. Cela aide ma concentration et mon équilibre physique et mental.

Je dis en temps normal car présentement, je vis comme vous une période sans précédent et très difficile. Une pandémie met en danger de mort surtout les personnes de mon âge. Comme il n’y a aucun remède contre le virus COVID-19, la seule façon de s’en protéger est de s’isoler. Nous ne devons pas être en contact avec quelqu’un de contagieux.

Notre ennemi est invisible et très sournois. Les gens infectés ne le savent pas eux-mêmes avant l’apparition des premiers symptômes. C’est pourtant avant ce moment qu’ils peuvent répandre la maladie à leurs proches et à leurs connaissances.

Comme j’ai une bonne hygiène de vie et semble posséder un système immunitaire relativement bon, je m’isole espérant passer à travers. J’attends que la tempête virale s’essouffle.

Avec le printemps et le beau soleil qui nous réchauffe, je regarde l’avenir avec espoir et je reste sur mes gardes.

À bientôt, de la part d’une mémé qui veut vivre encore longtemps.

Carmen Perron

Trois-Rivières