Aucun compromis

Lorsque le projet d’assainissement des eaux au Lac-à-la-Tortue nous fut présenté en février 2016, il fut mentionné que le but principal du projet était «la protection de notre lac» en conformité aux normes de l’environnement.

Les travaux ont débuté en 2017 et depuis ce temps nous subissons, et c’est peu dire, les très grands inconvénients de ces travaux majeurs. Nous subissons, c’est le mot, car si on discute d’un problème avec l’agent contractuel, on nous dit que le consultant n’a pas communiqué les informations et les plans, si on parle au consultant, on nous dit que l’agent contractuel n’est pas à l’écoute et si on discute avec la Ville de Shawinigan, on nous dit que nous devons discuter avec le consultant qui s’occupe des travaux.

Fin 2017, le consultant nous a contactés, au nom de la Ville, pour que nous donnions à celle-ci une servitude pour installer un ponceau sur un bout de terrain nous appartenant. Le but de cette servitude était l’installation d’un ponceau pour rejeter les eaux pluviales contaminées du chemin de la Vigilance. Avant d’approuver l’entente, il fut convenu à ce moment-là, plans et signature du consultant à l’appui, que des puits d’infiltration seraient installés «obligatoirement» pour empêcher le rejet des eaux pluviales directement dans le lac.

Les plans semblent avoir été changés, sans avis, afin de remplacer les puits d’infiltration par rien, soit des grilles de 12 pouces sur des conduits de 12 pouces menant l’eau pluviale directement au lac sans bassins de décantation.

Ces mesures sont anti-environnementales et ne devraient pas être permises. Si la Ville voulait protéger le lac, elle manque à ses devoirs. De plus, on nous a informés qu’il y avait présentement une cinquantaine de ponceaux déjà installés autour du lac et aucun de ces 50 ponceaux n’est équipé de puits d’infiltration empêchant le déversement d’eaux pluviales contaminées directement dans le lac. Malgré de nombreuses plaintes de résidents, il semblerait que la Ville et le ministère de l’Environnement ont été avisés et approuvent la démarche.

Je ne comprends pas pourquoi la Ville, le consultant et même l’agent contractuel peuvent se permettre un non-respect des normes environnementales. Le ministère de l’environnement est-il vraiment au courant? Si oui je ne comprends pas, si non il devrait s’en mêler et nous aider à protéger notre lac.

Si le but des travaux au lac était de protéger celui-ci et l’environnement, et non juste augmenter nos taxes, faudrait bien que quelqu’un trouve une solution et l’applique pour résoudre le problème, pas seulement à notre ponceau mais à tous les ponceaux qui déversent directement dans le lac.

Michel Mongrain

Secteur Lac-à-la-Tortue

Shawinigan