Les conseillers Denis Roy et Mariannick Mercure

Au cœur de la démocratie municipale: le conseil

L’auteure, Mariannick Mercure, est conseillère municipale du district des Forges, à Trois-Rivières.

Fin novembre, le conseil municipal se réunissait pour un lac-à-l’épaule sur le budget dans les locaux de la Ville, dans le secteur de Trois-Rivières-Ouest. Une journée bien remplie lors de laquelle des fonctionnaires nous ont présenté des documents budgétaires dont l’allure finale laissait peu de doute sur le travail colossal qu’ils avaient effectué depuis l’élection. 

Mais de «lac-à-l’épaule» celui-ci n’en avait que le nom et le caractère purement informatif de la rencontre n’a finalement pas permis au conseil de planifier le budget.

Quelques jours après avoir digéré les centaines de pages d’information reçues, les premières voix demandant une rencontre de négociation ont commencé à se faire entendre. 

Conscients que le budget devrait être adopté avant le 31 janvier, nous étions plusieurs à être pressés d’en discuter. 

Avec d’autres conseillers, nous avons informé la directrice générale du risque de voir le budget rejeté si le conseil n’avait pas l’opportunité de se réunir en ce sens. Elle nous convoquait finalement à nouveau le 15 décembre, mais malgré la présence d’une majorité des membres du conseil, ni le maire ni la mairesse suppléante ne se sont présentés. 

De bonne foi, nous leur avons fait parvenir le document de travail qui est ressorti de la rencontre. 

Qu’on se le tienne pour dit: la majorité des conseillers désirent réellement travailler en équipe avec tout le conseil.

Le 17 décembre, veille du vote sur le budget, nous n’avions toujours pas eu de nouvelles du document envoyé. 

Bien sûr, j’aurais aimé voir apparaître dans le budget les mesures discutées avec mes collègues, mais finalement, c’est davantage par respect pour l’institution démocratique qu’est le conseil municipal que j’aurai décidé de voter contre le budget.