Attendons de vraies études

En réaction à la lettre de Stéphane Guay intitulée «Le chèque en blanc du conseil municipal», publiée dans l’édition du lundi 12 novembre dernier.

Votre texte me rejoint énormément. Je joins ma voix à la vôtre et j’attire l’attention des lecteurs sur certains autres points.

Oui, débutons par faire respecter les limites de 30 km/h en zone scolaire et de 50 km/h en zone régulière existante. Assurons-nous aussi de réduire l’utilisation des cellulaires et des textos au volant.

J’ajouterais aussi l’importance de sensibiliser les cyclistes et les quadriporteurs à la prudence car certains d’entre eux se prennent pour des automobiles qui se retrouvent en plein sur les voies réservées aux véhicules, même en présence de pistes cyclables et de trottoirs à leur disposition.

Avant de terminer, cette fin de semaine j’ai testé, avec des amis, la vision 40 km/h et puis croyez-moi cela pourrait avoir l’effet contraire de celui qu’on espère.

Il va y avoir des gens impatients qui vont tenter de doubler ou qui klaxonneront pour exprimer une certaine agressivité.

Il ne faut pas oublier, comme M. Guay le mentionnait dans sa lettre, que le bilan routier de Trois-Rivières est excellent!

Alors suivons le conseil de M. Guay puis attendons de vraies études sérieuses avant d’aller de l’avant avec un plan aussi coûteux.

C’est le rôle de nos conseillers de bien évaluer le tout et non pas l’idée de deux conselliers seulement.

Luc Marcotte

Trois-Rivières