Armes d’assaut

Après avoir fait l’acquisition récemment de dix pistolets TASER par le service de police de Trois-Rivières, voilà que nous apprenions il y a quelques semaines l’achat par ce même service de police de plusieurs armes d’assaut.

Que se passe-t-il au sein de ce service de police? Son directeur se croit-il en Afghanistan, à Kaboul, à Chicago ou à Los Angeles pour justifier l’achat de telles armes extrêmement dangereuses? Comment les membres du conseil municipal peuvent-ils justifier l’autorisation donnée au chef de police de faire l’achat de ces armes?

On voudra bien faire croire aux contribuables que ces achats étaient devenus nécessaires pour faire face aux crimes qui sont parfois perpétrés par certains individus un peu perdus. Mais a-t-on analysé le nombre de fois où les policiers auraient eu à utiliser de telles armes au cours des dernières années?

On avait déjà essayé de nous faire croire que particulièrement dans le cas des pistolets TASER, il n’y avait aucun danger à utiliser de tels pistolets. Ceci est complètement faux et les exemples sont assez nombreux pour démontrer le contraire. D’ailleurs, c’est curieux mais lors de la conférence de presse pour annoncer l’achat de ces armes, je n’ai pas vu le directeur du service de police tester cette arme sur un de ses policiers. Si ces armes ne sont pas dangereuses, pourquoi ne pas avoir fait la démonstration au public de la non-dangerosité de celles-ci ?

Malheureusement, ce sont les contribuables de Trois-Rivières qui doivent encore une fois mettre la main dans leur poche pour défrayer le coût de ces armes. Et le montant est très élevé.

Un jour, ils en auront assez.

Yvon Gagnon

Shawinigan

Quel gâchis!

Trois-Rivières affiche un surplus de 8 millions de dollars et c’est tant mieux, mais si on évitait le gaspillage inutile, nos taxes seraient mieux utilisées. Au coin des rues Saint-Paul et Whitehead, il y a un parc municipal et, il y a environ trois ans, la ville a construit une sorte d’agora en pavés unis de forme carrée avec un trottoir menant à celui de la rue. L’année d’après on y a ajouté de grosses pierres et des arbustes décoratifs et depuis le tout est laissé à l’abandon.

Le problème c’est que les gens ignorent ce que c’est et à quoi cela peut bien servir!

Pour ma part, je trouve que c’est une horreur inutile qui a englouti des milliers de dollars de nos taxes. Quelqu’un peut-il expliquer ce gâchis?

Jean Noël Beliveau

Trois-Rivières