Appel à une mobilisation nationale pour sauver les lacs du Québec

OPINIONS / Les auteurs, Jean-Claude Thibault et Constance Ramacieri, représentent l’Alliance pour un programme national de gestion du myriophylle à épis. Ils adressent cette lettre aux députés de l’Assemblée nationale et s’expriment au nom des quelque 200 organismes, municipalités, MRC et associations qui appuient la mise sur pied d’un tel programme.

L’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré le 22 mars de chaque année Journée mondiale de l’eau. Cette occasion nous invite à réunir nos efforts en faveur d’une action concrète pour protéger les lacs et les cours d’eau sur le territoire du Québec.

Le myriophylle à épis, communé- ment appelée plante zombie, est une espèce exotique envahissante qui a infesté plus de 185 lacs et cours d’eau et envahit lentement et sans relâche toutes les régions du Québec. Lorsque concentrée dans des herbiers très denses, elle a un impact majeur sur la biodiversité, des conséquences économiques sur les activités nautiques et touristiques, pour les riverains et les municipalités; des études démontrent une baisse des valeurs foncières relative à sa présence.

Dans ce contexte, il est urgent de mettre en place une stratégie concertée au niveau provincial pour prévenir la dissémination dans les lacs et cours d’eau non atteints, soutenir la recherche fondamentale et expérimentale et appuyer les associations et les municipalités aux prises avec le problème.

C’est ce que réclame l’Alliance pour un Programme national de gestion du myriophylle. À ce jour, un réseau de plus de 200 organismes, municipalités, entreprises et MRC ont manifesté leur appui à cette approche et sont prêts à s’investir pour trouver des solutions. En s’associant aux acteurs du milieu, le gouvernement initierait un modèle pour faire face ensemble aux problèmes environnementaux qui nous guettent.

Chaque député représente soit une région déjà atteinte ou soit une région à risque. Nous vous demandons, en cette Journée mondiale de l’eau, de prendre une position publique en faveur de la mise sur pied d’un programme national de gestion du myriophylle, de nous signifier votre appui et de le signifier auprès du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Ensemble, nous avons le devoir de sauvegarder les lacs et cours d’eau, patrimoine collectif naturel du Québec.