Amnistie Internationale dans mon école

L’auteure, Valérie Lachapelle, est une élève de quatrième secondaire à l’école secondaire Jean-Nicolet. Dans le cadre d’un projet scolaire en journalisme, elle s’est intéressée à différentes organisations de son école qui lui tiennent à cœur: la Loto des causes, Amnistie Internationale, les stages humanitaires et les projets d’environnement.

Il existe à mon école un comité qui me tient très à cœur et dont j’ai déjà fait partie: Amnistie Internationale. Mais en quoi consiste Amnistie?

Amnistie Internationale est dans presque tous les pays du monde. Je crois bien que ce n’est pas la première fois que vous entendez parler de ce comité. À mon école, trois midis sur dix-huit, pendant une heure de temps, les personnes faisant partie du comité se rassemblent dans notre local que nous appelons à mon école le «Salon rose».

Au début de l’année, nous choisissons environ trois sujets qui nous tiennent à cœur. Nous parlons et présentons ces sujets dans notre école jusqu’à Noël.

Après Noël, nous en choisissons d’autres. Cette année, un des sujets que nous avons choisis est l’huile de palme.

Cette huile est très utilisée et très populaire, mais la récolte de celle-ci détruit l’environnement des orangs-outans et met en péril cette espèce. Donc, pour éclairer les gens dans notre école, nous avons fait une semaine de sensibilisation de l’huile de palme avec des affiches partout dans l’école et des pétitions à signer.

J’ai aussi eu la chance d’aller à une conférence de Daniel Benson, un meurtrier repenti qui parle de son dur passé et de la vie de quelqu’un de ses patients.

Amnistie est important pour moi, car ce comité prouve à quel point nous pouvons changer quelque chose dans le monde et le rendre meilleur.