Jeanne Charbonneau et son conjoint, qui habitent Shawinigan, sont présentement coincés au Maroc. Ils implorent le gouvernement canadien de les rapatrier rapidement.
Jeanne Charbonneau et son conjoint, qui habitent Shawinigan, sont présentement coincés au Maroc. Ils implorent le gouvernement canadien de les rapatrier rapidement.

Aidez-nous à rentrer chez nous avant que cela ne devienne dangereux!

OPINIONS / Nous sommes plus de 200 Canadiens bloqués au Maroc. Nous sommes partis bien avant que l’Europe subisse l’épidémie et avons acheté des vols de retour dès que le gouvernement nous l’a suggéré. Ces vols ont été annulés suite à l’annonce du gouvernement de fermeture des frontières pour les étrangers. Pour notre part nous avons déjà perdu deux billets de retour par personne (4000 $), et on nous a envoyé des mots disant qu’on ne sera pas remboursé et que nous pouvons seulement changer le billet pour après le mois de mai.

Notre ambassade et sos@international.gc.ca nous orientent vers des vols commerciaux, mais il n’y a pas de vols vers le Canada. Les rares vols encore actifs sont des vols vers l’Europe, dédiés prioritairement au rapatriement de citoyens européens. Certains Canadiens ont trouvé des vols pour aller en Europe, avant la fermeture de l’espace Schengen aux non-Européens. L’Europe est maintenant le principal foyer d’infection. Ceux qui choisissent cette option doivent attendre longtemps (parfois 72 heures) dans des aéroports bondés (7000 personnes dorment et attendent à l’aéroport de Marrakech sans masques et sans distance de sécurité) et transiter par des villes à haut risque!

Le gouvernement canadien nous met en danger en nous demandant de transiter par ces zones infectées! Ils mettent aussi les autres Canadiens en danger car ceux qui rentrent actuellement sont obligés de se mettre à risque étant donné que notre gouvernement ne nous offre pas de moyen de rentrer directement. Nous avons besoin d’un vol direct pour rentrer chez nous!

De plus, nous sommes actuellement dans un pays où les services de santé sont très limités. Parmi les Canadiens coincés au Maroc, il y a des femmes enceintes de six mois, des bébés, des personnes âgées, des malades qui ont besoin de médicaments. Notre ambassade nous conseille d’envoyer ces Canadiens vulnérables vers les hôpitaux locaux. Or, ces

hôpitaux sont déjà très occupés avec leurs propres citoyens et comme citoyens canadiens, nous ne recevrons peut-être pas les services appropriés, surtout pour ceux qui seront infectés.

Notre gouvernement refuse de rapatrier les malades du Canada; il préfère les laisser à la merci des autorités sanitaires marocaines. Sans compter que la panique se généralise aussi ici, au Maroc. Les touristes à l’apparence étrangère se font dire des noms dans la rue, les locaux se cachent, certains locaux répandent des théories (fausses nouvelles) sur des laboratoires français responsables de l’épidémie… Nous craignons une hostilité croissante envers nous ici.

Le bureau du ministre Champagne nous répond depuis deux jours que le problème est du côté des autorités marocaines qui ne laissent pas les avions canadiens atterrir. Mettons que c’est un peu surprenant, car les autres pays, comme la France, l’Angleterre, la République Tchèque, ont fait venir des avions pour leurs citoyens à tous les jours: presque 10 000 Français ont été rapatriés, 300 Allemands évacués aujourd’hui de manière ordonnée par leur ambassade: pourquoi le Québec et le Canada n’arrivent pas à nous envoyer juste deux avions qui suffiraient pour nous rapatrier tous?

Comme Canadiens, nous sommes très inquiets ici et nous avons l’impression que notre gouvernement nous abandonne actuellement. Dites-nous que vous cherchez des solutions pour nous ramener à la maison en toute sécurité dès que possible!

Merci de faire circuler ce message sur les médias sociaux pour demander à M. Champagne, qui est le ministre des Affaires étrangères et qui est député de notre région, de nous faire rapatrier.

Jeanne Charbonneau

Shawinigan