Ah! la belle époque!

OPINIONS / Oui, la belle époque des Richard, Béliveau, Plante et je pourrais en nommer d’autres. L’un d’eux, Henri Richard, est décédé tout récemment et avec lui, une page d’histoire s’est tournée. Henri, un joueur avec du caractère, un talent certain, a joué vingt saisons avec les Canadiens de Montréal de 1955 a 1975 et a vu son nom écrit onze fois sur la coupe Stanley.

Nous ne sommes pas près de revivre cela. Ça prendrait un miracle!

Au cours des cinq dernières saisons, les Canadiens ont manqué les séries éliminatoires quatre fois. Pour comprendre la situation, avez-vous vu la rencontre contre les Predators de Nashville le 10 mars dernier? Si je vous demandais quelle équipe s’est embourbée dans son territoire, a basculé en deuxième et troisième périodes? Qui a lâché la serviette? Le CH. Vous n’êtes pas tannés de faire rire de vous autres? Vous connaissez le discours de la direction des Canadiens: «Ça va pas si mal, on compte sur le repêchage, on a beaucoup de blessés, soyez patients!»

Tel est le discours des propriétaires et des directeurs. «On a un bon noyau», répète le directeur. Il faudrait ajouter du fruit autour de ce noyau. Or, ce noyau c’est Price et Weber jusqu’à ce qu’ils flanchent.

Pour moi, simple partisan, on nivelle par le bas. On se compare aux pires. Toutes les équipes ont des blessés. Pour le bien de ce sport, je dis aux joueurs du CH où est votre fierté, même si la saison vient d’être suspendue... Peut-être, je suis un gérant d’estrade. Mais j’ai une suggestion: pourquoi ne pas ajouter au club des Canadiens de Montréal une Table, un Conseil des Anciens, les Savard, Lafleur, etc., pour apporter du souffle nouveau et éclairer la direction actuelle qui en a grand besoin? Les vannes sont sèches.

N’abusez pas de notre patience comme partisans, comme supporteurs. On mérite un meilleur spectacle.

André Gendron

Shawinigan