Mariannick Mercure

Agir dans les limites de décisions déjà prises

OPINIONS / L’auteure, Mariannick Mercure, est conseillère du district des Forges à Trois-Rivières. Elle répond ici à une lettre d’opinion de M. Roger Drouin intitulée «Pour les Vieilles-Forges, c’est Zéro vision!», parue dans notre édition du 7 mars.

Je souhaite, non pas pour donner le dernier mot, mais pour donner tout l’éclairage utile aux lecteurs du Nouvelliste et aux citoyens de Trois-Rivières, répondre à la lettre d’opinion de M. Roger Drouin.

L’analyse «développement économique/protection de l’environnement» de M. Drouin est très intéressante et la solution proposée par celui-ci excellente. Par contre, cette solution, que je reconnais souhaitable pour tout projet de développement, ne pouvait et ne peut être applicable dans la situation de ce projet (club de golf des Vieilles-Forges) compte tenu des décisions et engagements déjà pris dans ce dossier par le conseil de ville qui a précédé celui élu en 2017.

Devant cette réalité, j’ai, à titre de conseillère, travaillé avec les personnes qualifiées de la Ville auprès du promoteur afin de lui proposer (je ne pouvais, ni moi ni la Ville, le forcer) des actions afin d’atténuer les impacts environnementaux et en améliorer l’aménagement.

En effet, malgré les améliorations apportées, trois faits demeurent: 1) il y aura coupe d’arbres; 2) il y aura construction d’habitations; et 3) il y aura augmentation probable de la circulation aérienne au-dessus de ce territoire.

Alors, devant cette situation, que j’ai travaillée à améliorer avec les instruments dont je disposais, que proposez-vous M. Drouin?

D’annuler le projet et que la Ville achète les terrains au promoteur?

De soumettre l’emprunt lié à cet achat à la tenue d’un référendum dans le secteur concerné ou même à tout le territoire de la ville, selon que ce soit les résidents du secteur seulement ou de toute la ville qui paieraient la note?

Il y a, vous le constatez comme moi, M. Drouin, une limite pour l’élue que je suis à changer les décisions prises antérieurement par un conseil. C’est pour cette raison qu’avec mes collègues, je m’applique à poser les bonnes questions avant nos prises de décisions.

Merci de l’intérêt que vous portez à notre secteur et à notre ville.