À qui doit-on cette brillante idée?

D’un côté, on veut un achalandage accru au centre-ville de Trois-Rivières et de l’autre, on prend tous les moyens pour nous en détourner.

On se plaint que le centre-ville est mort lorsque l’été n’est plus et que le vent glacial du fleuve devient plus insistant.

Ce n’est pas en sortant la brillante idée d’ajouter des heures payantes aux parcomètres, le jeudi, le vendredi ainsi que le samedi jusqu’à 21 heures, que la manne diluvienne s’abattra sur le centre-ville.

Les citoyens aiment se divertir, passer du bon temps dans les cafés et restaurants, visiter les quelques boutiques encore debout, les salons de coiffure et tous les services autres, mais à condition que la Ville joue les bons princes et accommode ses visiteurs.

Les suggestions proposées dégarnissent davantage notre portefeuille, ce qui m’amène à poser la question suivante: «Qui donc a eu cet éclair de génie de prolonger les heures de stationnements payants?»

Somme toute, ce n’était pas la trouvaille du siècle pour rapatrier les gens qui consomment plus au nord de la Ville où les stationnements sont gratuits.

Carole Langevin

Trois-Rivières