À propos de l’islamophobie...

OPINION / En réaction à la lettre signée par plusieurs résidents de Trois-Rivières ou de la circonscription de Champlain intitulée «Cessons de nier la réalité», publiée dans notre édition du 14 février dernier.

Quelques commentaires sur le texte «Cessons de nier la réalité» dans lequel un groupe de personnes juge qu’il existe un courant islamophobe au Québec. Oui, je suis d’accord qu’il y a des gens au Québec qui détestent les musulmans, mais ça c’est leur affaire et tout comme on ne peut empêcher un cœur d’aimer, on ne peut l’empêcher de détester!

Il est tout à fait normal que des Québécois, tout comme des Américains, des Français, des Anglais, des Belges, des Hollandais, pour ne nommer que ceux-là, détestent les musulmans, considérant les actions terroristes, les meurtres sanguinaires que des adeptes de cette religion ont faits de par le monde! Ces actions n’aident certainement pas à créer un courant de sympathie à l’égard des personnes de religion islamiste qui ont émigré au Québec.

Claude Habib, une professeure française de littérature, a écrit tout dernièrement un petit livre sur la tolérance (intitulé Comment peut-on être tolérant?). Concernant le voile, elle écrit: «En France, il y a un attachement à un certain rapport de jeu entre les hommes et les femmes. La tentation qu’elle suscite est un bien et même un charme de l’existence alors que dans l’islam, la femme est seule responsable de faire cesser ce désir en se dissimulant. Ce sont des systèmes antagoniques!» Le voile coupe tout contact entre les deux sexes: ce n’est certainement pas dans nos mœurs! A-t-on déjà vu une fille voilée sur une terrasse avec son «chum»? A-t-on déjà vu une fille voilée marcher main dans la main avec son chum? Non, non, et non, vous n’en verrez pas car des filles ont été tuées par leur père respectif pour la faute gravissime d’avoir jeté un coup d’œil un peu soutenu sur un homme! Claude Habib rajoute: «L’opinion est libre et on a le droit d’exprimer sa réprobation du voile, sans insulter les gens, évidemment. Fermer le couvercle, en interdisant la critique, ne peut que faire monter des haines qui pourront exploser à tout moment!»

Maurice Milot

Trois-Rivières