Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

2021 sera l’année des fruits et légumes

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
OPINIONS / L’auteur, Sylvain Charlebois, est professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie et directeur du Laboratoire de recherche en Sciences analytiques agroalimentaires.

L’année 2020 est maintenant derrière nous! L’année 2021 sera sans doute meilleure que la précédente. En alimentation, il y a matière à s’interroger sur ce qui deviendra possible après une année aussi bizarre. Difficile de voir comment nous pouvons cuisiner davantage depuis les tartelettes portugaises et les pains au levain ainsi que la frénésie du commerce en ligne et l’engouement pour les trousses repas. Une année incroyable, à bien des égards, qui sera probablement suivie par 2021, tout aussi fascinante.

Plusieurs personnes continueront de travailler à domicile ou passeront plus de temps à la maison. Définir les balises entre les repas et les collations de la journée s’avérait particulièrement difficile en 2020. Pour 2021, nous nous attendons à ce que les consommateurs adoptent un nouveau rythme, surtout pour les collations. Des collations faciles à transporter pour consommer en transit et d’autres pour les sédentaires reviendront à la mode en 2021.

Le système immunitaire de chacun recevra une attention particulière en 2021. L’intérêt médiatique pour les maladies, virus et autres problèmes de santé deviendra extrêmement intense. Nul besoin de s’inquiéter, car l’industrie offrira des solutions pour améliorer votre système immunitaire. De plus, 2021 sera l’Année internationale des fruits et légumes. Une raison de plus pour prendre soin de notre système immunitaire.

Les marques maison auront la cote en 2021. À cause des marges plus élevées sur ces produits et des coûts supplémentaires devant être assumés par les détaillants, ces derniers voudront vendre davantage les produits maison comme Le Choix du Président, Kirkland ou Compliments.

La distinction entre le service et le détail alimentaire est devenue plus floue en 2020. Les producteurs agricoles, transformateurs, marchés publics et détaillants peuvent tous vendre des produits aux consommateurs par le web. Les règles ont bien changé depuis le début de la pandémie et certaines entreprises profitent de la manne cybernétique. Le chiffre d’affaires en ligne pour le secteur alimentaire a triplé cette année et les entreprises commencent à comprendre comment faire de l’argent en vendant en ligne.

La façon dont les consommateurs perçoivent la chaîne d’approvisionnement a aussi changé cette année. Depuis longtemps, ils souhaitaient plus de transparence. L’information sur la provenance des ingrédients était convoitée par un grand nombre de gens. Mais 2020 incitait plusieurs clients à exiger davantage de transparence et aussi une meilleure compréhension du fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement. Le public comprend mieux pourquoi certaines tablettes peuvent être vides de temps à autre. Autrement dit, l’industrie doit maintenant composer avec un public mieux éduqué sur le fonctionnement de la chaîne.

Un sondage de fin d’année, mené par l’Université Dalhousie, nous informait sur les intentions des consommateurs pour 2021. Certains résultats diffèrent par rapport à l’année précédente. Le choix le plus populaire pour 2021 consiste à manger plus de fruits et légumes. Tandis qu’en 2020, la résolution du Nouvel An était de se concentrer sur la réduction des déchets. Notre volonté de prendre soin de notre système immunitaire semble avoir pris le dessus et joue un rôle considérable dans ce changement d’attitude.

Pour 2021, l’intention de poursuivre la culture d’un jardin ou d’en aménager un a changé significativement entre les deux années. Sans étonnement, elle a plus que doublé, passant de 12 à 30 %. L’autre changement important concerne les régimes. Seulement 30 % des Canadiens ont l’intention de suivre une diète en 2021, comparativement à 42 % en 2020. Cela représente une baisse de 28 % par rapport à l’année dernière. À la lumière de ces résultats, les consommateurs sentent peut-être qu’ils ont d’autres chats à fouetter ces temps-ci. Perdre du poids est probablement pour plus tard, et c’est tant mieux, car il faut prendre soin de soi et de ceux qu’on aime.

Bonne année 2021!