Carrefour des lecteurs

Salaire des étudiants à l'A.B.I.: il y a du syndicat là-dessous...
En réaction à la lettre de Jean-François Doucet intitulée «Des bébés gâtés», publiée dans notre édition du 6 juillet au sujet des étudiants employés par l'A.B.I..
Je ne pense pas que les mots soient trop forts, après avoir lu l'opinion d'un lecteur parue le 6 juillet dernier.
J'ai trouvé dégueulasse que les étudiants employés à l'A.B.I. à Bécancour, au taux horaire de 31 $ l'heure, protestent et demandent à être payés au même taux que les gens de longue expérience, soit 50 $ l'heure.
Je ne crois pas me tromper: il y a du syndicat là-dessous. Ces étudiants devraient écouter un peu plus les adultes qui les entourent, pour leur faire comprendre le bon sens. 
Aujourd'hui, je me souviens avoir travaillé chez un cultivateur à Gentilly, au temps des foins, pour 1 $ par jour. Je partais en bicyclette du lundi au samedi, ce qui me donnait 10 milles de route. 
Je revenais le samedi avec 6 $ dans mes poches, croyez-moi, heureux comme un roi.
Bruno Brûlé
Nicolet
De Gaulle s'impose
Tout à fait d'accord avec l'éditorial de Martin Francoeur: il faut que la Ville de Trois-Rivières commémore le passage de Charles de Gaulle chez nous. Une rue? Un parc? Une place? 
Cela s'impose. C'est peut-être le plus illustre personnage
que les Trifluviens ont vu passer chez eux.
Nicole Caron
Trois-Rivières