Carrefour des lecteurs

J’appuie la campagne du 5-10-15

Lettre adressée à Dominique Vien, ministre responsable du Travail au gouvernement du Québec.

Madame la ministre,

Je suis un travailleur au salaire minimum et je me considère chanceux de pouvoir travailler.

Je me compte chanceux aussi d’avoir une bonne santé mais maintenant que je suis dans la soixantaine, je commence à éprouver à l’occasion des problèmes de santé. Je sais que si je suis malade à long terme, je peux faire une demande d’assurance-chômage maladie si j’ai un papier du médecin. Heureusement, j’ai un médecin. Mais il existe un problème. Si je suis malade à court terme et que je doive m’absenter de mon travail un ou quelques jours pour une grippe ou une gastro, je n’ai alors droit à aucun congé de maladie payé, et je vois ma paye fondre comme neige au soleil.
Madame la ministre, ceci est une des raisons pourquoi j’appuie la campagne nationale du 5-10-15 (5 jours de maladie payés, 10 pour connaître notre horaire de travail dix jours à l’avance et naturellement avoir un salaire minimum de 15 $ l’heure).

Ne croyez-vous pas, Madame la ministre, qu’il serait temps que vous nous accordiez ces demandes afin de contrer l’appauvrissement chez les travailleurs et les travailleuses non syndiqués?

En espérant, Madame la ministre, recevoir un peu plus qu’un simple accusé de réception à ma lettre, mais une vraie réponse à ma demande concernant cette situation qui est importante pour les personnes qui, comme moi, travaillent au salaire minimum.

Olier Couture
Trois-Rivières

Un marché de Noël très apprécié
Le premier week-end de décembre se tenait, au centre-ville de Shawinigan, le Marché de Noël.

À mon avis ce marché s’est particulièrement distingué par ses aménagements intérieurs et extérieurs, les diverses activités proposées aux visiteurs, ainsi que par la qualité et la variété des exposants qui s’y trouvaient.

Un tel événement rassembleur a su répondre aux intérêts des petits comme des grands!

De ce fait, je tiens à féliciter Julie Gagnon, son équipe, les bénévoles ainsi que les partenaires qui ont fait de cet événement un grand succès.  
Pour l’édition 2018, je souhaite qu’ils reçoivent à nouveau tout
le soutien nécessaire à sa réalisation.

Brigitte Germain
Exposante

Ces déchets qui envahissent notre environnement

Je suis toujours étonnée de constater qu’en 2017 les gens de tous les âges, qu’ils soient à pied ou en véhicule, n’ont aucun scrupule à jeter par terre tout ce qu’ils ont sous la main.

Vous n’avez qu’à regarder le long de nos routes, nos trottoirs, les écoles, les parcs pour enfants, les haltes routières et j’en passe: ceux-ci sont remplis de toutes sortes de déchets allant du verre à café, sac de bouffe avec les contenants vides, des couches de bébé souillées, et j’en passe… Dites-vous que ceux-ci ne disparaîtront pas d’eux-mêmes.

J’ai une solution pour vous: ayez un sac dans votre voiture afin que vous puissiez y déposer vos ordures et jetez le tout dans une poubelle par la suite.

S’il vous plaît, soyons responsables et fiers de notre environnement puisque nous avons la chance de vivre dans un beau pays. Pensez-y!

Jetons nos ordures dans une poubelle et avec ce petit geste nous embellirons notre paysage et la planète vous dira merci!

Réjane Duguay
Bécancour

Pratique religieuse à seulement 3 %

J’ai été un peu surpris par l’article du 1er décembre dernier selon lequel la Municipalité de Saint-Paulin songeait à acquérir l’église paroissiale. Surpris oui, mais pas déçu pour autant. L’exemple de Saint-Paulin reflète bien une réalité que plusieurs ne veulent pas voir encore. Si seulement 3 % de la population d’une municipalité semi-rurale a déserté l’église, c’est donc dire qu’il en est possiblement autant dans l’ensemble du Québec. C’est à tout le moins un signe des temps.

Le dossier de la messe à Saint-Paulin, on s’en rappelle, a fait couler beaucoup d’encre en 2011. Mais les contestataires n’étaient probablement pas dans l’erreur au point d’être crucifiés sur la place publique.

Je reconnais volontiers que la religion catholique a fait de très grandes choses au fil des 20 derniers siècles et elle en fait encore. Toutefois, elle a commis l’erreur de se considérer comme un but à atteindre au lieu de se voir humblement comme une aide pour l’être humain. Elle a utilisé la peur pour contrôler ses fidèles et aujourd’hui, ceux-ci n’en ont rien à foutre. Fini les histoires que je qualifie d’abracadabrantes d’Adam et Ève, l’arche de Noé, l’opération du saint Esprit, la Vierge Marie qui à sa mort, est montée au ciel avec son âme et son corps avant d’apparaitre 2000 ans plus tard à Lourdes et à Fatima. Fini aussi les flammes de l’enfer, le sacrement du pardon et la récitation du chapelet, n’en déplaise respectueusement à ces bonnes personnes – âgées pour la plupart – qui s’en remettent encore aux anciennes règles et anciens récits du Vatican.

Le match en est à sa dernière minute de jeu. C’est peut-être brutal comme conclusion personnelle, mais ça me semble une réalité qui s’impose quand même, avec beaucoup de retard.

Roger Matteau
Shawinigan