La Villa du jardin fleuri.

Carrefour des lecteurs

Pensez aux humains plutôt qu'aux formulaires
Mon père et ma mère demeurent à la Résidence Villa du Jardin fleuri depuis six ans. Ils sont bien et heureux là-bas et ils souhaitent y finir leurs vieux jours, parce que les préposés sont compétents, dévoués et à l'écoute.
Je trouve déplorable que le CIUSSS-MCQ prenne les familles et les résidents en otages. Qu'il traumatise des personnes aînées et qu'il leur fasse subir un stress énorme, alors que tout se passe bien dans la résidence.
On sait très bien que le risque zéro n'existe nulle part: des accidents ou des gestes malheureux surviennent dans les CHSLD, mais aussi dans les hôpitaux, dans les écoles, dans les prisons, dans les résidences privées. Malgré toutes les mesures de sécurité, combien se seront noyés dans les piscines cet été?
Pourtant, la Villa du Jardin fleuri a des dispositifs de sécurité supérieurs à ce qu'on retrouve dans la plupart des résidences comparables. C'est même le CIUSSS-MCQ qui insistait jusqu'à tout récemment pour que la Villa accueille de nouveaux résidents, invoquant le manque de places dans la région. Et soudainement la résidence n'est plus conforme. Qu'est-ce qui s'est passé au CIUSSS?
Je demande de la compassion pour tous les résidents et pour toutes leurs familles. Le CIUSSS-MCQ doit arrêter de se cacher et venir constater officiellement que tout est conforme pour que mes parents, les autres résidents et les autres familles puissent enfin retrouver la sérénité. S'il vous plaît, pensez aux humains avant de penser à vos formulaires et reconsidérez rapidement votre position.
Louise Linteau
Trois-Rivières
Pourquoi cet acharnement?
En réaction à la lettre de France Perron intitulée «Villa du Jardin fleuri: le problème n'est pas corrigible?», publiée le 9 août dernier.
Je n'en reviens tout simplement pas de voir l'acharnement envers la résidence Villa du Jardin fleuri. C'est un endroit où mon épouse et moi aimerions vivre si nous étions en difficulté de vieillissement. Portes intérieures et extérieures, sur le plancher des vaches. Mais on dirait que pour être un bon foyer, il faut qu'il y ait plusieurs étages, avec une seule porte de sortie et un balcon sans escalier de sauvetage. Un balcon où il est possible de sortir et de sauter en bas.
Je crois que la vraie raison de la fermeture c'est qu'un riche financier lorgne le site pour construire quelque chose de plus payant...
Louis-Michel Bigotaud
Trois-Rivières