Carrefour des lecteurs

À propos du travail des enfants

À l’arrivée de la période festive, le Comité Jeunesse du CS3R tient à vous souhaiter un joyeux temps des Fêtes et espère que vous profiterez de cette occasion pour célébrer. C’est un moment idéal pour partager l’amour et la solidarité, entre autres, en venant en aide aux plus démunis. Vous pourriez répandre votre générosité au-delà des frontières en consommant de façon responsable sachant que la pauvreté est un phénomène international.

Actuellement, 152 millions d’enfants ne peuvent pas jouer, aller à l’école, ni se reposer. Près de la moitié de ceux-ci ont entre 5 et 11 ans. Dans les communautés du Sud où sont produits une grande partie de nos biens de consommation, ces enfants doivent travailler dans des conditions médiocres qui vont à l’encontre des droits humains. Le travail des enfants, par exemple en agriculture (épices, banane, riz, etc.), nuit grandement à leur santé, leur sécurité, leur développement et les empêche d’avoir accès à l’éducation. 

Plusieurs enfants témoignent qu’on les oblige à travailler jusqu’à 12 heures par jour dans des mines de cobalt, à transporter des charges extrêmement lourdes, tout en gagnant entre un et deux dollars par jour. En bref, on exploite ces enfants uniquement dans le but de mettre en marché plusieurs produits technologiques, dont les téléphones intelligents et les voitures électriques.

Les familles en situation d’extrême pauvreté sont obligées d’envoyer leurs enfants au travail plutôt que de leur permettre de vivre pleinement leur enfance. Il est important de prendre conscience que c’est notre consommation abusive qui impose cette situation aux communautés du Sud. 

Enfin, comme nous vivons dans une société de surconsommation valorisée et encouragée par les grandes entreprises, le comité jeunesse du CS3R désire lancer un appel de solidarité. Il désire rappeler qu’en tant que consommateurs et consommatrices, il est de notre devoir de nous informer à propos des enjeux reliés au travail des enfants. Nous avons le pouvoir de changer le futur de ces enfants en encourageant une consommation responsable et en privilégiant des alternatives équitables, biologiques et locales. Le commerce équitable assure que le produit acheté est issu d’un travail dûment payé, sans aucune exploitation ni travail forcé. Outre le chocolat et le café, on retrouve aussi des fleurs, du vin, de la laine, des épices et même des ballons de sport certifiés équitables! 

À l’occasion du temps des fêtes, le comité jeunesse vous invite à profiter de cette période de réjouissances pour adopter de nouvelles habitudes et accorder la priorité aux moments passés avec vos êtres chers. 

Pour connaître les endroits qui offrent des produits équitables à Trois-Rivières, nous vous invitons à consulter le www.cs3r.org/equitable et à télécharger la liste proposée.

Laurence Vallières

Annabelle Chrétien-Dubois

Bianca Thibault-Lachance

Vincent Lord

Catherine Leblanc

Laurence Ruel

Alycia Lecrel

Marie Veillette

Myriam Blais

Annabelle Caron

Membres du Comité jeunesse du CS3R

Une école qui s’implique!

L’auteure, Valérie Lachapelle, est étudiante en quatrième secondaire à l’école secondaire Jean-Nicolet. Dans le cadre d’un projet scolaire en journalisme, elle s’est intéressée à différentes organisations de son école qui lui tiennent à cœur: la Loto des causes, Amnistie Internationale, les stages humanitaires et les projets d’environnement.

Aujourd’hui, je vais vous parler de la Loto des causes. Ce projet consiste à amasser de l’argent pour pouvoir offrir des cadeaux et une petite fête aux enfants dans le besoin pour leur faire passer un bon moment.

Comment faisons-nous pour ramasser l’argent? Premièrement, partout dans notre école, nous demandons aux professeurs, aux directeurs, aux secrétaires et même à des entreprises s’ils veulent bien contribuer à la Loto des causes en nous donnant des prix, par exemple: des cartes-cadeaux, des livres ou même encore de l’argent pour pouvoir les faire tirer dans notre école. Deuxièmement, pendant une semaine, les élèves peuvent acheter des coupons à 0,25 $ chacun afin de pouvoir gagner les prix donnés par la direction. Troisièmement, à la fin de la semaine, nous procédons au tirage pour déterminer les heureux gagnants de chaque prix. Chaque année, il y a environ trente prix à gagner et cette année nous organisons même des prix spéciaux pour les enseignants. 

Pour finir, avec l’argent des tirages, nous allons acheter des cadeaux pour pouvoir les offrir aux enfants de familles dans le besoin qui sont invités à venir au festin privé organisé à mon école. J’espère vraiment vous avoir informés sur ce qu’est vraiment la Loto des causes. Bonne fin de journée et joyeux temps des fêtes! 

Noël, un temps de réflexion

Les perfections invisibles de Dieu, sa divinité et sa puissance éternelle se voient comme à l’œil nu quand on les considère… quand on prend le temps de les observer. Ces paroles sont tirées d’un des hommes les plus influents de l’histoire de l’Église suite au passage de Jésus, l’apôtre Paul. S’il reconnaissait dans la nature la trace du créateur et pour cause de son immense complexité, il n’en a pas toujours été ainsi.

Paul, le grand défenseur du système religieux déjà en place, est aussi le plus zélé à faire condamner, même tuer les nouveaux disciples de Jésus. Pourquoi? Quel contraste? Malgré sa connaissance quasi parfaite des écritures, il semblait ne pas avoir compris le message de la grâce en Jésus pourtant bien écrit noir sur blanc, annoncé des centaines d’années plus tôt! Ah! Justement, qui ne connaît pas la chanson Il est né le divin enfant et le couplet qui dit: «Depuis plus de 4000 ans, nous le promettaient les prophètes…». Cette personne est clairement démontrée en la personne de Jésus. Même la science moderne reconnaît l’authenticité des textes grecs et hébreux. 

Il faut le dire, c’est quand même miraculeux! Quand on y pense, Noël n’est-il pas un miracle en soi, qu’un Dieu si grand soit descendu en forme d’enfant pour nous démontrer la relation Père-Fils. Et une fois rendu adulte, de déclarer: «Je suis le chemin, la vérité et la vie». Quelle révélation! Et quelle simplicité! 

Et l’amour, qui peut l’expliquer? Même en le vivant, c’est impossible de l’expliquer. Chose sûre, il vient de quelque part. C’est en ce sens que les évangiles nous en parlent. Dieu se dit Amour et il veut une relation avec nous, sans jamais nous forcer la main, sinon ce ne serait plus l’amour!

Pour en venir à louer les splendeurs de Dieu, l’apôtre Paul a eu besoin d’un changement drastique. C’est ce qu’un passage mentionne, qu’il a été intercepté par Jésus lui-même sur le chemin de Damas, et depuis ce temps, tout a changé. De persécuteur qu’il était, il devient le persécuté. Sa religion et son prestige semblent s’être arrêtés là aussi! C’est un virage à 180 degrés, une réelle conversion, voire une nouvelle naissance. Les enfants sont de bons exemples: ils croient leur père en toute confiance, c’est ce que Jésus a fait et a enseigné! Ce choix reste personnel à chacun. Joyeux Noël à tous!

Yvan Hould

Bécancour