Carrefour des lecteurs

Trottoirs glacés, quelle honte!
J'arrive du centre-ville de Trois-Rivières et j'ai dû, avec un de mes concitoyens du centre-ville, me déplacer en marchant dans la rue. «C'est toujours comme ça l'hiver, me dit-il, pas de trottoir dégagé ou déglacé!» 
On est tout de même à 36 heures du verglas! On a eu le temps de faire fondre la glace dans les rues et pris grand soin que l'automobile sacrée se retrouve rapidement sur l'asphalte. 
Mais on oublie aisément le banal piéton qui se retrouve vite sur le dos ou sur le cul et à la limite à l'urgence!
Pour l'hiver, tant que la situation ne sera pas réglée, je recommande aux citoyens de Trois-Rivières de marcher dans les rues. Oubliez les trottoirs, de toute façon, les automobilistes roulant sur l'asphalte bien dégagé, peuvent aller moins vite et facilement arrêter.
Qu'attendent les autorités pour réagir, il n'y a pas que l'été fleuri à Trois-Rivières!
François Bellemare
Trois-Rivières
Les souliers du pape
Récemment, le chef de l'Église catholique a quitté le Vatican et s'est rendu de son gré à Rome pour y acheter de nouveaux souliers. Il avait fait de même précédemment pour changer ses lunettes. 
Même si je suis agnostique, je réalise facilement l'étonnement et le bonheur des vendeurs concernés, voyant entrer le pape dans leur boutique, pouvoir lui parler, etc. 
Le bon François se fait rafraîchissant par ses actions, ses prises de position et ses demandes. Il suggère fortement que les membres du clergé soient plutôt missionnaires que meneurs rituels de la pensée divine. 
Le pape invite donc à remplacer le vieux style directif et menaçant des années 50 par notamment une approche et des propos plus simples et plus près du peuple. 
Décidément, Luc Bouchard, l'évêque de Trois-Rivières, a mal compris le message. Dans son court texte de souhait des Fêtes, le prélat, de par son style et ses mots, nous ramène 60 ans en arrière, à l'époque où le Dieu sauveur effaçait le péché originel. Il écrit que Jésus est Parole et Pain de vie, Admirable, Conseillé, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix... 
Un peu plus et il nous faisait le coup de la légende des 3 Rois-Mages. Au milieu du siècle dernier, ces expressions auraient impressionné les croyants et même les non-croyants. Mais aujourd'hui... 
C'est un peu comme un professeur qui veut ramener les décrocheurs à l'école en leur vantant les mérites de Mozart, Renoir, Picasso, Pie XII, et autres. On est loin des souliers du pape.
Roger Matteau
Shawinigan