Carrefour des lecteurs

Joe Fresh
Peut-être que ce nom vous dira quelque chose, peut-être que non... J'ai eu l'idée de vous remémorer cette histoire invraisemblable et véridique de ce qui est arrivé au Bangladesh, il y a environ cinq ans.
Dernièrement j'écoutais un reportage à ce sujet. L'idée d'écrire ces quelques lignes n'est pas que vous vous sentiez coupable d'acheter ces produits en magasin mais que vous ayez le souvenir de ces 300 et quelques enfants qui sont morts en travaillant à cette usine. Ces enfants sont décédés à la suite de l'effondrement de l'usine. Ils sont morts pour quelques sous par jour dans des conditions épouvantables.
Ces enfants travaillaient à coups de fouet jusqu'à 12 à 16 heures par jour, à coudre des vêtements pour cette compagnie de misère. Il a été prouvé après l'étude de cet accident (que j'appellerais plutôt «un homicide») et presque prévisible que ce bâtiment allait s'écrouler. La compagnie a construit, sans permis, un étage supplémentaire sur l'édifice déjà existant. De plus, ils ont installé un immense climatiseur pour les patrons de la compagnie, sans avoir au préalable étudié la base de ce bâtiment qui s'est malheureusement écroulé. Le poids (linge, machinerie, climatisation et travailleurs, etc.) de cet étage supplémentaire a causé beaucoup de vibrations qui ont entraîné plusieurs fissures dans le ciment et l'édifice s'est effondré.
En Amérique du Nord, pour plusieurs, nous avons la chance d'être représentés par les syndicats. Pour les autres, nous avons le droit de dire au patron «Non merci, j'en ai plein mon casque».
En résumé, quand vous verrez le nom «Joe Fresh» sur des vêtements, pensez à ces enfants qui travaillent à coups de fouet, au péril de leur vie, pour des peanuts pour des patrons sans scrupules, tout cela pour faire du cash.
Si nous achetions «canadien», nous aurions ainsi la conscience tranquille et nous créerions des emplois ici. 
Claude Béland
Notre-Dame-du-Mont-Carmel
Extraordinaire!
Un mot pour féliciter les organisateurs et les artistes qui ont pris part au spectacle «Inondés d'amour» dimanche soir à l'Amphithéâtre Cogeco! 
Quelle belle brochette d'artistes! C'était une soirée réussie, à tous les points de vue!
J'espère que le message de solidarité a été entendu et ressenti par les victimes des inondations. J'ai beaucoup d'admiration pour ces personnes qui ont su se retrousser les manches et affronter cette épreuve avec beaucoup de courage.
Colette St-Onge
Trois-Rivières
Hommage au bénévolat
Bravo aux élus de la Ville de Bécancour, qui ont organisé une soirée à la salle du club de golf de Gentilly le 18 mai dernier, en hommage aux bénévoles des six secteurs de la ville.
Dans le secteur de Sainte-Gertrude, c'est M. Jean Montembeault («mon beau Jean», pour les intimes), qui a reçu le titre de bénévole de l'année et laissez-moi vous dire que c'est un vrai de vrai bénévole! 
Je n'énumérerai pas tout ce que Jean fait pour sa communauté mais les gens de Sainte-Gertrude savent tous les services qu'il rend.
Alors merci «mon beau Jean» au nom de toutes ces personnes qui ont profité de tes largesses et sans doute de ton amour. 
Félicitations pour ta grande disponibilité, ta patience et ta joie de vivre!
Bravo pour tant d'abnégation!
Suzanne Massé
Trois-Rivières