Carrefour des lecteurs

Construisons des ponts

J’ai apprécié l’article de Martin Lafrenière du Nouvelliste, la semaine dernière, au sujet d’un bouchon de circulation sur le pont Laviolette. Mais ce n’était qu’une petite observation, car c’est beaucoup plus fréquent. Même le mercredi 7 novembre, c’était la troisième fois que j’étais présent et j’emprunte ce trajet que quelques fois par semaine.

Il est grand temps que les conseillers municipaux cessent de s’intéresser aux cyclistes et génèrent un peu de pression sur les gouvernements pour prévoir un deuxième pont pour relier les rives nord et sud.

Deuxièmement, j’étais aussi présent lors d’un autre bouchon de circulation sur l’autoroute 40, causé par un accrochage de quatre véhicules sur le pont Radisson. Le pont Duplessis était insuffisant pour tous ceux qui devaient se rendre au travail. Les conseillers devraient aussi faire pression au ministère des Transports qui possède déjà les terrains pour construire minimalement une section de la future autoroute 40 entre le boulevard Des Forges et le boulevard Thibeau, ce qui comprend un autre pont et qui pourrait servir de détour lors des travaux d’entretien de la section plus ancienne.

Évidemment, ça ne touche qu’une partie de la population, mais imaginez une fermeture du pont Laviolette pour un bris majeur et les détours vers Montréal ou Québec ou les attentes aux traversiers pour près de 40 000 véhicules.

Roger Lafontaine

Trois-Rivières

Un manque aux Rivières

Le centre commercial Les Rivières s’est donné une importante cure de rajeunissement ces dernières années. C’est beaucoup plus beau et attirant et c’était dû depuis longtemps. Bravo!

Quelque chose d’indispensable manque toutefois grandement: les salles de bain.

Chez Sears, c’est fermé, tout le monde le sait. Donc, pas de salle de bain près de l’entrée de BMO, jusqu’à la foire alimentaire située au milieu du centre commercial. Toute une distance!

Ensuite, pas de salle de bain à partir du centre jusqu’à la quincaillerie.

La semaine dernière un avis était collé sur les tables nous indiquant que dorénavant, ces toilettes ne serviront qu’aux clients de la quincaillerie.

Où vont aller ces gens pour se soulager, ce qui est tout à fait normal et naturel?

En me promenant, j’ai remarqué qu’il y avait des endroits où il serait facile d’accommoder les clients.

Éphrem Pellerin

Saint-Élie-de-Caxton