Carrefour des lecteurs

Où étiez-vous, monsieur Bertrand?
En réaction à la lettre de M. Pierre Bertrand intitulée «Saint-Mathieu-du-Parc n'est pas à vendre», publiée dans notre édition du 17 août dernier.
J'aimerais réagir aux propos de M. Bertrand, candidat à la mairie, dans sa lettre intitulée «Saint-Mathieu-du-Parc n'est pas à vendre». Ce titre est, à mon sens, non représentatif de la réalité, mais en quête de sensationnalisme. 
Je suis une assidue des réunions du conseil municipal et je n'ai jamais vu M. Bertrand s'y présenter. C'est dommage pour une personne qui désire diriger une municipalité de ne pas assister du moins occasionnellement aux séances du conseil. 
M. Bertrand, vous auriez alors pris connaissance du nombre de consultations qu'il y a eu depuis quatre ans, mais hélas, vous n'y étiez pas. 
En ce qui concerne les supralocaux, notre maire a géré ça de main de maître, en tenant compte de la volonté des citoyens (bien sûr il fallait être présents). Il a toujours prôné l'utilisateur-payeur mais pas à n'importe quel prix, sans se laisser diriger par les émotions et nous pouvons lui dire merci. Pour le cas de Nathalie Simard, il faudrait avant d'en parler être au courant de l'entente depuis le début et non se fier aux apparences ni aux qu'en-dira-t-on. 
Je pense qu'un maire ne doit pas gérer seul mais avec son conseil, ce qui existe présentement, en tenant compte de ce que les citoyens désirent. 
J'aurais aimé vous voir aux séances du conseil, afin de profiter de vos idées que vous dites si bonnes sur papier, mais non, c'est plus facile de critiquer, de se faire valoir sur papier plutôt qu'en personne.
En terminant, j'espère ne pas vous avoir comme maire. J'ai l'impression que pour vous le bien-être des citoyens n'est pas votre priorité. La bonne entente qui existe présentement au conseil serait chose du passé car vous semblez vouloir gérer seul.
Lise Lacoursière
Saint-Mathieu-du-Parc
À propos de la cacophonie
Nous étions contents de lire l'opinion d'Odette Meunier et de Jean Doré le 11 août dernier au sujet des personnes qui parlent de façon incessante lors de concerts.
Dans notre cas, nous nous sommes déplacés et avons payé pour le spectacle du groupe La Chicane au «Rendez-vous Ô Fleuve», à Bécancour.
Quelle fut notre déception! Là aussi il y avait plusieurs personnes qui ne faisaient que discuter entre elles et beaucoup étaient même dos à la scène.
Nous avons dû nous placer hors de la grande tente pour mieux entendre la prestation. Or, ç'aurait dû être le contraire: ceux qui veulent discuter, reculez-vous et laissez de la place aux vrais fans qui se sont déplacés pour aller les entendre, pas juste les voir.
Michel Dupont
Trois-Rivières