Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Opinions

Qui l’eût cru?

OPINIONS / Qui l’eût cru que nous serions tous, pour la plupart d’entre nous, confinés chez nous?

Qui l’eût cru... Nous, les consommateurs d’activités, de distractions, de toutes sortes... hypnotisés par le désir d’achats multiples nous promettant un certain bonheur...

Opinions

Circonstances exceptionnelles

OPINIONS / Salut à vous tous, lecteurs et lectrices de «notre» journal Le Nouvelliste.

Comment ça se passe chez vous, au travail, à la maison et dans vos différents espaces de vie? Vous gardez un bon moral? Et vos proches aussi? Le confinement, ça va?

Opinions

Quand ma maison devient…

OPINIONS / Quand ma maison devient une prison, ma fenêtre se transforme en puits de lumière. Quand elle devient un monastère, je prie pour un monde meilleur et je trouve que Dieu est bien loin.

Quand ma maison devient un îlot, je navigue dans mes rêves en imagination en gouvernail. Quand elle devient un espace sans contact, je souris à distance d’un mètre à ma Suzanne qui a un magnifique sourire ensoleillé.

Opinions

Le carême n’est pas annulé!

OPINIONS / L’humanité entière vit présentement son carême: la quarantaine imposée dans le contexte de la pandémie, indépendamment des croyances ou de l’incroyance d’un chacun.

Les traditions hébraïque, chrétienne et islamique, ont conservé des récits fulgurants reliés à Moïse et à l’esclavage des Hébreux dans l’Égypte ancienne. La Bible énumère avec force détails les étapes de leurs errances à travers le désert durant 40 ans. Quarante ans, c’est l’espace d’une génération, d’une période de la vie d’un peuple. Les esclaves hébreux se sont révoltés, et sous la direction de Moïse, ont fui vers le désert de Shour. Ils ont dû apprendre à vivre hors des structures hiérarchisées d’un empire dominant: sans travail, sans agriculture, sans eau, sans protection militaire, exposés au soleil, à la maladie, aux serpents, aux dissensions internes et aux pillards.

Opinions

La «Démarche», un organisme indispensable au développement de Trois-Rivières

OPINIONS / L’auteur, Patrice Tardif, est directeur et conseiller aux entreprises pour Tardif Stratégies d’affaires, un cabinet conseil basé à Trois-Rivières.

Depuis plusieurs semaines, les difficultés vécues par la Démarche des premiers quartiers de Trois-Rivières et l’éventualité de sa fermeture alimentent l’actualité régionale. Des appuis à cette organisation se manifestent de part et d’autre.

Opinions

Oslo, Trois-Rivières et la sécurité autour de nos écoles

OPINIONS / Oslo a atteint la vision zéro: aucun accident impliquant des piétons ou des cyclistes, en 2019. Tuons l’éléphant blanc qui est dans la salle, avant d’aller plus loin: loin de moi l’idée de ramener le débat sur Vision zéro sur la tribune publique. L’objectif est surtout d’explorer la question des déplacements actifs autour des écoles, et l’impact que ceux-ci peuvent avoir sur la sécurité.

Fin novembre, la direction de la police de Trois-Rivières a fait parvenir un communiqué à l’école de ma fille qui indiquait que «Malheureusement, force est de constater que la majorité des infractions constatées par les policiers en matière de stationnement impliquent les parents. Stationnement dans un débarcadère, sur une traverse piéton, dans un espace réservé aux autobus scolaires ou dans un espace où le stationnement est interdit par une signalisation, font partie du lot constaté par les policiers.»

Opinions

Quand le bonheur est coté en bourse

OPINIONS / L’auteur, Frankie Bernèche, est professeur de psychologie au Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu. Il habite à Saint-Mathieu-du-Parc.

Les hauts et les bas actuels de la bourse nous rappellent à quel point les marchés sont volatils et sensibles à un ensemble de facteurs en interaction (coronavirus, prix du pétrole, changements climatiques, etc.). Mais ce que nous oublions souvent c’est à quel point ces variations boursières et l’argent en général influencent notre humeur. D’ailleurs, les photos de presse associées à la débandade des marchés illustrent presque toujours des courtiers en détresse qui s’arrachent les cheveux ou se mettent les deux mains dans le visage, tête baissée comme si on venait de leur apprendre la mort d’un être cher. Mais pourquoi avons-nous de telles réactions en de pareilles circonstances? Parce que nous accordons à l’argent une valeur hautement affective, du moins beaucoup plus affective que monétaire.

Opinions

L’heure des responsabilités

OPINIONS / L’auteur, Daniel Landry, est professeur de sociologie au Collège Laflèche.

L’humanité entière est plongée dans une crise sans précédent. La pandémie de la COVID-19 ne laisse personne à l’abri. Certes, ce n’est pas la première fois qu’une pandémie frappe l’humanité. Il n’y a qu’à penser à la peste noire (1347-1351), à la grippe espagnole (1918-1919), ou même au SIDA (depuis 1981). Mais la virulence, la contagiosité (taux de reproduction entre 1,5 et 3,5) et la létalité (entre 2 % et 3 % selon les sources) de ce coronavirus démontrent éloquemment à quel point nos sociétés et nos économies sont aujourd’hui interreliées. En décembre, le virus n’était connu de personne. En mars, il fait maintenant des milliers de victimes dans tous les pays, paralyse l’économie globalisée et oblige une remise en question de toutes les bases de notre civilisation.

Opinions

Jardinons plus que jamais

OPINIONS / L’année 2020 restera bien gravée dans l’histoire de l’humanité. La pandémie de COVID-19 et les mesures sanitaires à prendre pour ralentir sa progression nous oblige à réduire les voyages et à réduire les contacts entre personnes.

Le simple journal qu’on feuillette en attendant son assiette au restaurant devenait une menace de transmission du virus. Il va sans dire que les mesures de distanciation sociale sont malheureusement nécessaires. Toute cette situation exceptionnelle contribue à faire monter le niveau de stress et les inquiétudes dans la population.

Opinions

Un diplôme vide

OPINIONS / Lettre adressée à Élizabeth Leblanc-Michaud, qui a initié une pétition demandant la suspension de la session d’hiver 2020 et la reconnaissance des crédits sans note finale pour les institutions d’enseignement supérieur.

Qu’est-ce que l’empathie? Selon Larousse, c’est la faculté de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent. L’obligation de répartir le malheur des uns sur le malheur de tous les autres, est-ce de l’empathie? Non, je ne crois pas.

Opinions

Cessez la distribution du Publi-Sac

OPINIONS / En cette période de pandémie alors que beaucoup de commerces sont fermés, nous avons reçu mercredi notre Publi-Sac que beaucoup de personnes manipulent pour la préparation.

 Il serait préférable de cesser cette distribution illogique qui ne fait qu’augmenter les risques de contagion.

Opinions

D’autres «anges gardiens»

OPINIONS / On parle beaucoup de tous les employés du système de santé mais on ne parle jamais des employés de l’assurance emploi qui travaillent sans relâche pour faire rouler la roue et permettre à plusieurs personnes de mieux passer au travers...

Eux aussi sont, dans leur catégorie, des anges gardiens.

Opinions

L’espoir de jours meilleurs

OPINIONS / J’écoute et lis tout ce qui se dit sur le terrible fléau qui nous touche et j’ai particulièrement aimé la chronique «La griffe à Beaudoin» et l’opinion de monsieur Jean-Noel Béliveau dans Le Nouvelliste du samedi 21 mars. On peut dire que les aînés y ont goûté cette semaine, nous les 70-80 ans et plus.

J’aimerais dire que les personnes de ma génération ont été élevées au temps où «le gros bon sens» existait toujours. Nous avons vite appris à écouter, à suivre les directives et à différencier le bien du mal. Nous n’avons donc pas aujourd’hui à être infantilisés.

Opinions

Oh! le souvenir

OPINIONS / Je n’oublie jamais de lire les lettres d’opinion de Guy Godin (que je salue en passant) dans Le Nouvelliste. Observateur averti de la politique municipale, il n’a jamais eu peur de dénoncer les tours de passe-passe des membres de notre conseil de ville. «Un conseil de ville à huis clos ou sur le party?», demande-t-il dans son article publié le 21 mars dernier.

C’est pourquoi je tiens à saluer fortement l’auteur de cet écrit qui ne manque pas de «piquants», c’est-à-dire de vérités qui stimulent l’attention de ses concitoyens dans une «dissociété» de plus en plus composée d’individus anonymes, égaux, instables, interchangeables, sans références vivantes et qui voient leur expérience réduite au rayon très court de leurs sensations propres... comme si l’hypocrisie, l’anarchie mentale, la volonté de puissance, les mensonges de propagande n’existaient pas!

Opinions

Pour protéger les gens que nous aimons

OPINIONS / Je me lave les mains, je me confine à la maison et j’évite les rassemblements parce que sinon plein de gens vont mourir.

Beaucoup de gens vont mourir parce que beaucoup de gens sont déjà morts. Mais ce sont des gens que nous ne connaissions pas, des gens du bout du monde, des Chinois, des Italiens. Nous nous sentions peu concernés, nous étions indifférents.

Opinions

Isolement et alcool en temps de pandémie

OPINIONS / L’auteur, Hubert Sacy, est directeur général d’Éduc’alcool.

La période que nous vivons, avec ses confinements et son isolement, pourrait entraîner des conséquences non négligeables en matière de consommation d’alcool.

Opinions

Des travailleurs qui devraient être reconnus pas seulement en temps de crise

OPINIONS / L’auteur, Luc Vachon, est président de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD).

Il est stupéfiant de voir comment une crise comme celle que nous traversons actuellement vient mettre en évidence l’importance de certains secteurs d’activités, de leurs emplois et des gens qui y œuvrent. On les voit tous les jours, ils sont en première ligne. Alors que de la plupart des Québécois doivent arrêter de travailler et rester chez eux et qu’une grande partie des activités sont mises sur pauses afin d’assurer une plus grande sécurité publique. D’autres continuent de travailler pour que nous puissions continuer de vivre presque normalement et subvenir à nos besoins essentiels. Que ce soit les gens qui nous soignent, les gens qui nous nourrissent ou celles et ceux qui s’assurent que nous continuions de bénéficier de services publics. La crise sanitaire que nous traversons met en lumière tout à coup ces personnes qui sont si importantes dans nos vies et que trop souvent nous négligeons.

Opinions

Le meilleur… et le pire de l’humanité

OPINIONS / Depuis quelques semaines déjà, nous voyons surgir ce qu’il y a de meilleur chez l’être humain. L’épreuve que nous vivons en commun nous sépare physiquement les uns des autres par mesure de précaution, mais en revanche, elle nous rassemble profondément à l’intime de nous-mêmes. Que nous le sachions ou pas, que nous le voulions ou pas, l’humanité n’a jamais été aussi près d’elle-même qu’en ce moment. L’humanité est entrain de réapprendre son humanité; elle est en train de réapprendre à vivre et à mettre les valeurs à la bonne place!

Par exemple, prenons la Chine. Qui aurait pensé qu’un jour les Chinois enverraient gratuitement des tonnes de matériel médical aux pays d’Europe les plus ravagés actuellement par la COVID-19? Et voilà! C’est fait! Et ils continuent de le faire jour après jour!

Opinions

L’après-crise pour les municipalités rurales

OPINIONS / L’auteur, Jean-Guy Doucet, est maire de la Municipalité de Saint-Léonard-d’Aston.

Nos municipalités, comme les grandes villes, vivent une crise grave qui affecte le moral des gens: l’insécurité s’installe, l’isolement est parfois très difficile à supporter. Nos populations sont généralement plus âgées et plus à risque, plus fragiles.

Opinions

Nos plus vieux en ont vu d’autres, mais pas celle-là!

OPINIONS / L’auteur, le docteur Serge Brazeau, est président de l’Association des médecins gériatres du Québec (AMGQ).

Au Québec comme ailleurs, la pandémie de la COVID-19 mobilise tous les acteurs de la société et affecte toutes les tranches d’âge. Mais les personnes âgées sont les plus frappées par ses conséquences: infections graves et décès (par plus de dix fois).

Opinions

Trop peu pour l’environnement et trop pour les entrepreneurs en construction

OPINIONS / Cette opinion fait suite à l’article publié le mercredi 11 mars sur le boisé de la rivière Millette. C’est toujours avec une grande déception que je suis les multiples dossiers environnementaux touchant notre ville. Il est malheureux de constater que, généralement, à chaque fois que des groupes de citoyens concernés démontrent une réticence ou une opposition face à un projet de développement résidentiel, qu’il soit toujours trop tard pour protéger une aire de verdure d’un quartier.

J’ai maintes fois observé lorsqu’un développeur résidentiel se pointe, l’administration trifluvienne facilite l’implantation de ce projet, déploie, déroge des règlements à une vitesse accélérée contrairement aux groupes environnementaux qui recherchent des consensus. Je ne suis pas contre le développement résidentiel mais, connaissant les enjeux environnementaux actuels, serait-il plus que temps que la Ville de Trois-Rivières exige de ces développeurs résidentiels et commerciaux un effort accru et important au point de vue conservation des arbres. Elle se doit d’instaurer de nouvelles normes sévères et, s’assurer de les faire respecter, en tant que conservation des boisés, des milieux humides etc.

Opinions

La COVID-19 changera à jamais l’industrie alimentaire

OPINIONS / La COVID-19 va probablement redéfinir l’épicerie de plusieurs façons. Avant la crise, peu de gens commandaient des aliments en ligne et de nombreux Canadiens se questionnaient sur les raisons d’acheter ainsi de la nourriture. Depuis le début de la crise, 9 % des Canadiens qui n’ont jamais acheté de produits alimentaires en ligne, le font maintenant.

L’expérience d’achat en magasin évolue rapidement pour répondre à de nouvelles normes. La plupart des épiciers ont réduit leurs heures d’ouverture pour offrir un temps de repos aux employés et permettre un nettoyage rigoureux des magasins, comptoirs et caisses libre-service. Certains établissements se munissent même de barrières de protection en plexiglas afin de protéger les gens en magasin. En effet, selon un récent rapport publié par l’Université Dalhousie, seulement 24 % des Canadiens sont à l’aise avec l’idée de faire l’épicerie ces jours-ci. Autrement dit, au-delà des trois quarts de la population canadienne considèrent la visite à l’épicerie comme un risque inhérent. Alors, ne soyez pas surpris de voir les supermarchés devenir aussi propres qu’une salle d’opération dans un hôpital. Nouvelles normes obligent, plusieurs employés reçoivent même une prime salariale jusqu’en mai, du jamais vu dans le secteur.

Opinions

On va s’en sortir sans sortir!

OPINIONS / Londres, 21 mars 1941. Depuis 195 jours, les Londoniens subissent les raids aériens de la Luftwaffe sur le Royaume-Uni. À tous les jours, l’ennemi arrive du ciel. Des quartiers entiers sont réduits en amas de briques. Les citoyens suivent les consignes du gouvernement Churchill: tout le monde vit en quasi-permanence dans les stations souterraines des métros pour se protéger des bombes. Au final, entre le 7 septembre 1940 et le 21 mai 1941, 3,75 millions de personnes auront été déplacées, 14 621 seront tuées et 20 292 blessées, des civils en grande majorité.

Il y a quelques jours, le président Emmanuel Macron sonne la mobilisation générale: «Nous sommes en guerre face au coronavirus!» À six reprises à l’intérieur de la même adresse à la nation! Le tout sous un ton martial. Au Québec, le premier ministre François Legault déclare: «La bataille va être dure et longue.» Le directeur national de la Santé publique Horacio Arruda multiplie les recommandations pour limiter la propagation de l’ennemi.

Opinions

N’oubliez pas de nuancer, surtout en temps de crise

OPINIONS / – Acceptez-vous d’être citée? – Oui, aucun problème...

Les apprentissages sont nombreux en cette période hors du commun. Collectivement, on apprend de nouveaux concepts d’épidémiologie; on trouve de nouvelles façons de travailler, d’apprendre; on voit que les problèmes anxiogènes sont plus nombreux qu’on pense; on vénère l’hygiène comme rarement; on constate que l’entraide est encore une valeur essentielle pour plusieurs humains; on admire les dirigeants qui sont aptes à nous donner des directives claires... Et personnellement, j’ai appris que même en temps de crise, il est préférable d’écrire par soi-même! Comme j’ai fait confiance à un journaliste qui ne m’a pas mal citée, mais qui a insuffisamment rapporté mes propos, j’apprends aussi à être moins naïve.

Opinions

Rose patience

OPINIONS / Mère de toutes les vertus, la patience.

Le virus va mettre à l’épreuve notre patience. Dans nos maisons avec les enfants, notre patience. Avec les grands enfants aussi. Les adolescents. La patience avec nos parents. Nos grands-parents...

Opinions

Dans les coulisses socio-économiques du coronavirus

OPINIONS / L’auteur, Jean-Claude Bernatchez, est professeur titulaire en relations industrielles à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Nul ne saurait sérieusement s’opposer à une stratégie préventive pour lutter contre le coronavirus dans la suite des recommandations des spécialistes de la santé. Les diverses initiatives qui en ressortent valorisent l’arrêt des activités productives non essentielles et l’isolement personnel comme gage de réussite. Outre ses effets positifs, une telle stratégie peut aussi induire des conséquences gravissimes spécialement aux plans du travail et de la pérennité des entreprises. Certes contourner le coronavirus fait l’envie de tous mais se retrouver au chômage à cause des stratégies préventives précitées peut à son tour produire des effets pervers.