Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Budget provincial: on fera mieux l’an prochain

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
OPINIONS / Mesdames et messieurs les députés de la Mauricie,

Au début du mois en cours, nous avons changé de nom pour devenir Aide chez soi Trois-Rivières. En faisant ce changement, nous annoncions à notre clientèle que nous serions leurs voix quand viendrait le temps de revendiquer le droit de vivre et de vieillir à domicile. Nous serons toujours en avant lorsque viendra le temps de vanter et de valoriser le soutien à domicile.

La dernière année aurait dû nous enseigner, nous sensibiliser au désir des gens vieillissant au Québec; ces derniers veulent demeurer chez eux, vieillir chez eux… et longtemps, le plus longtemps possible. Un récent sondage Léger démontrait que plus de 71 % des gens choisiraient de vivre le plus longtemps possible à domicile si on leur donnait les moyens.

Vieillir à domicile au Québec n’est définitivement pas le choix du gouvernement

Nous attendions du dernier budget provincial un geste de votre gouvernement, un espoir de voir enfin un changement de paradigme pour la manière de vieillir au Québec. Nous espérions une volonté de faire autrement, enfin. Mais ce ne fut pas le cas, encore une fois votre gouvernement a fait le choix de miser, encore et toujours, sur l’institutionnalisation et non pas sur le soutien à domicile.

Faute de moyens financiers adéquats, il est encore impensable au Québec qu’une personne nécessitant une dizaine d’heures de services par semaine puisse faire le choix de vivre chez elle en toute dignité. D’autant plus que, depuis plus de 20 ans, les entreprises d’économie sociale en aide à domicile, les EESAD, qui au nombre de 100 situées partout au Québec, ont opté sur une approche humaine et ont développé de nombreux services destinés au maintien à domicile. Il est plus que temps pour le gouvernement d’en tenir compte et de miser sur ces dernières.

Vieillir au Québec en quelques chiffres

• Maisons des aînés : 2,3 milliards $ pour moins de 1900 places.

• Avec la même somme, 2,3 milliards $, on pourrait maintenir le service à domicile d’une personne pendant 168 000 années. Plus sérieusement, avec la moitié de cette somme nous pourrions permettre à près de 10 000 personnes de réaliser leur choix de vivre à domicile pour une dizaine d’années additionnelles.

• Les coûts d’opération de ces Maisons des aînés sont encore inconnus, mais retenons qu’actuellement, il en coûte annuellement plus de 100 000 $ à l’État pour une personne seule dans un CHSLD.

• Les entreprises d’économie sociale en aide à domicile, les EESAD, offrent une formule plus humaine, plus digne pour moins de 15 000 $ par année pour faire en sorte qu’une personne puisse recevoir des services à domicile.

Aujourd’hui au Québec il est faux de dire qu’il est possible de vieillir à domicile sans s’appauvrir. Une grande majorité des aînés ne peuvent, ou ne pourront, s’offrir des services adéquats, soit une douzaine d’heures hebdomadaires. Mis à part les services de soins à domicile de base, la majeure partie des services d’aide à domicile sont tarifés et leurs coûts ne cessent d’augmenter.

On nous a vanté votre volonté de gouverner et décider autrement. Il est malheureux de constater que dans le dossier du vieillissement au Québec, vous avez choisi la simplicité, celle de faire comme avant, de faire pareil. Vous poursuivez l’idée qu’ici, vieillir signifie de déménager… souvent contre son gré.

Dans la dernière année, on vous a informés, on vous a sensibilisés. Nous vous avons présenté tous les bienfaits et avantages de miser sur le soutien à domicile. On a partagé avec vous des pistes de solutions et une nouvelle vision de ce que cela pourrait être de vieillir, de bien vieillir au Québec.

Aide chez soi Trois-Rivières n’abandonnera pas; nous allons tenir notre promesse faite il y a un mois aux gens de Trois-Rivières, d’être là pour eux. Nous recommencerons nos représentations auprès de vous et poursuivrons nos démarches de sensibilisation auprès de vous, nos élus… même si ça doit prendre une année de plus.

Parce que dans un an… il y aura un autre budget.

Et cette fois-là, souhaitons-nous de faire mieux.

Martin-Charles St-Pierre
Directeur général associé d’Aide chez soi Trois-Rivières

France Leclerc
Directrice générale associée d’Aide chez soi Trois-Rivières

À propos d’Aide chez soi Trois-Rivières

Aide chez soi Trois-Rivières est une entreprise d’économie sociale en aide à domicile (EESAD) œuvrant à Trois-Rivières, membre du Réseau des EESAD regroupant 100 entreprises au Québec. Grâce à l’approche personnalisée d’une équipe qualifiée et dédiée, Aide chez soi Trois-Rivières propose des services de qualité adaptés aux besoins et au bien-être de sa clientèle, dans le confort de son domicile. Plusieurs services sont admissibles à diverses sources d’aide financière.