Bel exemple d'intégration

Dernièrement, j'écrivais un texte (Cultuel vs Culturel) sur la nouvelle approche concernant le culte et la culture via certaines églises et communautés qui pourraient envisager une nouvelle façon de garder leurs fidèles en s'ouvrant sur la mise en valeur de talents artistiques dans leurs lieux de culte.
Le 7 septembre, j'ai eu le bonheur, avec plus d'une centaine de personnes, de pouvoir assister à la dernière activité des dimanches des artistes à l'église Notre-Dame-de-la-Présentation à Shawinigan-Sud. Deux artistes de stature internationale ont vraiment fourni un exemple magnifique d'une intégration culturelle à une célébration cultuelle.
Avant, pendant et à la fin de la cérémonie, des pièces classiques furent interprétées majestueusement par ces deux artistes qui débordent de talent et d'expérience: la harpiste Valérie Milot et le violoniste Antoine Bareil. Valérie pratique la harpe depuis l'âge de dix ans tandis qu'Antoine a débuté à l'âge de six ans. Ce duo du son cristallin de la harpe avec les sonorités envoûtantes du violon favorisait grandement l'élévation spirituelle. J'étais au 7e ciel!
Quelle ténacité, quel travail, quelle expérience pour devenir de grands virtuoses! Et, également, quelle générosité de partager ce beau cadeau avec les fidèles de notre paroisse. Faut dire que le calendrier estival de 2014 a été bien garni et que tous les participants à ces offices religieux repartaient avec une double satisfaction; de belles réflexions sur le contenu des lectures de l'année liturgique, et une profonde méditation reliée à l'ambiance musicale provoquée par les artistes.
Encadré des oeuvres d'Ozias Leduc, notre regard se balade à travers les toiles bibliques qui partent de Melchisédech et Abraham jusqu'aux oeuvres profanes contemporaines, où Leduc intègre la vision industrielle de Shawinigan du père Jacques Buteux, avec la représentation des travailleurs des usines locales de la Belgo et de l'Alcan. Cette heure dominicale passe très rapidement. Il faut ajouter que les lectures, les prières et les commentaires sont présentés par des animateurs qui enlèvent le poids habituel d'une cérémonie religieuse célébrée sans trop de conviction. En plus, avec les positions debout, assis, à genoux, et les applaudissements, l'exercice physique éloigne et diminue... l'arthrite!
En réalité, je vous le dis, ces messes des artistes sont vraiment de beaux exemples de «Divins détours».
André-Jean Bordeleau
secteur Shawinigan-Sud