L'amphithéâtre a remporté un prix prestigieux pour son architecture.

Beaucoup plus de fleurs que de pots...

Décidément, la guigne s'acharne sur le groupe de détracteurs voire de réactionnaires envers nos élus municipaux.
Après que Trois-Rivières eut été déclarée la ville la plus heureuse, une deuxième claque quand cette même ville fut reconnue comme la mieux gérée, et aujourd'hui on entend que le projet de l'amphithéâtre remporte un prix prestigieux pour son architecture. Une chance que pendant ce temps une «bonne» nouvelle arrive: Trois-Rivières est la ville la plus polluée...
Le problème étant que cette dernière reconnaissance est survenue à la surprise de pratiquement tout le monde et que les autres nouvelles, aucune surprise.
Parlant de cette pollution, il ne faut pas être aller bien loin pour avoir une petite réticence sur ce constat. Avez-vous déjà vu au-dessus de Trois-Rivières un nuage de smog tel qu'on voit souvent au dessus de Montréal et Toronto? Si la pollution est si néfaste chez nous, comment expliquer que c'est ici que l'on vit le plus vieux?
Après le déluge d'éloges tombés sur notre ville, il fallait bien que quelqu'un, quelque part, trouve quelque chose de négatif.
Personnellement, je suis prêt à troquer n'importe quand une petite pollution normale qui me semble inoffensive pour une ville bien gérée, une vie heureuse, des gens souriants et sans oublier des élus municipaux qui n'ont pas peur d'innover, de foncer et de travailler pour améliorer le sort de leurs citoyens.
Jacques A. Dion
Trois-Rivières