Alexandre Cusson

Bâtir ensemble plutôt que seulement vivre ensemble

En réaction à la lettre de M. Marcel Lapointe intitulée «Une vision étriquée vouée à l’échec», publiée dans notre édition du 26 mai.

Afin d’éviter toute ambiguïté quant à ma position sur l’immigration, je souhaiterais répondre au texte de M. Marcel Lapointe, publié dans Le Nouvelliste de samedi dernier.

Comme l’indiquait clairement l’article publié dans Le Soleil et les autres quotidiens du Groupe Capitales Médias du 24 mai, je propose que, comme société, nous allions plus loin que le simple «vivre ensemble» pour aller plutôt vers le «bâtir ensemble».

L’immigration constitue en effet un atout pour toutes les régions du Québec et est une condition essentielle pour l’occupation dynamique de notre territoire. C’est pourquoi il nous faut collectivement aller au-delà d’une simple relation «Je t’endure, tu m’endures» afin de mieux intégrer les personnes issues de l’immigration au sein de nos communautés et de les amener à participer pleinement à l’évolution de notre société.

C’est en mettant en commun nos nombreuses forces que nous ferons de nos municipalités et de nos régions des lieux plus prospères et des milieux de vie encore plus agréables.

Alexandre Cusson

Maire de Drummondville

Président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ)