Automne et poésie

À Trois-Rivières, dans le cadre de l'annuel Festival international de la poésie, nous accueillons chaleureusement une pléiade de poètes de toutes provenances autour de la planète; cependant que nous admettons que l'été est passé, que l'automne est bel et bien présent.
L'automne et son air particulier, plus frais, ses feuilles mortes qui jonchent trottoirs et parterres dont l'odeur unique embaume notre respiration. Feuilles d'érables, de hêtres, de peupliers, de chênes et d'ormes parfois bicentenaires... nos arbres qui affichent pourtant encore leur myriade de couleurs, de l'écarlate si vif, du rouge vin au doux jaune clair, tel un drapeau symbolique de la poésie universelle.
«Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi...», dit la chanson si appropriée de messieurs Prévert et Kosma.
«En ce temps-là la vie était plus belle...»: peut-être...
«C'est une chanson qui nous ressemble, toi qui m'aimais, moi qui t'aimais...»; voilà qui est bien vrai!
«Mais la vie sépare ceux qui s'aiment...» Adieu Jean (dearest Jean). Adieu Marcel. Adieu Raymond. Adieu Marie-Andrée. Adieu Marie-Marthe (décédée hier). Contrairement à ces feuilles mortes que «le vent du nord emporte dans la nuit froide de l'oubli», ces êtres chers à jamais demeureront bien vivants dans notre coeur.
Longue vie au Festival international de la poésie! Merci, Gaston Bellemare et votre valeureuse équipe. Et à tous: bonne saison du Festival!
Claude R. Simard
Trois-Rivières
Retraité de l'enseignement (Ontario Teachers')