Alphonse Piché à l'honneur

Voilà une information qui me réjouit: le spectacle Le temps n'est que voyageries sur Alphonse Piché qui n'avait été présenté qu'un seul soir et qui risquait fort de ne pas être repris le sera. Je vous invite à y aller; ce sera le vendredi 6 octobre à 20 h à la Maison de la culture de Trois-Rivières.
Nous étions environ 150 personnes à la mi-mars à demeurer envoutés d'un bout à l'autre par cet hommage original de 75 minutes concocté par Carolane Saint-Pierre qui vénère ce poète de la Mauricie qui aurait eu 100 ans en 2017.
Est-il besoin d'indiquer qu'Alphonse Piché a produit une oeuvre marquante? Moi, j'ai un petit culte pour ces mots-ci qu'un jour il a dits: «Fixer des vertiges, noter des silences, traduire l'invisible, voilà entre autres, quelques tâches impossibles que se réservent les poètes».
L'écrivain et poète de chez nous, Gérald Gaudet, soutient qu'il fut un «phare pour toute une génération» et Gaston Miron confia un jour que sa modernité lui venait de lui.
Carolane Saint-Pierre a fait beaucoup de recherches et lu des piles de lettres pour qu'on évoque l'enfance d'Alphonse Piché puis son grand âge sans oublier entre les deux, ses amours, ses labeurs et enfin son attachement à sa mère, Marie-Céleste, et à sa soeur, l'artiste Aline Piché.
Sur scène, il y avait des comédiens, des figurants et des musiciens; Fontaine Leriche a peint un tableau et le poète Guy Marchamps a chanté.
De plus, Carolane Saint-Pierre avait tourné des images ou, autrement, présentait des documents d'archives qu'on voyait sur deux écrans. Les billets pour voir ce spectacle très original sont en vente à prix raisonnable à la billetterie de salle J.-Antonio-Thompson.
Réjean Martin
Trois-Rivières