Accès des sentiers aux motoneigistes: vivement un terrain d'entente!

L'auteure, Karine Provencher, est présidente du Regroupement des chambres de commerce de la Mauricie.
C'est avec étonnement que le Regroupement des chambres de commerce de la Mauricie (RCCM) a pris connaissance des intentions de l'Union des producteurs agricoles (UPA) de la Mauricie de mettre ses menaces à exécution et d'interdire aux motoneigistes l'accès aux terres agricoles.
Les Chambres de commerce de la Mauricie sont inquiètes de cette décision qui prend ainsi en otage des milliers de motoneigistes de la région. Nous souhaitons sensibiliser l'ensemble des intervenants en cause quant à l'importance des retombées économiques de cette industrie pour la région. 
L'industrie récréotouristique constitue un facteur de premier plan pour l'économie régionale. En ce sens, une interdiction d'accès à certains sentiers de motoneige occasionnerait des pertes significatives, notamment pour les commerçants, les restaurants et les établissements hôteliers que nous représentons.
Nous sommes conscients que le gouvernement souhaite revoir le Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA) et que l'Union des producteurs agricoles (UPA) souhaite accentuer ses moyens de pression auprès du gouvernement. Mais interdire l'accès des motoneigistes aux terres agricoles viendrait mettre grandement en péril toute l'industrie de la motoneige dans la région et même partout au Québec.
Le Regroupement des chambres de commerce de la Mauricie exhorte donc l'UPA d'opter pour d'autres moyens de pression afin de favoriser le développement harmonieux du tourisme au Québec.
Le RCCM est préoccupé quant aux conséquences d'une telle réforme du PCTFA. 
Nous offrons donc notre soutien à l'UPA Mauricie, car le potentiel de développement récréotouristique des activités impliquant les véhicules hors route est indéniable et doit donc se faire en harmonie avec les populations et les réalités régionales.