À trop vouloir bien faire, parfois on fait mal

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / La Ville de Trois-Rivières a reçu de la population trifluvienne une fin de non-recevoir concernant l’abaissement de la vitesse à 30 km/h dans les zones résidentielles.

Ce projet faisait partie d’un mouvement «mondial» appelé Vision zéro. La Ville a adhéré à ce mouvement en 2018. Elle fait partie des cinq villes canadiennes à participer à cette vision.

La philosophie derrière cette vision est bien noble. On doit protéger les personnes les plus vulnérables de la ville en tout temps. On doit donc adopter des mesures visant à protéger ces personnes. On ne peut être contre la vertu.

Le problème à Trois-Rivières c’est qu’on manque de gros bon sens concernant les principes de Vision zéro. On a plutôt tendance à avoir de graves problèmes de vision. Je m’explique.

Commençons par la rue Barkoff, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Lors des consultations citoyennes concernant Vision zéro, le rapport produit fait état de ce problème, soulevé par certains citoyens, sur la rue Barkoff: «Coin Barkoff et des Ormeaux, il y a un manque de savoir-vivre dans ce secteur; les gens klaxonnent les automobilistes qui laissent passer des piétons.» La solution de la Ville de Trois-Rivières est la suivante: installer des feux de circulation au coin de la rue. Ces feux sont déjà en mode installation. N’aurait-il pas été plus facile de bien indiquer que les piétons ont priorité sur ce coin de rue aux quatre panneaux d’arrêt obligatoire? Il semble bien que non. On va simplement enlever de la fluidité aux automobilistes sur une rue qui, en fait, n’en est plus une. C’est une rue qui, entre le boulevard des Estacades et la rue des Ormeaux, est exclusivement commerciale.

Le conseil municipal ne s’arrête pas seulement à ce feu de circulation, loin de là. On va aussi y enlever une voie aux automobilistes pour créer une piste cyclable et un nouveau trottoir. Ce projet s’inscrit dans le sens de Vision zéro. Mais est-il réaliste et correspond-il vraiment à un besoin?

Je demeure dans ce secteur. Depuis plusieurs années il m’a été possible de constater l’augmentation de la circulation sur la rue Barkoff. Avec la construction des nouveaux quartiers dans le nord du Cap et l’ajout de grandes surfaces commerciales sur Barkoff, la circulation automobile a augmenté grandement. Y a-t-il un problème à cela? Je vous dirais que non. Par contre, il faut comprendre que la rue Barkoff n’est plus une rue, c’est maintenant le boulevard des Forges de Cap-de-la-Madeleine. Il y a sur cette rue des heures de pointe et de la circulation importante chaque jour de la semaine, sans compter une entrée et sortie d’autoroute. Enlever une voie aux automobilistes va grandement nuire à la fluidité de la circulation et créer de graves problèmes pour tous les usagers. En fait c’est un non-sens. Mais à Trois-Rivières, il faut croire qu’on n’est pas à un non-sens près.

Tout près de là, sur la rue Pie-XII, on a installé sur la voie en direction de Thibeau, la semaine dernière, un indicateur de votre vitesse. Vous savez ce panneau électronique qui indique à quelle vitesse vous circulez. Super! Cela va probablement ralentir la vitesse des autos. Le problème, c’est qu’on a installé cet indicateur… dans la piste cyclable! On oblige les cyclistes à bifurquer brusquement vers la voie des automobilistes. Heureusement qu’ils vont ralentir en voyant le panneau...

Parlant de vélos, on a aussi priorisé les vélos sur la rue Saint-François-Xavier dans le centre-ville de Trois-Rivières. On a mis la rue à sens unique du nord vers le sud pour les automobilistes. On a placé la piste cyclable non pas à droite de la circulation tel que conseillé par le MTQ mais à gauche. Mais ça ne s’arrête pas là. On fait circuler les vélos à contresens de la circulation routière du sud vers le nord! Comme ancien membre de Vélo Québec, je n’en croyais pas mes yeux! La meilleure façon d’avoir un accident lorsqu’on circule à vélo c’est de rouler à contresens de la circulation, surtout aux intersections. Rouler sur une piste cyclable n’y change absolument rien.

On pourrait continuer encore longtemps pour relever toutes les incongruités de la Ville dans l’implantation d’une Vision qui ne semble pas être bien comprise de nos élus. Vous savez, quelquefois, à vouloir trop bien faire, on fait mal. À vouloir à tout prix instaurer le plus rapidement possible des mesures allant dans le sens de Vision zéro, on se retrouve plus souvent qu’autrement avec zéro vision.

Claude Trudel
Trois-Rivières