Le programme de remise de points Air Miles a été lancé en 1992 et a attiré plus de 11 millions d'abonnés.

À propos d'Air Miles

Il y a quelque temps, Air Miles m'a félicitée pour le vingt-quatrième anniversaire de ma fidélité à ce programme. J'ai une carte dorée. Je l'utilise dans divers achats à l'épicerie, dans les garages Shell, à la pharmacie Jean Coutu, chez Rona, etc.
C'est en 1992 que le pompiste chez Shell situé devant le magasin général de Saint-Élie-de-Caxton où j'habitais me proposa de m'abonner à ce nouveau système d'économies qui venait de sortir sur le marché, en m'inscrivant à Air Miles. Cette carte ne servait alors que chez Shell. 
Alors pourquoi pas? Je me suis abonnée.
Il n'y avait alors qu'un seul cumulatif, une seule série de points. Et cela pouvait s'appliquer à des voyages. J'ai donc pu faire quatre voyages grâce à Air Miles.
Plusieurs années plus tard, alors que j'avais déménagé à Trois-Rivières, la compagnie Air Miles décida de scinder les points en deux parties, les points «argent» et les points «de rêve», et si on ne choisissait pas, la compagnie mettait à mon nom la moitié des points côté «argent» et l'autre moitié côté «rêve».
Quand j'ai enfin réalisé le tout, j'ai demandé que tous mes points désormais aillent côté «argent». Mais plus de 2500 points s'étaient accumulés dans les «rêves». J'ai donc demandé un transfert de ceux-là côté «argent»... ce à quoi on me répondit en disant que c'était impossible. Étant âgée, je ne voyage plus, mais... il y a un catalogue, où rien ne m'intéresse vraiment.
J'ai donc laissé traîner une partie de mes points, mais Air Miles a décidé il y a quelques mois que les points ayant plus de cinq ans seraient éliminés. Et toujours impossible de les verser côté «argent». 
J'ai donc consulté le catalogue pour voir ce que me permettaient un peu plus de 2500 points. J'ai fini par choisir des boucles d'oreille en perle, que je n'ai pas encore portées car l'attache arrière de chacune est si minuscule que je n'arrivais pas à les installer, alors j'ai dû m'acheter d'autres attaches chez un bijoutier. 
Il me reste tout de même 88 points «de rêve»... qu'en ferai-je? Et toujours pas moyen que Air Miles accepte de les verser dans mon compte «argent», ce qui serait vraiment la meilleure solution.
Pourquoi Air Miles s'y refuse? La compagnie fait marche arrière à cause des nombreuses critiques, et ne détruira pas les points accumulés depuis cinq ans, mais ils auront peut-être moins de valeur après un certain temps... Big deal! J'ai légué par testament tous mes Air Miles, le notaire m'ayant dit que c'était possible. Et j'utilise tous mes points «argent» partout où c'est possible quand j'en ai au moins 95.
Ça peut aider en ces temps où tout coûte cher!
Michelle Roy
Trois-Rivières