Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Point de vue

La subvention salariale doit inclure les PME

POINT DE VUE / Le Québec et le Canada sont confrontés à une crise sanitaire dont toute l’ampleur n’a pas fini de se révéler. Pour l’affronter, quoique tardivement parfois, le Canada s’est inscrit dans la foulée des initiatives prises par la plupart des économies industrielles : confinement et restrictions dans les déplacements, dépistage à grande échelle, éducation et distanciation, recherche médicale, injections massives dans le soutien à l’économie pour préserver la viabilité des entreprises et le pouvoir d’achat des particuliers. Cette convergence permet aux États de faire preuve d’audace parce qu’aucun ne faisant bande à part, l’équilibre concurrentiel sera préservé entre eux.

Parmi les mesures fréquemment retenues par les États industrialisés figure le soutien au lien d’emploi par la subvention salariale. En bref, il s’agit pour l’État de verser à l’employeur un pourcentage des salaires en échange du maintien en poste des employés, même s’ils ne sont pas à proprement parler au travail. La viabilité de l’entreprise est ainsi plus probable, le pouvoir d’achat des travailleurs est préservé et le rappel au travail sera facilité.

Éditorial

La désinvolture: notre pire ennemie

ÉDITORIAL / Il suffit de se promener sur les artères habituellement dites commerciales de la région pour constater que la population aussi bien que les gens d’affaires respectent, en général, les consignes sanitaires et les mesures de restriction associées à la propagation de la COVID-19. En général, dis-je bien.

Collectivement, nous sommes en train d’accomplir, bien malgré nous, quelque chose d’extraordinaire. Même si on est tous un peu sonnés d’encaisser, chaque jour, les conséquences de cette crise sanitaire, notamment les restrictions quant à la vie en société et les fermetures successives de commerces et d’entreprises, on a tous – ou à peu près – l’impression de contribuer à un effort collectif jamais vu.

Opinions

Regard en arrière pour mieux aller de l’avant

PERSPECTIVE / L’actualité se déroule à vitesse grand V sous nos yeux. Nous sommes inondés d’informations en cette période de pandémie mondiale. Certaines sont fiables et importantes, d’autres moins. Pour y voir un peu plus clair, je vous suggère une chronique qui fait une recension bien personnelle des nouvelles qui ont marqué les derniers jours. Question de ne pas oublier trop rapidement ce qui nous permettra de mieux comprendre ce qui s’en vient…

Les gens d’abord

L'actualité selon Jean Isabelle

L'actualité selon Jean Isabelle
Jean Isabelle

Opinions

Sécurité alimentaire, à l’ère de la COVID-19

OPINIONS / L’auteur, Sylvain Charlebois, est professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie et directeur du Laboratoire de recherche en Sciences analytiques agroalimentaires.

Pendant que tout le monde tente de saisir le sens de notre nouvelle réalité, que ce soit en quarantaine ou ailleurs, la panique collective dans les épiceries, les tablettes vides et les lignes d’attente étaient sur toutes les lèvres. D’ouest en est, les tablettes se sont vidées en quelques heures. Il est difficile de juger le comportement de ceux qui ont réellement paniqué. Après tout, l’humanité doit rarement composer avec une pandémie, et chacun d’entre nous gère son anxiété de façon tout à fait différente. De plus, le Canada n’était pas seul dans cette galère, la panique était palpable partout en Occident. Malgré l’épreuve que nous vivons tous, il est important de se rappeler à quel point nous sommes chanceux d’avoir une filière agroalimentaire aussi fiable ici.

Opinions

Écrivez-nous... plus que jamais!

Vous l’avez remarqué, la publication «papier» du Nouvelliste est suspendue en semaine. Mais chaque jour, notre site web et nos applications mobiles vous offrent tout le contenu habituel, y compris l’éditorial, la caricature et les lettres d’opinion des lecteurs.

L'actualité selon Jean Isabelle

L'actualité selon Jean Isabelle
Jean Isabelle

Éditorial

Un petit miracle chaque jour

ÉDITORIAL / En cette période d’urgence sanitaire et avec le déploiement de mesures visant à freiner la propagation du coronavirus, les médias d’information jouent un rôle essentiel pour tenir la population au courant des derniers développements, pour questionner les autorités politiques et sanitaires ou pour témoigner des gestes de solidarité qui sont mis de l’avant. Mais malgré le printemps qui vient d’arriver, les voilà une fois de plus au cœur d’une tempête qui les frappe de plein fouet.

Les médias n’échappent pas aux bouleversements liés aux mesures sanitaires. Les employés du Nouvelliste, par exemple, font pour la plupart du télétravail. Un défi de taille, quand on considère l’effervescence normalement observée dans les salles de rédaction. Le travail de coordination est énorme. Les enjeux technologiques sont majeurs. Et pourtant...

Opinions

Affichons des cœurs pour le printemps de la solidarité!

OPINIONS / Un jour dans mon petit village, avec une gang d’amis un peu fous, nous avions inventé un rassemblement pour nous sortir d’une crise économique majeure au Québec. C’était en 1981. Nous avions créé la Fête de la Solidarité. L’événement a duré 30 ans. Les villageois ont retroussé leurs manches. Et nous avons réussi à nous en sortir.

Aujourd’hui notre bled est parmi les plus prospères au Québec. Nous sommes 2000 à vivre à Saint-Narcisse. Et vous dormez probablement sur des matelas produits chez nous! Ou vous avez du plaisir dessus! On a du temps pour ça ces jours-ci!

Éditorial

Réinventer le monde?

ÉDITORIAL / C’est sous le thème «Réinventer le monde» que devait se dérouler le 32e Salon du livre de Trois-Rivières du 26 au 29 mars. On le sait maintenant, la directive d’annulation des événements intérieurs de plus de 250 personnes a eu raison de ce grand rendez-vous culturel. Comme elle a eu raison de plusieurs autres événements ou rassemblements prévus dans la région. Mais s’il peut rester quelque chose de ce 32e Salon du livre qui n’aura pas lieu, cela pourrait être sa thématique qui, elle, tombe à point dans les circonstances. Surtout pour le réseau de la santé.

La lutte contre la propagation de la COVID-19 nous force à trouver des moyens d’éviter de s’exposer ou d’exposer les personnes les plus vulnérables à la transmission du virus. Depuis trois jours, les mesures déployées se multiplient et sortent de l’ordinaire. Certaines viennent causer de sérieux maux de tête à plusieurs parents, à plusieurs travailleurs, à plusieurs employeurs, à des voyageurs, à des aînés, à des organisateurs d’événements. À beaucoup de monde, finalement. Mais il faut ce qu’il faut.

Opinions

Une occasion manquée pour le transport collectif

OPINION / L’auteur, Alexandre Cusson, est candidat à la direction du Parti libéral du Québec.

Au moment où il est plus que jamais temps d’agir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, la nécessité de développer le transport collectif dans toutes les régions du Québec prend plus que jamais tout son sens.

Caricature de Côté

Caricature de Côté

Opinions

Le communautaire, la voie pour un Québec riche et prospère!

OPINION / Les auteurs sont Claudia Fiore-Leduc (Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires), Tristan Ouimet-Savard (Réseau québécois de l’action communautaire autonome), Éloïse Lara Desrochers (Regroupement des organismes en défense collective des droits), Lucio Castracani (Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec) et Olivier Bellemare (Table nationale des Corporations de développement communautaire). Ils représentent le comité de coordination de la campagne «Engagez-vous pour le communautaire».

En attente du second budget de la CAQ, les organismes d’action communautaire autonome (ACA) sont impatients de savoir si le gouvernement optera pour une solution «plaster» ou pour une solution qui viendra réellement faire une différence pour ce réseau bien ancré dans les communautés de toutes les régions du Québec.

Éditorial

DPJ: pourquoi seulement l’Estrie?

ÉDITORIAL / La mise sous tutelle de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de l’Estrie, jeudi, ne devrait être que le point de départ d’une action plus large qui pourrait toucher l’ensemble des services de protection de la jeunesse au Québec. Les blâmes des tribunaux à l’endroit de la DPJ sont loin d’être l’apanage d’une seule région. Et avant que ne surviennent d’autres drames, il est temps d’appliquer une mesure plus globale.

La DPJ de l’Estrie a été mise sous tutelle après un autre cas grave de négligence d’enfants qui ont attendu des mois avant que leur dossier ne soit évalué. De tels délais sont évidemment inacceptables parce que dans bien des cas, la sécurité des enfants est réellement un enjeu préoccupant.

Opinions

La fin des vaches sacrées

OPINIONS / L’auteur, Sylvain Charlebois, est professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie et directeur du Laboratoire de recherche en Sciences analytiques agroalimentaires.

On a beaucoup parlé récemment de produits substituts pour la viande, mais les substituts au lait deviennent également de plus en plus populaires. Compte tenu de nos quotas et tarifs élevés, quand il s’agit de produits laitiers au Canada les enjeux sont très différents. Les substituts laitiers bien en vue dans les épiceries et les cafés se retrouvent pratiquement partout. Ces produits de spécialité ne sont plus confinés aux étagères poussiéreuses dans un endroit obscur d’un supermarché ou dans un magasin d’alimentation spécialisé et de santé. Bien visibles, les laits de riz, de soja et d’autres substituts comme l’avoine, l’amande, la noix de cajou, la noix de coco et même le lait de chanvre se retrouvent partout à travers le pays. L’émergence de ces produits de remplacement du lait cause certainement des ennuis à l’industrie laitière.

L'actualité selon Jean Isabelle

L'actualité selon Jean Isabelle

Éditorial

Cohabitation et gros bon sens

ÉDITORIAL / Ainsi donc, il semble que la cohabitation de deux équipes soit maintenant le plan A en ce qui a trait à l’occupation du nouveau Colisée. Si cela se concrétise, il semble bien que ce soit la solution la plus souhaitable ou du moins la plus acceptable dans les circonstances.

Il faut dire «dans les circonstances» parce que tout ça aurait dû être en partie réglé ou au moins défriché avant même de construire le nouvel aréna. Mais bon, puisque ce n’est pas le cas, il faut maintenant trouver la moins pire des solutions et il semble que la cohabitation apparaît en tête de liste dans les résultats de recherche.

L'actualité selon Jean Isabelle

L'actualité selon Jean Isabelle

Éditorial

Entre confiance et inquiétude

ÉDITORIAL / Même si les signaux inquiétants se multiplient pour Nemaska Lithium, plusieurs semblent s’accrocher à une sorte d’optimisme prudent quant à l’avenir de cette entreprise et de son usine de Shawinigan. Il y a eu tellement de rebondissements au cours des dernières années qu’on ne sait plus trop s’il y a bel et bien un avenir pour cette entreprise à la recherche de 1,1 milliard de dollars, doit-on le rappeler.

Dernier épisode de cette saga: le largage, en pleine période de recherche d’un acheteur ou de nouveaux investisseurs, de celui qui a fondé l’entreprise et qui en occupait le poste de président et chef de la direction depuis sa création, Guy Bourassa. Le conseil d’administration et son président, Jacques Mallette, en ont décidé ainsi. On veut, semble-t-il, favoriser une «approche nouvelle et un leadership renouvelé» pour l’entreprise.

Opinions

Pourquoi militer au Parti libéral du Québec en 2020?

OPINION / L’auteure, Dominique Anglade, est candidate à la direction du Parti libéral du Québec.

Pourquoi militer au sein du Parti libéral du Québec en 2020? La question mérite amplement d’être posée alors que nous sommes entrés dans une nouvelle ère politique. Il convient donc de faire un examen de conscience lucide sur les avenues qui s’offrent à nous, libéraux du Québec.

Opinions

Le droit de vieillir en paix

OPINION / Je suis une retraitée du journal Le Nouvelliste, faisant partie du Groupe Capitales médias qui a déclaré faillite au mois d’août dernier.

Nous sommes, on le sait, presque 1000 personnes touchées par des coupures de l’ordre de 27 % à 30 % sur notre rente de retraite, et ce, depuis février. C’est une situation difficile pour tous les travailleurs retraités mais j’ajouterai que ce l’est particulièrement pour les femmes.

Opinions

Dre Janique Dion, je vous admire

OPINION / En réaction à l’article de Marie-Eve Lafontaine intitulé «La Dre Janique Dion rétrogradée», publié dans notre édition du 14 février.

J’ai appris en lisant l’article de Marie-Eve Lafontaine votre rétrogradation comme adjointe au chef de département de médecine du Centre-de-la-Mauricie. Quel dommage!

L'actualité selon Jean Isabelle

L'actualité selon Jean Isabelle

Éditorial

Dre Dion et l’intérêt public

ÉDITORIAL / La rétrogradation de la Dre Janique Dion, après que celle-ci eut publiquement critiqué la conversion de l’urgence du centre Cloutier-du Rivage, soulève des questions préoccupantes en ce qui a trait à la liberté d’expression, au devoir de réserve, au secret professionnel et à la protection des lanceurs d’alerte. Même s’il y a beaucoup de zones grises dans l’analyse de cette triste situation, le fait d’avoir démis Dre Dion de ses fonctions d’adjointe au chef de département de médecine d’urgence pour le Centre-de-la-Mauricie semble démesuré.

Il y a quelques mois, Dre Janique Dion avait fait quelques sorties publiques sur les conséquences de la fermeture précipitée de l’urgence ambulatoire de Cloutier-du Rivage et l’inquiétude que celle-ci entraînait alors.

Éditorial

Un problème plus moral que légal

ÉDITORIAL / Rien n’empêche un conseiller municipal d’occuper une fonction d’attaché politique pour un député. C’est vrai. Sur le plan légal, il n’y a aucun problème. Sur le plan éthique, les problèmes potentiels peuvent facilement être évités. Mais sur le plan des perceptions, ça peut poser problème.

De toute évidence, le double emploi du conseiller Daniel Cournoyer fait beaucoup jaser à l’hôtel de ville de Trois-Rivières. Le représentant du district de Sainte-Marthe vient d’être embauché comme attaché politique pour le député de Saint-Maurice – Champlain à la Chambre des communes, François-Philippe Champagne. Essentiellement, son travail en sera un de représentation, le ministre souhaitant avoir une antenne dans la portion trifluvienne de sa circonscription, soit les secteurs de Saint-Louis-de-France et de Sainte-Marthe.

L'actualité selon Jean Isabelle

L'actualité selon Jean Isabelle

Opinions

Bombardier doit survivre

OPINION / L’auteur, David Chartrand, est coordonnateur québécois du syndicat AIMTA et vice-président de la FTQ.

Le débat public entourant l’avenir de Bombardier et le rôle que doit y jouer le gouvernement du Québec s’est envenimé durant la dernière semaine.