Opinions

De l’individu à la communauté résiliente

Le Service d’aide au consommateur défend les droits des consommateurs tant sur le plan individuel que collectif, mais notre action va bien au-delà. En effet, nous faisons la promotion d’une consommation responsable et soutenable. C’est dans cette optique que la notion de résilience nous rejoint.

Le concept fut d’abord développé en physique et ensuite repris par la psychologie. Nous désirons aborder ce thème avec un regard plus global. Aujourd’hui, la capacité suite à un traumatisme, un choc, de revenir à un état d’équilibre, ne doit pas seulement être considérée sous un angle matériel ou individuel. En effet, l’individu fait partie d’une société et d’un écosystème fort complexe.

Opinions

Le Pacte migratoire annonce-t-il la fin de la cohésion sociale?

Deux pactes internationaux, conclus sous l’égide de l’ONU, visent à encadrer l’immigration avec objectif sous-jacent de prévenir le déclin des populations.

La première fois, c’était après la Seconde Guerre mondiale, en 1951. Les élites onusiennes ont alors élaboré la planification de l’immigration vers l’Europe en pleine reconstruction. La communauté internationale s’employa alors à résoudre les problèmes liés à la pénurie de main-d’œuvre dont souffrait l’Europe. Il fallait compenser les millions de morts ainsi que la faible natalité européenne et autres pays développés. Le Canada se joindra en 1969 aux pays signataires de cette Convention de Genève.

Opinions

Quand le conseil municipal joue au vendeur de systèmes d’alarme...

Tout le dossier «Vision zéro» ne semble pas s’essouffler malgré la récente pause de la période des Fêtes et j’aimerais revenir sur une affirmation de la conseillère municipale du district des Forges inscrite dans l’article de Paule Vermot-Desroches du lundi 7 janvier. Ceci concerne l’inutilité de consulter la population lorsqu’il s’agit de sécurité. J’ai d’ailleurs reçu cette même réponse lors de la période de questions de la séance du conseil municipal du 20 novembre 2018.

Selon Mme Mercure, «il est clair que nous n’allions pas consulter sur le grand principe à savoir si on veut plus de sécurité routière ou non. Ça, c’est notre responsabilité et c’est ce qu’on a fait en adoptant le grand principe Vision zéro».

Opinions

Un merci au personnel de l’hôpital de Shawinigan

De la mi-novembre à la mi-décembre environ, j’ai été hospitalisé au CIUSS-CHRM de Shawinigan.

Je tiens aujourd’hui – même sur le tard – à faire part de ma gratitude et de ma satisfaction envers son dévoué personnel. Mon admiration pour le dévouement sans compter, les sourires réconfortants de tous et toutes, et ce, malgré très souvent: fatigue, soucis personnels et leurs propres malaises qu’ils doivent souvent mettre de côté.

Opinions

Crise linguistique et solidarité des francophones

L’auteur, Jason Luckerhoff, est chef de section et directeur des programmes de maîtrise et de doctorat en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

L’année 2018 s’est terminée sur une crise linguistique quelque peu inattendue. Cette année, la Loi sur les langues officielles aura cinquante ans. Cette année, la première femme Commissaire aux langues officielles du Canada, Dyane Adam, aura été nommée il y a vingt ans. Avant d’être nommée commissaire, elle avait enseigné dans des universités bilingues de l’Ontario et avait occupé des postes de vice-rectrice et de principale. Elle avait mené une campagne pour conserver la chaîne française TFO, pour conserver le bilinguisme à l’Université York et avait participé aux manifestations concernant l’hôpital Montfort. En tant que Commissaire aux langues officielles, elle s’était montrée critique du gouvernement quant à l’application de la Loi. Elle avait aussi joué un rôle important pour que la Loi serve davantage à la promotion du bilinguisme et au développement des communautés linguistiques plutôt qu’à avoir seulement un effet contraignant.

Opinions

Démission du maire Lévesque: évitons de banaliser la santé mentale

À la suite de la lecture de différentes lettres d’opinions en lien avec la démission du maire Yves Lévesque, il est devenu important pour moi de tenter une conscientisation sur le danger de certains propos.

Effectivement, chacun a droit à son opinion et peut la partager. Nous dirons également qu’une personne qui a mené une vie publique est davantage exposée par les opinions en accord ou en désaccord avec ses prises de position.

Opinions

Notre système de santé vu de l’intérieur

Vu de l’extérieur, notre système de santé projette peut-être l’image d’une grosse machine administrative déshumanisée, mais quand on a la chance – ou la malchance – de le voir de l’intérieur, pour recevoir des services ou des soins, on est agréablement surpris par sa dimension humaine et sa capacité d’adaptation à nos besoins. Sans vouloir vous souhaiter de tomber malade, j’aimerais quand même que vous puissiez constater par vous-mêmes toutes les connaissances et toutes les compétences qui sont généreusement mises à notre disposition par nos valeureux travailleurs de la santé.

À la mi-décembre, suite à une rencontre de routine avec le docteur Frédéric Picotte, mon médecin de famille au GMF de Shawinigan-Sud, j’ai été dirigé vers l’hôpital voisin pour être rapidement pris en charge par l’équipe médicale d’urgence, Drs Robert, Bolé et Sultanem. Suite aux anomalies cardiaques diagnostiquées par mon médecin, plusieurs tests ont été entrepris: écographie du cœur, radiographie des poumons, électrocardiogrammes, etc… Mon rythme cardiaque ayant descendu jusqu’à 19 pulsations à la minute, j’étais réellement en danger. Grâce à l’excellente collaboration existant entre les équipes de Shawinigan et de Trois-Rivières, on m’a rapidement transporté au centre hospitalier universitaire régional pour être pris en charge par le Dr Vincent Spagnoli et son équipe de professionnels chevronnés, formés pour la plupart à l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM). J’en profite ici pour louer le confort des chambres ainsi que la qualité de la nourriture des deux hôpitaux visités.

Opinions

Une année faste sur le plan culturel

L’auteure, Stella Montreuil, est présidente de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières et directrice générale de Ciné-Campus.

L’année 2018 constitue une année charnière, car elle commémore un nombre impressionnant d’anniversaires, témoignages d’une effervescence rare dans le domaine de la Culture.