Opinions

Le mouvement coopératif et mutualiste, allié des collectivités locales

OPINIONS / L’auteur, Gaston Bédard, est président-directeur général du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité.

La transformation démographique et ses conséquences sur les milieux dévitalisés du Québec sont annoncées depuis longtemps. La récente sortie publique d’un consultant sur des fermetures inévitables de 200 municipalités fait réagir. Essentiellement basée sur la contribution des milieux à l’économie globale, l’analyse évacue la capacité de résilience et de mobilisation des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes, engagés dans leurs communautés locales.

Opinions

Bisbille à l’Association de tennis de Trois-Rivières

OPINIONS / Encore une fois cette année, la bisbille ronge l’atmosphère sur les courts de tennis du parc Martin-Bergeron. Un règlement du conseil d’administration limite à quatre le nombre de terrains occupés par des ligues (sur les huit existants) dans un même temps. Laissant ainsi les quatre autres terrains libres aux autres membres en règle, et ils sont nombreux, pour pratiquer leur sport préféré: le tennis.

Pour bien me faire comprendre, habituellement une ou des ligues occupent un, deux, trois ou même quatre terrains disons de 10 h à midi. À ce moment, aucune autre ligue ne peut occuper d’autres terrains. Le bât blesse lorsqu’une des ligues en occupe trois et qu’une autre voudrait en occuper deux et c’est justement le cas.

Opinions

L’ingrédient local qui fait la différence

ÉDITORIAL / Les attentes sont comblées. Le cinquième opus du Cirque du Soleil dans la série hommage qu’elle présente depuis 2015 à l’Amphithéâtre Cogeco est un succès. La recette fonctionne toujours aussi bien mais elle a la particularité, cette année, de mettre en valeur un ingrédient local qui vient donner une extraordinaire dimension à l’œuvre elle-même et à l’expérience de spectateur.

Les chorégraphies du spectacle de cette année, Joyeux Calvaire, sont signées Vincent Desjardins. Un gars de la place. Formé à La Picarlène, qu’il a rachetée en 2011 pour en faire sa propre école, le danseur et chorégraphe a mis cette année son talent au profit du Cirque du Soleil. Le résultat est plus que convaincant.

Opinions

La méconnaissance qui tue

OPINIONS / Concernant cette histoire des «petits veaux de l’expo», je préfère utiliser l’expression méconnaissance plutôt que ignorance. Étant exposant au pavillon des bovins, j’ai observé des jeunes d’environ 10-12 ans préparer seuls des bêtes pour les jugements: tondre, brosser, nettoyer, manipuler,etc. Quelle belle école de formation pour ces jeunes éleveurs: initiative, sens des responsabilités, débrouillardise etc.

Ceux qui critiquent sans connaître la réalité de l’élevage de bovins font un tort considérable, non seulement à l’Expo agricole mais à la fierté des producteurs qui se dévouent pour présenter leurs animaux au public et qui, à longueur d’année, travaillent pour éviter que nos produits laitiers proviennent des usines à lait «made in USA».

Opinions

Une vision différente

OPINIONS / En réaction à la lettre de M. Roger Greiss intitulée «À propos de l’immigration», publiée dans notre édition du 26 juin.

M. Greiss, en vous lisant, on ne peut que constater que vous faites une fixation sur l’Islam. Dans les premiers paragraphes, vous nous décrivez l’inexorable déploiement du monde islamique comme un rouleau compresseur hégémonique.

Opinions

Des femmes à la direction: l’exception qui confirme la règle

OPINIONS / L’auteure, Nathalia del Moral Fleury, est directrice générale chez Yves Rocher Amérique du Nord.

Il y a deux ans, le Québec lançait sa Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes, mais la société semble encore peu disposée à voir des femmes assumer des postes de pouvoir. Les chiffres de Statistique Canada récemment publiés montrent que plus de la moitié des conseils d’administration sont constitués intégralement d’hommes, et que 28 % ne comptaient qu’une seule femme.

Opinions

Le système de santé québécois: une compétence bridée par l’inflexibilité

OPINIONS / L’auteur, Jean-Claude Bernatchez, est professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Le système québécois de la santé capte annuellement plus de 42 milliards de dollars. Il compte des ressources d’une grande compétence qui évoluent dans un contexte rigide. Cette rigidité tire sa légitimité d’abord du caractère protocolaire des interventions professionnelles auprès d’une clientèle qui s’alourdit, mais aussi d’un excès de normes administratives, que la réforme de l’ex-ministre Gaétan Barrette, en augmentant démesurément la taille des organisations, n’a fait qu’amplifier. Si le Québec comptait environ 1200 établissements de santé il y a quelques décennies, il n’en compte plus actuellement que 22, qualifiés de centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) dont certains d’entre eux ont un statut universitaire, les CIUSSS.

L'actualité selon Jean Isabelle

L'actualité selon Jean Isabelle

Le monde de Jean Isabelle

Le monde de Jean Isabelle

Opinions

Le délai doit être repoussé

ÉDITORIAL / Les propriétaires de résidences situées dans la nouvelle zone d’intervention spéciale, établie par le gouvernement du Québec, ont jusqu’au 19 août pour déposer une requête visant l’exclusion de leur propriété de cette zone. Et ils doivent le faire par l’entremise de leur ville ou de leur municipalité. C’est un délai beaucoup trop court, surtout compte tenu de la période des vacances estivales.

Le gouvernement, on le sait, a mis en place un décret établissant une zone d’intervention spéciale et imposant un moratoire qui interdit dans les secteurs inondables la reconstruction d’une bâtisse si les dommages causés par une inondation dépassent 50 % de sa valeur. Les citoyens qui veulent déposer une demande d’exclusion de la zone ont jusqu’au 19 août pour se manifester.

Opinions

Quel gâchis que le nouveau réseau de la STTR!

OPINIONS / J’ai personnellement vécu une très mauvaise expérience en utilisant le nouveau réseau de transport en commun de la ville.

J’ai donc logé une plainte et voici la réponse que j’ai reçue: «Le transport en commun de la STTR est un transport collectif, il se doit de répondre à l’ensemble de la population, les jeunes comme les personnes âgées, les travailleurs comme les étudiants. L’objectif de l’exercice est d’améliorer la performance et l’attractivité du réseau à court et à long terme.»

Opinions

Le MAMH a engagé le même robot pour nous inonder!

OPINIONS / Comme conséquences des dernières inondations printanières, ce lundi 15 juillet, le Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) vient de dévoiler la révision de son décret instituant une zone d’intervention spéciale (ZIS) qui fait suite aux consultations nationales qui se sont déroulées le 4 juillet. Lors de ces consultations, la grogne citoyenne s’était manifestée quand on s’est aperçu que c’était un «robot» qui avait institué la carte des territoires supposément inondés.

Et le MAMH, dans sa révision du 15 juillet, a le culot de prétendre avoir tenu compte des commentaires recueillis pour produire une version ajustée qui ressemble, à s’y méprendre, à un copié-collé de la carte initiale du début juillet. C’est à se demander si le robot numéro 2 a tenu compte des relevés terrains et des photos réelles que les citoyens ont prises.

Opinions

Le vieillissement de la population est un défi et non un problème

OPINIONS / L’auteur, Harold LeBel, est député du Parti québécois pour la circonscription de Rimouski à l’Assemblée nationale.

Je tiens à réagir à la série d’articles du Journal de Québec concernant le vieillissement de la population et les régions. Bien évidemment, étant porte-parole du Parti québécois pour les aînés, le développement régional et la ruralité, les différents articles parus m’ont interpellé au plus haut point.

Opinions

Un peu d’ouverture

OPINIONS / Combien d’années pour s’ouvrir l’esprit à ce qui se passe aujourd’hui? Cela me semble plus long pour certaines personnes. En 2014, ma petite-fille en devenir trouve un emploi chez Loblaw Provigo. Aussitôt, elle affirme son état de transgenre. Ils l’acceptent et on lui indique quoi faire, comment faire et quelle toilette utiliser. On lui fait même imprimer son nouveau nom pour mettre sur son tablier, ce qu’ils ont dû abandonner car les choses officielles du gouvernement n’étaient pas encore en vigueur. Ils ont fait parvenir un message aux employés pour prévenir à propos de cette nouvelle venue.

Par la suite elle n’a eu aucun problème. À l’époque, en 2014, j’avais transmis mes félicitations à Provigo pour leur ouverture.

Opinions

Ignorance, méconnaissance et nonchalance

OPINIONS / En réaction à l’article intitulé «Trois-Rivières: la priorité aux piétons difficile à faire respecter», publié le 4 juillet dernier.

Un article paru récemment laisse penser que la priorité aux piétons sur les traverses identifiées est une réglementation nouvelle qui date d’un an. Je suis bien content de constater que la police de Trois-Rivières vient de découvrir ce règlement qui a été renforcé l’année dernière mais qui était en vigueur depuis des lustres, inappliqué car ignoré des forces de l’ordre. Ce ne sont pas les piétons qu’il faut sensibiliser mais bel et bien les policiers qui ne connaissent pas les lois.

Opinions

Fred Pellerin, une belle source d’inspiration pour promouvoir nos collectivités rurales

OPINIONS / L’auteur, Donald Martel, est député de Nicolet-Bécancour à l’Assemblée nationale.

Un article publié récemment dans Le Nouvelliste et coiffé du titre «Un label propre à Saint-Élie» a retenu tout particulièrement mon attention. Fred Pellerin y annonce, sur un ton qui n’est pas dénué d’humour, qu’il se lance dans une campagne de promotion de produits locaux. Un nouveau label distinctif est créé, l’appellation FOC, qui signifie fabrication d’origine caxtonienne.

Opinions

Assurer l’avenir

OPINIONS / L’auteur, Jean Boulet, est député de Trois-Rivières à l’Assemblée nationale. Il est également ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la Mauricie.

Les salariés d’ABI ont voté massivement pour un retour au travail la semaine dernière. Le résultat a été accueilli avec enthousiasme dans les régions de la Mauricie, du Centre-du-Québec et dans tout le reste du Québec. Nous avons tous été affectés par les répercussions humaines, sociales et économiques de ce conflit de travail qui aura duré dix-huit mois.

Opinions

Une mise en garde destinée aux travailleurs de l’ABI

OPINIONS / Vous avez été perçus par le premier ministre comme étant choyés, et ce, après que ce dernier eut rencontré autant la partie syndicale que patronale, il y a de ça quelques mois déjà. Il faut que vous soyez conscients que vous l’êtes vraiment! Vous occupez des emplois parmis les mieux rémunérés au Québec, et ce, sans avoir à vous expatrier au Nunavut ou ailleurs l’espace de quelque temps et mieux encore, tout en habitant dans une région jouissant d’une multitude de services et par surcroît, où le coût de la vie est parmi les plus bas au Québec.

N’allez pas penser que c’est par pure jalousie que je me permets d’écrire ce commentaire. En fait, je le fais parce que beaucoup d’entre vous, au minimum 20 % n’osent le faire par crainte de représailles d’une part, et d’autre part, parce que je me soucie de la vitalité économique de la région.

Opinions

Un regain de vigueur et de sens pour la fête nationale

OPINIONS / La fête de la Saint-Jean-Baptiste, maintenant appelée Fête nationale, a regagné ses lettres de noblesse. Cette fierté que les libéraux nous avaient fait perdre d’affirmer notre langue et notre diversité est revenue avec l’élection d’un parti beaucoup plus nationaliste.

Ce gouvernement qui s’est tenu debout pour faire adopter la loi 21, malgré le fait que libéraux et solidaires se soient rangés du côté des minorités (leur clientèle), semble avoir fouetté les gens qui se sentent à nouveau chez eux au Québec. Ils comprennent également que notre langue est le français et que nous devons continuer de lutter pour la conserver.

Opinions

Le diable est aux Forges!

OPINIONS / En réaction à l’éditorial de Martin Francoeur intitulé «Une lueur d’espoir pour les Forges», publié dans notre édition du 19 juin dernier.

J’aimerais bien partager l’optimisme modéré de M. Francoeur concernant l’avenir des Forges du Saint-Maurice, mais permettez-moi de douter de ce nouveau plan directeur. Au sujet de la consultation publique de Parcs Canada, M. Francoeur écrit ceci: «La démarche est presque en train de passer inaperçue». Dans les faits, l’organisme fédéral ne s’y serait pas pris autrement pour y parvenir: en plein été, discrètement. Sur le site web annonçant cette consultation, aucune date, aucun lieu! J’aurais aimé y participer, mais j’ai pris connaissance du communiqué deux jours trop tard… bon, les absents ont tort.

Opinions

L’amour du café

OPINIONS / L’auteur, Sylvain Charlebois, est professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie et directeur scientifique à l’Institut des Sciences analytiques en agroalimentaire.

Le café, cette denrée unique en soi, se révèle indispensable pour bon nombre de Canadiens. Populaire et désiré, il nous fait commencer la journée du bon pied, et ce, jour après jour. Selon un récent rapport de l’Association canadienne du café, 72 % des Canadiens boivent au moins une tasse de café par jour, comparativement à 64 % pour les Américains. Plus de 87 % des Canadiens se considèrent comme des buveurs de café. Les plus grands adeptes au Canada se retrouvent au Québec, puis en Colombie-Britannique, toujours selon ce même rapport. Le buveur de café moyen consommera 2,3 tasses par jour comparativement à 1,7, en 2011. Le café a donc de plus en plus la cote.

Opinions

Papas, montrez-vous!

OPINIONS / L’auteur Raymond Villeneuve, est directeur général du Regroupement pour la valorisation de la paternité

Cette année, à l’occasion de la Semaine québécoise de la paternité qui se déroule du 10 au 16 juin sous la thématique «fier d’être père», on demande aux pères d’afficher leur fierté au grand jour!

Opinions

Trente ans de lutte contre la maltraitance envers les aînés...

OPINIONS / La Journée mondiale de lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées, le 15 juin, nous apparaît le moment tout désigné pour rappeler à la population l’existence et la contribution d’un organisme qui se consacre depuis 30 ans à ce fléau. Fondée en 1990 par des leaders visionnaires, la Table de concertation de lutte contre la maltraitance envers les aînés n’a pas tardé à remplir sa mission qui est d’informer la population trifluvienne contre tout type d’abus. Avec ses organismes membres, elle a produit des documents qui mettaient en garde la population contre toute forme d’abus, qu’ils soient d’ordre physique, psychologique, financier ou l’âgisme.

Plus tard, en 2006, la mission de la Table s’est étendue à l’ensemble de la Mauricie; des demandes d’information émanaient de plusieurs territoires justifiant ainsi d’élargir notre champ d’intervention.

Opinions

Concernant les taxes...

OPINIONS / Permettez-moi de réagir à l’article de M. Gaëtan Bouchard publié dans le journal du 14 juin. Le taux de taxation à Trois-Rivières a eu tendance à exploser, surtout après la fusion. En 1997, j’ai acheté un terrain à Saint-Louis-de-France. Je l’ai payé 5000 $: 18 ans plus tard, il était évalué à 30 000 $.

 Plusieurs voisins ont contesté, avant moi, en vain. À la ville, on m’a dit que le taux de taxation tenait compte de la valeur marchande de la propriété. C’était un terrain enclavé: pour s’y rendre, il fallait traverser à pied plusieurs propriétés privées. J’ai répondu à ce fonctionnaire que j’étais prêt à lui vendre la propriété pour 20 000 $. S’il croyait son évaluation sérieuse, il aurait dû accepter, non? Pour me débarrasser de cette taxe, j’ai décidé de vendre, par l’entremise d’un courtier. Après quelques mois, j’ai accepté une offre d’achat de 15 000 $. Ce profit ne couvre même pas les taxes payées depuis l’acquisition de la propriété.

Opinions

Une attente trop longue

OPINIOINS / Comme nous sommes résidents du secteur de Pointe-du-Lac, mon conjoint et moi, nous devons aller à la caisse populaire située sur le boul. des Récollets pour effectuer des transactions autres qu’avec un guichet automatique, car c’est seulement qu’un guichet que nous avons dans tout notre secteur et qu’il est situé dans l’entrée d’un club vidéo.

Je me présente donc à la succursale Des Récollets, hier après-midi mardi vers 1h45 pm et je me procure un billet pour les transactions courantes (c’est un guichet semblable à celui de l’hôpital Sainte-Marie ou autre) et prends place parmi plusieurs personnes qui sont en attente. En vérifiant le numéro de mon billet qui est le no A138, je m’aperçois à l’écran qu’on est en train de servir le no. A126, ce qui me fait constater qu’il y a 12 personnes en attente devant moi pour les transactions courantes. Je vois également qu’il y a d’autres personnes qui attendent car leur numéro est précédé d’une autre lettre (pareil comme à l’hôpital). Après plus de 20 minutes d’attente, je constate qu’il y a encore six personnes devant moi. Comme mon conjoint m’attend à l’extérieur dans notre véhicule, je vais le trouver et lui fait part de ce procédé. Étant donné que nous avions un rendez-vous ailleurs, nous avons décidé de laisser faire et sommes partis.

Opinions

Laver son véhicule n’est pas une priorité

OPINIONS / Le Règlement sur l’utilisation de l’eau vise à prévenir le gaspillage et promouvoir une utilisation rationnelle de l’eau potable.

C’est l’objectif que vise l’ensemble des mesures de ce règlement, dont celle portant sur le lavage de véhicule avec un boyau d’arrosage.

Opinions

Règlement inéquitable

OPINIONS / Séance publique du mardi 4 juin 2019. Intervention de François Champoux, citoyen de la ville de Trois-Rivières.

Sujet : le nouveau règlement sur l’utilisation de l’eau potable pour le lavage des véhicules routiers lequel oblige les citoyens à ne les laver que les jours correspondant à leur adresse civique :

Opinions

La réforme du mode de scrutin et l’opinion de la députée de Saint-Maurice

OPINIONS / La mise au rancart du mode de scrutin actuel ne constitue pas une priorité «pour les gens de la Mauricie», a fait valoir la députée de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif. «Sur le terrain, on n’en entend pas parler pour l’instant», a-t-elle souligné.

À combien de «gens de la Mauricie» la députée de Saint-Maurice faisait-elle référence pour faire une telle déclaration? Par contre, il est tout à fait compréhensible que les élus de la CAQ s’inquiètent de leur réélection advenant l’adoption d’un nouveau mode de scrutin.

Opinions

Je me souviens

OPINIONS / J’arrive d’un voyage en France durant lequel j’ai rencontré des gens merveilleux. Lors de mon passage à Tours, je logeais chez le président de Touraine-Québec, monsieur Daniel Godefroy. Celui-ci m’a remis une lettre écrite de sa main en 2014 portant sur le débarquement de Normandie. Il a vécu ce débarquement, car le 6 juin 1944, il avait 11 ans. Je me permets de vous présenter cette lettre.

«Je me souviens … Je me souviens des Canadiens!

Opinions

Décalage philosophique

ÉDITORIAL / Imaginez un instant si ça vous arrivait. Un bon jour, des individus débarquent chez vous, s’installent sur votre terrain, vous jettent dehors et commencent à liquider ce qui vous appartient. Ce qu’on vous reproche est un peu vague, mais cela ne les empêche pas de faire ce qu’ils veulent chez vous.

C’est à cette frustrante réalité qu’est confronté le propriétaire de Zoo de Saint-Édouard, Normand Trahan, et aucune instance supérieure ne semble être en mesure d’intervenir pour à tout le moins clarifier la situation avant de littéralement rayer de la carte cet important site touristique de la Mauricie. C’est en conférant des pouvoirs excessifs à un organisme militant et non objectif que les autorités judiciaires et politiques se font complices d’une charge à la fois discutable et préjudiciable.