Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le lac Saint-Pierre est un joyau dans la région.
Le lac Saint-Pierre est un joyau dans la région.

Majestueux lac Saint-Pierre

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Il fait partie de notre environnement depuis toujours, on le côtoie régulièrement lors de nos déplacements dans la région, et pourtant, on dirait que le lac Saint-Pierre demeure un secret bien gardé.

La période des vacances estivales se déroulera encore cette année au Québec et, principalement pour certains, en Mauricie et au Centre-du-Québec. Tout comme vous, nos journalistes sillonneront les villes et villages pour découvrir les plus beaux attraits de la région. Ils ont donc décidé de prendre la plume, une fois par semaine, pour vous partager leurs découvertes du moment. Tous les samedis, un journaliste vous proposera son coup de cœur de la dernière année afin de vous inspirer pour votre prochaine escapade en solo, en famille ou en couple. Pleins feux sur un endroit à découvrir ou à redécouvrir...

Je suis un gars originaire de Maskinongé. Tout le monde dans mon village natal connaît le lac Saint-Pierre comme étant un lieu de pêche commerciale. Sa richesse faunique amène les chasseurs de canard en grand nombre et son charme a convaincu bon nombre de citoyens à braver les quelques semaines de crue des eaux au printemps pour ensuite profiter d’un superbe coup d’oeil sur ce plan d’eau.

J’ai redécouvert la beauté du lac Saint-Pierre il y a peu de temps. Un ami de longue date et sa conjointe nous avaient invités, mon épouse et moi, à passer l’après-midi sur leur bateau. J’avais oublié la majestuosité de ce cours d’eau qui mesure environ 30 km de long sur 13 km de large. En remontant le lac jusqu’à Yamachiche, on pouvait admirer toute son étendue. Le soleil était magnifique, le lac était plutôt calme et le spectacle était à couper le souffle. Le sourire fendu jusqu’aux oreilles et la casquette solidement vissée sur la tête, je profitais à plein d’un véritable moment de grâce. Quelle magnifique balade.

Cette escapade m’a rappelé une conversation tenue lors d’une consultation avec un médecin trifluvien originaire du Proche-Orient. À son arrivée en Mauricie, il avait été renversé par la présence d’autant de cours d’eau dans sa région d’adoption. Il avait même mentionné à sa mère l’existence à Trois-Rivières d’un lac qui était tellement grand qu’on ne voyait pas la rive opposée.

Sa mère avait du Thomas dans le sang: elle ne croyait pas son fils. Quand elle est venue le visiter, elle a vu le lac Saint-Pierre. Et elle l’a cru!

Sur l’eau ou sur les berges, tout est permis pour admirer l’étendue d’eau.

Il y a peut-être de l’eau bénite dans le lac Saint-Pierre, finalement, d’autant plus que le lac a été nommé en l’honneur de saint Pierre, un apôtre de Jésus, tout comme saint Thomas...

Terrain de loisirs

Le lac Saint-Pierre, c’est la partie du fleuve Saint-Laurent située entre Sorel et Trois-Rivières. Il sert principalement de voie de communication pour le transport de marchandises. Mais il est aussi un immense terrain de jeux. On y voit des gens en planche à voile et en kitesurf. En hiver, la pêche blanche est à l’honneur.

Le lac Saint-Pierre est aussi un lieu de prédilection pour observer les oiseaux. Près de 300 espèces y ont été aperçues. La migration des oies blanches attire bon nombre de curieux chaque printemps à Baie-du-Febvre. Les amateurs d’ornithologie peuvent s’adonner à leur loisir en empruntant la passerelle de la Pointe-à-Caron à Louiseville (la deuxième plus longue au Québec avec ses 985 mètres), en visitant le parc écologique de l’Anse-du-Port à Nicolet (troisième plus longue passerelle au Québec avec ses 800 mètres) ou en déambulant sur la passerelle de la Pointe-Yamachiche à Yamachiche, longue de 576 mètres.

«La passerelle de la Pointe-à-Caron attire 20 000 visiteurs par année. Même en hiver, les gens vont se promener et soigner les oiseaux. La passerelle de la Pointe-Yamachiche attire 10 000 visiteurs par année et donne un accès direct au lac. Avec deux belvédères, le chant des oiseaux, c’est de toute beauté. On ne peut pas avoir mieux que ça comme tranquillité», commente Louise Corriveau, directrice générale du Comité de la zone d’intervention prioritaire (ZIP) du lac Saint-Pierre.

Des entreprises récréotouristiques proposent des balades en kayak. On peut même se faufiler en chaloupe dans les chenaux et les baies du lac Saint-Pierre grâce à des excursions en pleins marécages. Dépaysement garanti.

Le lac Saint-Pierre se savoure aussi à partir des routes 132 et 138 qui donnent un accès visuel à certains endroits. Il y a moyen de se détendre juste en s’arrêtant à la halte du secteur Pointe-du-Lac. Différents restaurants sont aussi installés le long du lac Saint-Pierre, une façon gourmande de profiter de ce point d’eau qui porte depuis 2000 le titre de réserve de la biosphère de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Le lac Saint-Pierre

• Le lac s’étend sur quelque 30 km de long et sur 13 km de large.

• Sa profondeur est en moyenne de trois mètres, à l’exception du chenal creusé au centre qui a 11,3 mètres de profondeur.

• Quelque 70 % de son eau provient du lac Ontario.

• La rivière des Outaouais représente 20 % du volume des eaux s’écoulant du côté nord où s’ajoutent principalement les eaux provenant des rivières l’Assomption, Maskinongé, du Loup et Yamachiche.

• La masse d’eau du sud représente environ 10 % des eaux du lac. Cette eau provient essentiellement des rivières Richelieu, Yamaska, Saint-François et Nicolet.

• Son nom a été attribué par Samuel de Champlain lors d’un passage le 29 juin 1603, jour de la fête de saint Pierre.


Sources : ministère de l’Environnement du Québec, Wikipédia, Comité de la zone d’intervention prioritaire du lac Saint-Pierre