Contenu commandité

Bas-Saint-Laurent

Station exploratoire du Saint-Laurent

La Station exploratoire du Saint-Laurent à Rivière-du-Loup permet non seulement de voir ce grand cours d’eau, mais aussi de découvrir ce qu’il cache. La vulgarisation scientifique et la passion pour les sciences marines sont au cœur des visites guidées.

«Nos guides-animateurs aident les visiteurs à comprendre le Saint-Laurent et ses particularités, ses mammifères marins, ses phoques, ses baleines et autres», explique la directrice, Sonia Giroux. Grâce à sa situation exceptionnelle au bord de l’eau, les visiteurs peuvent sentir et toucher le Saint-Laurent. En plus d’admirer les squelettes de baleines et un phoque naturalisé, les visiteurs ont l’occasion de manipuler des crabes, des oursins, des étoiles de mer et autres dans le bassin tactile où l’écosystème de l’estuaire maritime est reproduit. Ce musée unique en son genre est ouvert sept jours par semaine, de 9h30 à 17h, jusqu’à la fête du Travail. Une journée portes ouvertes est organisée le dimanche 10 juin pour célébrer la Semaine du Saint-Laurent.

Bas-Saint-Laurent

Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Québec

La Pocatière recèle en ses murs la plus ancienne école d’agriculture au Canada. Il était normal que l’histoire de l’alimentation y soit racontée.

C’est ce que propose depuis 1974 le Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation. Cet été, plusieurs expositions et activités sont proposées. Le jeune artiste Francis Ouellet présente L’Expo Café, composée d’œuvres en lien avec le café. Aussi, au programme, l’exposition portant sur l’histoire des expositions agricoles, dont plusieurs se tiennent encore. Vous saurez tout sur la vache avec De l’étable au musée, qui la présente dans toute sa splendeur. Même Ding et Dong en font partie. Pourquoi ne reste-t-il que neuf pêcheurs d’anguilles au Québec, tous au Kamouraska, alors qu’anciennement, la pêche à l’anguille était pratiquée partout dans le Saint-Laurent? Vous le saurez en visitant La pêche à l’anguille, un patrimoine identitaire, qui raconte cette pêche traditionnelle et patrimoniale, ses acteurs et le fameux poisson... si bon. Et on ne parle pas encore des expositions permanentes…

Bas-Saint-Laurent

Musée du Bas-Saint-Laurent: l’art et l’histoire en vedette

Des expositions diversifiées sont proposées cet été au Musée du Bas-Saint-Laurent à Rivière-du-Loup. D’abord, voyez «Les échappés du temps 1985-2018», une rétrospective composée d’une quarantaine d’œuvres de l’artiste Michel Lagacé, originaire de Rivière-du-Loup.

L’artiste crée un langage entre figuration et abstraction et propose à travers ses œuvres une réflexion sur la matérialité de la peinture. En effet, l’importance du traitement de la peinture et la prédominance des couleurs jouent un rôle majeur dans la construction dynamique des œuvres peintes, où règne une cohérence formelle qui est propre au travail de Lagacé. Ce dernier est récipiendaire de nombreuses distinctions et plusieurs de ses œuvres font partie des grandes collections publiques du Canada.

Puis, jusqu’au 26 août, visitez l’exposition InterReconnaissance – une mémoire citoyenne se raconte, créé par l’Écomusée du fier monde, qui met en lumière le résultat d’un immense projet de recherche commencé en 2012 et rassemblant un vaste corpus de témoignages, d’artéfacts et de documents, qui relate les 50 dernières années de luttes pour la reconnaissance des droits de différents groupes minorisés. En prime, voyez un clin d’œil aux luttes du milieu communautaire du Bas-Saint-Laurent. 

Grâce au circuit Publiqu’Art initié par le Musée, Rivière-du-Loup est un réel musée à ciel ouvert. Trois parcours thématiques sont proposés, afin de faire découvrir les nombreuses sculptures qui ponctuent les parcs et les espaces verts de la ville.

Diverses activités pour toute la famille sont aussi offertes, notamment des ateliers de création thématiques gratuits chaque mercredi, du 4 juillet au 8 août.

BAS-SAINT-LAURENT

Musée régional de Rimouski: la diversité culturelle au menu

Situé dans la plus vieille église de pierre à l’est de Québec, le Musée régional de Rimouski se consacre à l’art contemporain, à l’histoire régionale et aux sciences. Celles-ci sont mises en valeur par des expositions, une collection permanente d’œuvres d’art et d’artefacts, des activités d’éducation et de médiation, de même que divers événements. On y présente cet été trois expositions des plus diversifiées.

D’abord, Contrariétés & contrepoints met en vedette les œuvres de Melanie Authier qui s’inscrivent dans la réflexion de l’art après le modernisme. En jouant avec des courants stylistiques opposés, abstraction gestuelle et hard edge, et en les subvertissant aussi habilement qu’elle applique l’acrylique, l’aquarelle et l’encre, l’artiste s’attaque avec panache aux défis que posent les histoires véhiculées sur la ­pratique picturale.

Geneviève Chevalier propose, pour sa part, l’exposition Bord d’attaque/Bord de fuite. Grâce à une vidéo à deux écrans et à un livre d’artiste, elle documente, à travers divers sites d’Écosse et du Québec, différentes colonies d’oiseaux de mer boréaux et visite des collections scientifiques prestigieuses.

Puis, Histoires fantastiques - Mythes et légendes de chez nous vous plonge au cœur du folklore québécois, canadien et autochtone. Les jeux et les activités éveillent l’imagination, piquent la curiosité et suscitent la participation de tous, jeunes et moins jeunes.

Vous serez fasciné par tant de découvertes et passerez des moments très agréables. Aussi, au chapitre des surprises : le temps, que vous n’aurez pas vu passer.

BAS-SAINT-LAURENT

Musée régional de Kamouraska: mieux connaître notre histoire

Entre fleuve et montagne, le village de Kamouraska est reconnu pour la beauté de ses paysages. En son cœur, dans un couvent construit en 1851 et nouvellement restauré, le Musée régional de Kamouraska est la vitrine privilégiée de l’histoire de ses pionniers.

Dans le salon seigneurial, retracez l’histoire de la seigneurie de Kamouraska fondée en 1674. Faites connaissance avec la famille Taché et découvrez les secteurs économiques de la région: l’agriculture et la pêche à l’anguille.

René Chaloult, père du drapeau québécois, Adolphe-Basile Routhier, auteur de l’hymne national Ô Canada, ainsi qu’Anne Hébert, auteure du roman Kamouraska, comptent parmi les personnalités présentées. Au magasin général, découvrez comment les marchands étaient à la fois armateurs, entrepreneurs et navigateurs.

L’exposition Prendre les eaux à Kamouraska fait revivre la belle époque de la villégiature, alors que Kamouraska était le premier lieu de rendez-vous de la bourgeoisie du début des années 1800.

L’exposition Le fleuve, les îles et les phares retrace l’histoire maritime de la Côte-du-Sud, tandis que la vidéo L’année des Anglais relate son incendie par les troupes du major Georges Scott au moment de la guerre de la Conquête en 1759. 

Accompagnés des guides costumés, parcourez les petites rues du village et découvrez l’histoire et la beauté du patrimoine bâti, des quais au Palais de justice en passant par les maisons historiques. Si le beau temps est au rendez-vous, des sorties géologiques sont organisées, à marée basse, sur les îles situées en face du village. Ouvert tous les jours de 9h à 18h.