Puis, de retour sur la 138, traversez la route et empruntez Belleau pour rejoindre la très fluviale Vauquelin. Le quartier est résidentiel, la route paisible longe mollement le Saint-Laurent avant de remonter.
Puis, de retour sur la 138, traversez la route et empruntez Belleau pour rejoindre la très fluviale Vauquelin. Le quartier est résidentiel, la route paisible longe mollement le Saint-Laurent avant de remonter.

Boucles portneuvoises

David Desjardins
David Desjardins
Collaboration spéciale
HORS-PISTES / J’ai découvert le comté de Portneuf en le roulant. Et je suis loin d’avoir fini. Il y a quelques semaines, arrivant de Saint-Raymond, j’empruntais pour la première fois la route de Corcoran qui mène à celle de la Chute-Panet. Cette dernière longe la rivière Sainte-Anne et de paisibles forêts de conifères avant d’obliquer vers le rang du même très saint prénom où j’ai reconnu le parcours du défunt Grand Prix Cycliste de Saint-Basile (ravivant le souvenir d’un jour de course caniculaire à laquelle ma nostalgie prête des proportions homériques). 

Mais cette rubrique n’est pas un recueil de rangs méconnus autant qu’une introduction aux parcours classiques, destinés à celles et ceux qui souhaitent fuir, pour un moment, le chahut des pistes cyclables.

Aux portes du comté

Ma première proposition d’une quarantaine de kilomètres débute tout juste en dehors de Portneuf, soit à Saint-Augustin-de-Desmaures. Quiconque n’a jamais mis le pneu sur le chemin du Roy, dans ce secteur, devrait s’empresser d’y remédier. Une fois la vertigineuse côte Gagnon franchie, la topographie est plutôt compatissante.

Mais comme souvent sur ces routes en marge, l’effort se noie dans la beauté et on a peine à croire qu’on est ici à quelques minutes de voiture de la ville, le décor agricole convolant en très justes noces avec le littoral pour former un couple qui respire la sérénité. J’aime venir ici très tôt l’été, en période de canicule, pour éviter la chaleur du jour. En août, les cigales hurlent comme des perdues et le soleil chauffe les champs à blanc.

Une petite bosse abrupte nous attend au bout. Jetez un œil côté nord sur les jolies maisons, puis au sud, en bas, sur les marais.

Direction la 138 vers Neuville, que l’on repave en ce moment. Laissez-vous porter au bas de la côte et entrez dans le village par la rue des Érables, que vous vous ferez une joie de traverser de bout en bout en admirant ses nombreuses maisons patrimoniales.

Puis, de retour sur la 138, traversez la route et empruntez Belleau pour rejoindre la très fluviale Vauquelin. Le quartier est résidentiel, la route paisible longe mollement le Saint-Laurent avant de remonter. La route 365 à cette intersection vous permettra de passer de l’autre côté de Félix Leclerc : attention aux voitures qui émergent de la bretelle du côté nord. Mais tout juste après, virez à droite sur le 2e Rang et vous retrouverez la quiétude. Il ne se passe rien ici. Surtout pas à la Cabane à sucre Chabot, désertée. Au bout, vous virez pour retraverser l’autoroute, mais cette fois, le spectacle qui vous attend est grandiose, car en glissant vers le fleuve, sur la route Gravel, vers le village de Neuville où vous étiez un peu plus tôt, vous aurez droit à une des vues les époustouflantes du fleuve dans ce secteur. Comme si vous plongiez dedans.

Pour terminer, vous pouvez reprendre le chemin du Roy, si vous n’avez pas peur de regrimper la côte Gagnon. À cette hauteur, l’accotement est très large sur la 138 et le retour se fait rapidement. Dans le village, c’est une autre affaire : soyez prudents.

Un peu plus haut, un peu plus loin

Pour découvrir un peu plus de pays et ajouter du kilométrage (un total autour de 60 km, ici), débutez le même itinéraire depuis Neuville, mais à la route Gravel, tournez plutôt vers le nord, en direction de Petit-Capsa, puis à gauche vers Pont-Rouge.

Attention dans l’entrée du village, sur la 365 : la conduite est parfois hasardeuse et le trafic moins clément. Heureusement, vous vous en sauvez à la première occasion (à gauche, juste après le Korvette), dévalant la côte vers le bord de la Jacques-Cartier et traversant le pont de la Maison Déry pour rejoindre un autre segment du chemin du Roy qui devient le chemin du Bois de l’ail. Remontez par le joli rang de Paris, admirez les arbres matures qui longent le rang Saint-Joseph que vous prenez à droite et qui vous ramène à Pont-Rouge. De là, profitez d’un Grand-Capsa dont on vient de repaver le secteur ouest (alléluia!), et avant que le trafic rapide, plus à l’est, n’ait raison de vos nerfs, rejoignez le Petit-Capsa par la tranquille route Guénard, entre deux terres, pour ensuite rouler vers l’est jusqu’à la route de Fossambault.

Là, une descente assez sportive vous attend par la bretelle vers la 367 que vous quittez rapidement pour filer sur le 4e Rang vers l’ouest, qui se jette dans le 3e Rang, ce dernier rejoignant la 138 d’où vous pourrez facilement rallier Neuville. Ce secteur, déserté, est absolument superbe. Il offre un rare point de vue sur les alentours et permet de s’évader de la ville sans la quitter vraiment.

___

David Desjardins est chroniqueur à VéloMag. Il anime aussi la balado Radio Bidon. Chaque semaine, il propose une idée de sortie dans la grande région de Québec. Retrouvez tous ses itinéraires dans la section vélo de notre site.