Myriam Bouchard
Le Quotidien
Myriam Bouchard
Pourquoi se presser quand on peut se prélasser, penseront certains.
Pourquoi se presser quand on peut se prélasser, penseront certains.

Juste une p’tite vite?

CHRONIQUE / La petite vite, une relation sexuelle nécessairement faite pour tout le monde ? Au mode rapido-presto, expéditive, efficace, voire pressée, louable de se questionner à savoir si elle honore réellement vos critères de satisfaction. Mesdames, messieurs, êtes-vous adeptes de cette dernière ?

Qui a deux minutes ?

Sans tambour ni trompette, tantôt pratiquée dans la voiture ou la garde-robe, entre deux rendez-vous ou juste avant le retour à la maison, avec l’inconnu ou la douce moitié, son appréciation semble parfois douteuse.

Passionné du sujet, le psychologue, professeur et auteur Joel D. Block s’est penché sur le sujet pour établir quel type d’individu peut voir le « quickie » comme étant le nec plus ultra. Et si c’était vous...

Que pour les hommes ?

C’est dans son livre L’Art du Quickie, l’art du petit coup vite fait, bien fait, que celui-ci déconstruit ce mythe tenace. Trop bien connue, la croyance populaire stipulant que les hommes sont toujours prêts, contrairement aux femmes longues à réchauffer, pas étonnant que l’on associe « le sexe marathon » à une préférence masculine.

Cela dit, des femmes y trouvant leur compte, sachez qu’il y en a ! Exit dentelles et flafla, du droit au but, voilà aussi ce que ces dernières recherchent de temps en temps.

Gage d’excitation sexuelle

« Je te veux, là, ici et maintenant ».

Tout de même, voilà ce que laisse présager la petite vite. Coquine, non anodine et frôlant l’univers de l’interdit, elle se voit annonciatrice d’une grande tension sexuelle à l’égard de l’autre. Pouvant être maintenue pendant des heures, l’alchimie sexuelle provoquée par l’urgence d’agir fait en sorte de créer des moments rares, mais surtout inoubliables.

Au-delà des conditions et des conventions d’acceptabilité, le désir devient tel que seul le rapprochement, vite fait, bien fait, tend à soulager les partenaires consentants.

Les grands principes

Puisque certaines conditions semblent nécessaires pour s’y plaire, voici les caractéristiques définissant les amateurs et amatrices de cette pratique proposées par l’auteur. La capacité à prendre les devants, à faire fi de la perfection et à ne pas se prendre au sérieux semble nécessaire.

Évidemment, à ceci s’ajoutent un minimum de confiance en soi et en son corps, la volonté et la capacité de demander ce qui est souhaité ainsi que le souci du plaisir partagé et de la réciprocité. Vous vous reconnaissez ?

Les avantages

En devenant rien de moins qu’expert du « quickie », l’auteur avance que votre énergie sexuelle se verra augmentée. Votre capacité à « être prêt » sera renforcée. Conjugalement parlant, votre tension sexuelle se multipliera à l’égard de votre partenaire de même que la complicité sexuelle. Finalement, pour vous les hommes, mais aussi les femmes, il semblerait même que votre système endocrinien s’en acoquinera en secrétant un plus haut taux de testostérone. Eh bien !

Pourquoi faire vite ?

Oui, pourquoi se presser quand on peut se prélasser, penseront certains. Sans prétention de réinventer votre histoire sexuelle, je vous dirai simplement que parfois, faire autrement, c’est payant !

C’est d’ailleurs sans attendre que Block motive la petite vite par du pur bonheur. Pour tout simplement se faire du bien, individuellement. Pour entretenir ne serait-ce un tant soit peu la flamme du couple.

L’appel au calme, c’est aussi à ça qu’il fait allusion. Favoriser le repos, la détente, la relaxation, un principe souvent négligé. Finalement, pour susciter la bonne volonté de chacun au-delà d’une routine souvent trop ancrée. Faire un effort, quoi.

De ce fait, puisque la vie va vite, pourquoi pas le sexe aussi, du moins de temps en temps. Bon quickie.