3000 relations sexuelles, mais une seule première fois

CHRONIQUE / À vos calculettes ! J’ai fait mes devoirs. En supposant que vous avez eu votre première relation sexuelle avec pénétration à l’âge de 17 ans, moyenne québécoise établie par l’Institut national de la santé publique, et que vous maintenez une fréquence hebdomadaire de cette activité tout au long de votre vie active sexuellement, parions que vous ferez l’amour autour de 3000 fois ! Pas mal du tout ! Une page de votre histoire que vous n’aviez possiblement pas explorée de façon aussi cartésienne.

De ce chiffre, représentatif ou non de votre réalité, la plupart de ces relations sexuelles seront reléguées aux oubliettes. La mémoire étant une faculté qui oublie, vous vous souviendrez que de ces fois dignes d’être retenues, positivement ou négativement. Ceci dit, remarquable ou pas, une seule restera à tout jamais gravée en tête. Je parle, bien entendu, de cette première fois.

Première relation sexuelle

Avec qui, quand, à quel âge, où, dans quel contexte, trop tôt ou trop tard ; comment s’est déroulée votre première fois ? Pourquoi revenir sur ce sujet, penserez-vous, peut-être ? À ce grand questionnement, je répondrai que l’introduction de l’agissement sexuel teinte, dans bien des cas, l’avenir sexuel de plusieurs. D’où son importance.

Séquence recherchée

À l’image du bébé d’amour qui rampe, marche à quatre pattes, se place en position debout, fait ses premiers pas et court d’un bout à l’autre de la maison, il devrait en être ainsi pour l’arrivée graduelle des comportements sexuels, qui s’échelonne sur une période de trois à quatre ans.

Avec l’entrée de la puberté et de ses hormones surviennent des pensées, des fantasmes et de la curiosité envers la sexualité, ce qui engendre des symptômes physiques nommés « excitation ». Une sensation qui pousse, pour la plupart, aux comportements masturbatoires et, par le fait même, à la découverte de soi. Vivement l’autoérotisme !

Se pointe ensuite l’intérêt pour l’autre. Tout à coup, l’ami « du jour » passe d’anodin à remarquable. Tellement vraies, tellement pures, tellement sentimentalement fortes, les relations amoureuses créées à ce stade représentent un des contextes d’apprentissage des plus précieux. Baisers, étreintes, caresses et affections dominent, pour ensuite laisser place aux touchers génitaux et aux contacts oraux génitaux. C’est parti mon kiki !

Et c’est là qu’enfin survient la première relation sexuelle proprement dite, l’aboutissement de tout, l’apothéose.

Des ligues mineures à ligue nationale

Gravir les échelons un à un en termes de découverte sexuelle s’avère d’une importance capitale.

À titre d’exemple, faire l’amour à 12 ans, sans jamais même avoir ressenti le désir monter en soi, sans connaître son corps, ses préférences et ses volontés, sans avoir la capacité de se mettre à nu, c’est un début bien souvent un peu trop précipité. Difficile de reprendre les apprentissages par la suite.

Il en va de même pour les motivations justifiant cette première fois.

Était-ce par volonté, amour, engagement, contrainte, envie de garder l’autre, désir de faire comme tout le monde, intention d’être populaire ou comme réponse à une certaine pression ? La raison expliquant votre dépucelage risque de faire écho sur les rapports sexuels à suivre.

LA première fois, celle que tous retiendront devrait être digne des plus beaux souvenirs. Non pas pour son haut niveau de performance ou encore pour ses fausses manoeuvres, mais plutôt pour son bon timing.

Puisque tout arrive à temps à celui qui sait attendre, parions qu’un respect de la séquence et une motivation juste caractérisent VOTRE première fois.

Bonnes prochaines fois !