Philippe Wouters
Coopérative nationale de l'information indépendante
Philippe Wouters
Les appellations «double» et «triple» viennent de la brasserie belge Westmalle et datent du début du 20e siècle.
Les appellations «double» et «triple» viennent de la brasserie belge Westmalle et datent du début du 20e siècle.

Pourquoi la bière triple est blonde?

CHRONIQUE / Double ou triple ? Des noms de styles que l’on retrouve de temps en temps sur les tablettes de vos détaillants favoris et qui sont issus de la culture bière du siècle dernier. Plusieurs brasseries prennent encore plaisir à brasser ce genre de bières, très sucrées et alcoolisées. Pour le plaisir d’amateurs de bières belges, le pays qui a vu naître ces styles.

Un peu de vocabulaire

Dans le langage usuel de la bière, le terme « double » ou « triple » est utilisé dans plusieurs styles depuis le développement contemporain de la bière, surtout en Amérique du Nord. La raison est fort simple, l’histoire — parfois très largement condensée ou écourtée — nous raconte qu’une bière double contient deux fois plus de matières premières qu’une bière dite « simple », et une bière triple en contient trois fois plus pour la même quantité d’eau au brassage. Les brasseurs des siècles derniers auraient donc pris l’habitude de brasser différentes bières avec plus ou moins de matières premières, influençant le taux d’alcool et le corps de la bière. Oui, mais non. Il est vrai que plusieurs brasseurs — belges ou anglais — brassaient des bières à des taux d’alcool différents et que ceux-ci étaient obtenus par ajout de céréales dans le moût. Par contre, le ratio exact de 1 pour 2 ou 1 pour 3 n’est pas forcément exact. Aujourd’hui, les termes sont utilisés par de nombreuses brasseries pour de nouveaux styles. Une brasserie produisant une IPA n’hésitera pas à nommer son IPA la plus alcoolisée et/ou houblonnée de Double IPA, par exemple. Certaines brasseries utilisent le terme « imperial » en hommage aux brasseurs anglais, pour les mêmes raisons.

On ne parle pas de fermentation

Contrairement aux croyances, peu importe les ratios de production ou le raccourci historique emprunté pour définir les styles « double » ou « triple », il ne s’agit pas de fermentation. Le fait de croire qu’une bière « double » a profité de deux fermentations et qu’une bière « triple » en a donc profité de trois est faux.

En fait, si on fait quelques recherches historiques et qu’on retourne au début du 20e siècle, la brasserie Westmalle, produisant sa célèbre brune, voit l’arrivée des Pilsner comme un frein au développement de la brasserie. Devant l’incapacité à produire une lager blonde rafraîchissante — faute de moyens techniques incroyables à l’époque —, elle décide de produire une bière forte en alcool, de couleur blonde. La couleur associée aux bières douces, de soif et faciles à boire. Et pour couronner le tout, elle l’appelle « triple » en renommant sa bière brune « double »

Les deux bières n’ont aucun point commun à part d’être brassées par la même brasserie. D’ailleurs, si on regarde les caractéristiques des styles, les bières doubles sont brunes et les bières triples sont blondes. Pourtant, si on ajoute deux fois plus du même ingrédient, ne devrait-on pas avoir la même couleur ? Paradoxe, n’est-ce pas ?

Si on se fie donc à l’interprétation historique douteuse, à l’influence de Westmalle au 20e siècle et au développement des styles contemporains, la quadruple est brune et la quintuple est blonde. L’imagination débordante du monde entier a déjà prouvé que c’était bel et bien le modèle utilisé pour différentes bières.

Dominus Vobiscum Triple

Microbrasserie Charlevoix

Baie-Saint-Paul

Un classique au Québec. La Triple à découvrir si vous cherchez une bière ronde, alcoolisée, par trop houblonnée et au profil de levure sur les fruits et les arômes sucrés.

Triple du Nouveau Monde

Lion Bleu

Alma

Houblonnée avec des houblons du nouveau monde — offrant une belle dose d’aromatique — et un style de bière historiquement axé sur les notes fruitées de la levure et de l’alcool, on se retrouve avec un corps bien rond et structuré, un alcool présent et la petite pointe épicée de la levure.