Jean-François Bégin, président des Sentiers Vélo Lévis, et son vice-président Marc Bouchard consacrent beaucoup d’efforts dans l’aménagement de sentiers de vélo de montagne de type « urbain » sur la Rive-Sud de Québec.

Des sentiers de souches, de roches et de boue

CHRONIQUE / Qui a dit qu’une piste cyclable devait être toujours lisse et plane? Certainement pas les cyclistes des Sentiers vélo Lévis. Pour eux, il faut des racines, des souches, des roches et de la boue, pas mal de « bouette », dans le chemin !

L’OBNL qui a vu le jour en 2017 développe et entretient un réseau interconnecté de sentiers de vélo de montagne de type « urbain » dans la grande région de Lévis.

Les pneus et les guidons sont larges. On tortille entre les arbres, les ruisseaux et les troncs d’arbre. On joue des freins et des plateaux rapidement selon les obstacles. Moi qui n’avais jamais roulé sur un vélo de montagne, toujours sur des pistes cyclables les plus droites possible. Le défi était d’autant plus grand. 

Difficile pour le Cycliste du dimanche de s’en sortir propre et sans éraflure…

Tout cela en étant la plupart du temps éloigné des routes et de leur trafic automobile.

« Notre approche est différente. De par nos sentiers essentiellement en milieu boisé, nous offrons présentement à la population cycliste régionale plus de 22 kilomètres de pistes balisées et entretenues, et ce, pour le débutant à l’intermédiaire », explique Marc Bouchard, vice-président de l’organisme Sentiers Vélo Lévis.

« À échéance, il sera possible de parcourir plus de 75 kilomètres de sentiers interconnectés. Tout ça, à l’abri des véhicules routiers. »

On ne manque pas d’ambition ! 

Marc Bouchard, un jeune cycliste dans la soixantaine, peut vous en parler du réseau pendant des heures. Et vous faire pédaler aussi longtemps! 

L’approche est même écologique. 

« Notre réseau urbain reste en périphérie des axes routiers importants et aucune route publique ne vient entraver la circulation des cyclistes, dit-il. C’est donc hautement sécuritaire. Ça fait le bonheur de nos nombreuses familles qui viennent emprunter nos sentiers. »

« Comme nous balisons les sentiers, les cyclistes demeurent dedans. Ce n’est pas large un vélo, donc nous n’endommageons pas la nature. Nous réutilisons des matériaux de vieux patios et des troncs d’arbres morts pour construire des ponceaux. »

Parce que justement, pour se faire, ces passionnés doivent obtenir des droits de passage pour ménager des sentiers. Ils sont confrontés aux mêmes réalités que les directions de club de motoneigistes et de quadistes. Un seul propriétaire foncier décide de ne plus les laisser passer et c’est fini. Le circuit est coupé en deux. Le mot d’ordre est de ne pas endommager les bois.

Jean-François Bégin, président des Sentiers Vélo Lévis, a grandi dans ce secteur de Lévis. Il connaît bien les bois et champs qui accueillent les pistes de son organisation. Il est fier de dire qu’elle favorise la pratique sécuritaire de ce sport sans avoir toujours à penser qu’un automobiliste distrait puisse mettre fin à une belle randonnée de vélo assez abruptement merci...

Le respect des droits de passage est vital. On doit s’assurer qu’on ne déborde pas des limites des sentiers, souligne-t-il.

« En théorie, l’accès est gratuit. Cependant, les gens sont invités à verser une contribution volontaire de 20 $ par adulte afin d’assumer une partie des coûts de développement et d’opération des sentiers. Une vignette de membre sera expédiée par la poste. »

Le  lien : https://sentiersvelolevis.ca/


Mon truc du dimanche :

Si vous vous présentez chez un réparateur de vélo en disant que le pédalage n’est pas normal, il va probablement sortir une petite règle qu’on colle à la chaîne. Le spécialiste voudra ainsi la mesurer. Parce que les chaînes s’étirent à force de pédaler. Elles peuvent endommager les plateaux. On doit donc la changer. Une confession? La mienne est certainement trop longue…

Du lundi au dimanche:

À la demande générale, les soirées de vélo à la montagne de Bromont sont de retour cette année ! La remontée ferme un peu plus tard à cinq reprises au courant de l’été. Il reste les soirées du 11 juillet, 25 juillet et du 8 août. Plusieurs autres activités sont proposées dans le cadre de cet événement !


Vos suggestions et commentaires à cplante@latribune.qc.ca.

Twitter : @cplante2

Facebook : facebook.com/claude.plante2