Le Bourlingueur

Le ramadan un jour de sabbat

CHRONIQUE / Le train n’entrait pas en gare à l’aéroport Ben-Gourion. Les bus ne transportaient pas les touristes vers Tel-Aviv non plus. Samedi matin, un peu avant le dîner, mon avion s’était posé en Israël. Samedi, jour du sabbat.

Le sabbat, dans le judaïsme, constitue la journée du repos. Il s’amorce le vendredi soir et prend fin en début de soirée le samedi. Pendant cette période, les juifs pratiquants s’abstiendront de travailler, d’utiliser un véhicule motorisé, d’allumer ou éteindre un feu ou de cuisiner. Arriver dans le pays le jour du sabbat signifie donc qu’il faut se tourner vers les taxis ou la location de voiture pour s’éloigner de l’aéroport.

Selon la ville qu’on visite, peu ou très peu de restaurants ouvriront le vendredi soir. Idem pour les magasins le lendemain. Mais il y a fort à parier que les touristes réussiront à trouver de quoi se mettre sous la dent. Plusieurs attractions sont aussi fermées dans la journée du samedi.

J’ai commencé à prendre conscience de la nécessité de m’organiser pour composer avec le sabbat environ une semaine avant le départ. J’ai par contre réalisé que j’arriverais en Israël aussi pendant le ramadan alors que j’avais déjà deux ou trois falafels derrière la cravate. Ça expliquait les activités au ralenti, en journée, dans les quartiers musulmans.

La table était donc mise pour un vendredi bien plus que particulier à Jérusalem, où il faut absolument, semble-t-il, expérimenter le sabbat.
Un bon vendredi, peinard, j’ai échafaudé un plan au fur et à mesure que je me tirais du sommeil. Je me fondrais à la foule en préparation du sabbat avant de traverser la vieille ville vers le mont des Oliviers, ponctué de lieux religieux, d’un immense cimetière, et d’une vue imprenable sur la vieille ville.

Le crochet initial m’a fait passer par Mea She’arim, le plus vieux quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem. Avec leurs habits noirs et leur chapeau noir, ou dans quelques cas, leur schtreimel, un chapeau de fourrure, les hommes déambulent à la recherche de provisions avant le début du sabbat. Les marchés sont bondés de même que les pâtisseries.

À l’approche de la vieille ville, la rue du Sultan Suleiman, près de la porte de Damascus, avait été bloquée. Des autobus y étaient entassés comme des petits pois dans une boîte de conserve. Tous vides. À première vue, j’ai cru que c’était pour le sabbat, puisque plusieurs routes sont effectivement fermées du vendredi au samedi.

En traversant la porte de Damascus, qui perce les fortifications de la vieille ville, j’ai entendu l’appel à la prière. Des hommes couraient pour semer le retard qui les empêchait encore de se recueillir. Sans ce retard à mes trousses, j’ai arpenté les rues étroites en mode contemplation, surtout qu’elles étaient étonnamment calmes si ce n’était la présence de dizaines de policiers aux coins des rues.

Erreur.

Ces autobus qui formaient un train immobile avaient déversé un flot de dizaines de milliers de pèlerins dans l’enceinte de la vieille ville. Pour midi, ils s’étaient dirigés à la mosquée al-Aqsa du mont du Temple, où se trouve aussi le dôme du Rocher, un des sites les plus photographiés au monde, mais surtout, un des sites les plus importants de l’islam. La prière terminée, tous se sont élancés vers les sorties de l’enceinte dans un mouvement de foule aussi fort qu’une marée.

Bourlingueur

Les détonations du Golan

CHRONIQUE / «Vous êtes certaine qu’il n’y a pas de problème à ce que je conduise vers le nord », que j’ai demandé à Riki, la sympathique propriétaire du Safed Inn, un hôtel/bed and breakfast de la petite ville de Safed, aussi appelée Zafed ou Tsfat, dans le nord-est d’Israël.

« Nous écouterons la radio demain matin, mais il n’y a pas eu d’alerte depuis deux semaines », qu’elle me répond.

Rassurant!

C’était en mai. Un peu moins de deux semaines après les dernières alertes au tir de roquette sur le Golan. Plus tôt dans le mois, on annonçait des échanges de tir entre l’Iran, depuis le nord de la Syrie, et la partie du Golan occupée par Israël. On évoquait donc des dangers pour les voyageurs, surtout à l’est de la route 98.

On décrit pourtant le Golan comme le paradis des randonneurs. On y trouve des montagnes magnifiques qu’on recommande d’explorer prudemment. « Si tu vois un signe qui dit danger, c’est parce qu’il y a vraiment un danger. Il y a encore des mines antipersonnel un peu partout », prévient Riki.

Voilà qui me rassurait encore davantage. Mais elle m’avait proposé un beau parcours, avec des arrêts au mont Bental, à la forteresse de Nimrod et dans la réserve de Banias. J’ai donc fait confiance à l’absence d’avertissement radiophonique et je me suis mis en route avec ma minuscule voiture de location.

La route pour descendre la montagne où s’est perché le Safed Inn serpente le flanc de la protubérance et offre des vues magnifiques pour les yeux seulement. Pas moyen d’arrêter où que ce soit pour une photo, ou même pour fixer l’horizon plus que trois secondes. Comme conducteur, on s’ancre les yeux à la route qui rétrécit de mètre en mètre. Elle rend périlleuse toute rencontre avec un véhicule circulant dans la direction inverse.

Même si les distances paraissent énormes sur les cartes, on atteint le mont Bental en moins d’une heure. Plus on approche, moins le trafic est dense. Au détour d’une courbe, des hommes casqués portant d’importants équipements de protection s’affairent à déminer une parcelle de terre. On est loin des plages festives de Tel-Aviv.

D’énormes camions blancs arborant les lettres UN (United Nations) en majuscules roulaient vers l’ouest. Les champs, en apparence paisibles, étaient ponctués çà et là de maisons de pierres abandonnées, parfois avec le toit éventré. Moi, je roulais vers l’est.

Sur le coup, je me suis demandé si je m’aventurais réellement en zone de conflit militaire. Si l’activité est réduite dans le secteur, on peut supposer un hasard pour expliquer l’ambiance tendue que je pouvais palper entre mes poings serrés et le volant de ma Renault Clio.

J’ai suivi les indications et j’ai amorcé en voiture l’ascension du mont Bental, qui s’élève à 1165 mètres d’altitude. Au bas de la côte, on annonce la présence du « Coffee Anan », un clin d’œil à l’ex-secrétaire général des Nations unies.

Dans le stationnement, les autobus de touristes remettent les choses en perspective. On ne laisserait pas les visiteurs débarquer en hordes si on pressentait un danger imminent.

Une courte marche nous amène au sommet de la montagne, où des panneaux indiquent les distances avec les principales villes. Ironiquement, Damascus et Washington DC sont situés l’un au-dessous de l’autre.

De vieux bunkers laissés à l’abandon peuvent toujours y être visités. On y descend dans une noirceur relative, on arpente des couloirs étroits avant d’aboutir dans une pièce où une ouverture horizontale permet d’observer l’horizon. Sur ma droite, au loin, j’aperçois de la fumée qui semble se dégager d’une grappe de maisons. Là, c’est la Syrie. Sur ma gauche, des montagnes et des plaines verdoyantes : Israël.

Puis une détonation. Et une autre. Dans le silence du bunker, loin des touristes qui rivalisent d’égoportraits quelques mètres au-dessus de ma tête, j’encaisse. J’ai entendu au moins quatre détonations. Évidemment qu’il est difficile de les associer à une action en particulier. La proximité avec la Syrie me laissait toutefois songeur.

Qu’il s’agisse ou non de frappes dans le pays voisin, je prenais un peu plus la mesure de la réalité syrienne. Pas comme dans comprendre ce que vit la population de ce pays, mais plutôt comme réaliser que le conflit dure toujours. C’est un contact, aussi minime soit-il, avec la guerre, la vraie, qui ne se déroule pas que sur un écran 56 pouces au bulletin de nouvelles.

Je suis remonté à la surface, un peu ébranlé, et j’ai aperçu des groupes de jeunes en train de planifier bruyamment leur prochain égoportrait collectif. Ils sont presque arrivés à couvrir la dernière détonation que j’ai perçue, qu’ils n’ont même pas entendue.

Avant de partir, j’ai pris quelques minutes pour discuter avec les deux observateurs des Nations unies postés au sommet du mont Bental. Dans leur petit observatoire, sans arme, ils scrutent l’horizon pour faire rapport des événements qui surviennent dans la journée. Particulièrement calmes, ils ont dissipé tous les doutes sur le danger qui guette les touristes aventuriers.

Bourlingueur

Le tourisme rural de Vallue

CHRONIQUE / Le nom de Petit-Goâve sonne une cloche. Parce que Dany Laferrière y a passé son enfance, peut-être. La petite ville, magnifique, vibre comme aucun autre endroit que j’ai visité en Haïti.

La ville a ce je-ne-sais-quoi d’hypnotisant, qui prend aux tripes sans qu’on puisse vraiment l’expliquer. Mais à l’abri de la végétation, dans les montagnes auxquelles s’appuie la ville, se trouve probablement un secret encore trop bien gardé. Le village de montagne de Vallue, une commune de Petit-Goâve, abrite une communauté rurale qui s’est prise en main et qui bâtit jour après jour un environnement où il ne faut pas trop insister pour qu’on s’attarde. Mon coup de cœur en Haïti!

Bourlingueur

L’incendie de Nazareth

CHRONIQUE / Boom! Et boom encore. Deux détonations. Le bruit des pierres qui tombent et un nuage de poussière. J’ai reculé d’un pas.

Le soleil avait amorcé sa descente vers son lit, à l’horizon de Nazareth, en Israël. En plein ramadan, l’iftar approchait. L’appel à la prière enveloppait toute la vieille ville illuminée de blanc. Du balcon de l’auberge Fauzi Azar Inn, la plus vieille du quartier, j’admirais seul la vue apaisante quand les détonations ont résonné.

Le Bourlingueur

Comme si les gens heureux s’étaient enfuis

CHRONIQUE / La vie a repris son cours à Sarajevo comme dans le reste de la Bosnie-Herzégovine. Alors qu’on cherche encore les victimes du génocide à Srebrenica, dans l’est, les grenades ne tombent plus sur les villes. Les chars d’assaut ne crachent plus la destruction. Les mitraillettes ont été remisées.

Les traces du conflit de l’ex-Yougoslavie étaient pourtant partout une vingtaine d’années plus tard. Le parlement, une tour blanche qui brûle sans fin sur les célèbres images de la guerre, brille comme un neuf. Il a été réparé, comme le Holiday Inn, juste en face. L’hôtel, épargné, logeait autrefois les journalistes couvrant le conflit. Plus près de la vieille ville, des éclaboussures de peinture rouge marquent le sol çà et là. Les plus pressés, ou ceux qui ne baisseront jamais les yeux, ne les verront pas. On les appelle les roses de Sarajevo. Il s’agit des traces laissées dans le béton par les explosions de mortier. Chacune des cavités a été remplie d’une résine rouge. Et chaque rose a son histoire.

LE BOURLINGUEUR

Des mosquées, un chott et des dattes

CHRONIQUE / Du sable et des cactus. Entre la capitale de la Tunisie, Tunis, et la ville de Tozeur, plus au sud, la route traverse des étendues relativement inhabitées. Les immenses cactus gorgés de fruits rouges, des poires-cactus, dressent une première ligne de végétation. Dans les terres s’alignent plutôt des rangs d’oliviers.

Tantôt, des marchands établis en amont ou en aval de petits villages ont dressé des tables et des étalages de fruits frais. Les chapelets de dattes ou de piments pendent aussi en attendant qu’un voyageur s’arrête. Tantôt, un feu crépite dans la poussière du bord de route, un mouton attaché à proximité. Tout est prêt pour des grillades fraîches.

À moins de 200 km de la capitale, la ville de Kairouan peut passer en quelques clignements des yeux si on ne porte pas une attention particulière. Ses mosquées, inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, constituent pourtant une pause très intéressante.

Ce n’est pas tous les jours qu’on s’arrête dans une ville fondée au 7e siècle qui, de surcroît, a constitué la première ville sainte du Maghreb.

On y trouve les bassins des Aghlabides, deux immenses réservoirs à ciel ouvert construits au 9e siècle et reliés entre eux.

Surtout, la Grande Mosquée, relativement déserte lors de mon passage, remplit complètement le regard. Avec ses quelque 520 colonnes, sa vaste cour centrale et son cadran solaire, perdu au milieu de toute cette étendue sacrée, il y a de quoi s’attarder. Le cadran solaire sert à connaître l’heure des prières.

Un peu plus loin, sur une place plus achalandée, au cœur du trafic de la grande route, Zawiya de Sidi Sahib s’élève. Il s’agit du mausolée du compagnon de Mahomet, Abou Zama el-Balawi. On raconte qu’il y reposerait avec trois poils de barbe du prophète.

Ce mausolée jouxte une autre mosquée ornée de complexes motifs en céramique. En traversant le hall et une grande cour centrale, on peut s’approcher de la pièce où se trouve la sépulture, mais il est impossible d’y entrer.

On dit de Kairouan qu’il s’agit de la ville des 300 mosquées. Il est donc possible d’y passer plusieurs heures si la religion nous fascine. Sinon, on peut toujours se laisser entraîner dans un magasin de tapis, où on nous expliquera comment ceux-ci sont confectionnés. Mais il faudra savoir négocier ou résister si on tombe sous le charme.

Le Bourlingueur

Au resto d'une « Master Chef » au Mexique

CHRONIQUE / Mine de rien, à travers toutes les Murailles de Chine et les opéras de Sydney, l’art culinaire constitue à lui seul une excellente raison de voyager. On a beau s’intéresser à la pyramide de Chichén Itzá ou avoir envie de se prélasser sous les palmiers, tôt ou tard, il faudra se mettre à table.

Au Mexique, en matière de panorama, les restaurants de la plage de San Pancho se sont distingués des autres. Contrairement aux salles à manger extérieures des complexes hôteliers, à San Pancho, pas de piscine ou de clients qui trimballent leur valise. Au coucher du soleil, les vagues se brisent violemment sur le sable en renvoyant leur écho vers un horizon rosé. Le temps s’arrête.

Toujours à l’ouest, un des trésors se cache dans la petite ville de San Blas, connue comme un repère des ornithologues. Le restaurant El Delfin serait l’un des meilleurs de toute la province de Nayarit. On le trouve dans l’hôtel Garza Canela, une entreprise familiale ayant ouvert ses portes dans les années 1970, et il est dirigé par la chef Betty Vazquez.

Betty qui?

Betty Vazquez agit comme juge à la populaire émission Master Chef Mexico, l’équivalent des Chefs ici. Elle a étudié au Cordon bleu de Paris et a travaillé avec le chef Juan Mari Arzak, propriétaire d’un restaurant espagnol décoré de trois étoiles Michelin.

Le restaurant et l’hôtel sont tenus par les quatre sœurs Vazquez, leur frère et leur mère. On y retrouve le Mexique des années 1970 dans une salle à manger intimiste où les poutres en bois et les grandes fenêtres nous plongent dans le passé.

Pourtant, les recettes sont modernes, mélangeant les saveurs mexicaines aux techniques classiques de l’Europe.

Lors de notre passage, un menu bien spécial nous attendait. Ce menu change d’ailleurs chaque année avec de nouvelles créations. La salade de pieuvre, mangue et pommes fusionnait des saveurs que je n’aurais jamais pensé marier. Il fallait ajouter une soupe bacon et fromage et un succulent filet de mahi-mahi avec crevettes et légumes.

Bourlingueur

Une histoire de mascottes

C’était quelque part vers 1992. Une classe de primaire comme il s’en trouvait partout au Québec. Sauf que dans ma classe à moi, on nous avait promis une surprise. Juste avant de partir pour le dîner, un groupe de quatre ou cinq Japonais nous avait rendu visite.

Débarqués en banlieue de Sherbrooke, les visiteurs inattendus soulevaient toute mon admiration. Pour la première fois, je rencontrais des individus provenant de l’autre bout de la planète. Qu’ils soient là, tout près de chez moi, m’impressionnait grandement. Je me souviens avoir été particulièrement soufflé par l’oiseau d’origami qu’ils nous avaient fabriqué.

Le souvenir m’est revenu plus de 25 ans plus tard, alors que je me tenais moi-même à l’arrière d’une classe de troisième année de l’International School de Tokyo. Là, des enfants issus de partout sur la planète ne paraissaient nullement perturbés par la présence de journalistes nord-américains.

Ce jour-là, les gamins avaient la mission de voter pour les mascottes des Jeux olympiques de Tokyo, qui se tiendront en 2020, parmi trois paires de finalistes. Une caméra de télé, un photographe et trois journalistes les observaient. Ils ne bronchaient pourtant pas.

Les enfants s’étaient préalablement rassemblés dans le gymnase. Tous. Pour une séance de poésie après laquelle le rôle d’une mascotte leur a été expliqué. Un enfant déguisé s’est même amusé à offrir une petite démonstration.

Les trois duos de mascottes finalistes ont été choisis parmi 2042 suggestions obtenues à l’issue d’un concours. Le premier duo, mon préféré, est inspiré du logo des jeux de Tokyo et marie tradition et modernité. On accorde même à l’un des deux membres de la paire d’avoir le pouvoir de se téléporter. C’est peut-être ce pouvoir qui m’a séduit. Ou le côté moins enfantin du concept. On se doute que les jeunes électeurs risquaient de pencher pour une autre option.

La mascotte olympique du deuxième duo est inspirée d’un chat Maneki et d’un renard Inari, deux symboles de chance au Japon. Elle a le pouvoir de donner de l’énergie positive à ceux qu’elle touche.

Dans le troisième duo, la peluche olympique géante est un renard décoré d’ornements magatama sortant des contes de fées japonais. On dit qu’elle est très athlétique et bouge très rapidement.

Avec ces caractéristiques, les enfants sont retournés dans leur classe et ont résumé une dernière fois les particularités de chaque paire avant de voter sur des tablettes électroniques.

Dans tout le Japon, ce sont près de 14 000 écoles qui s’étaient inscrites pour participer au vote, dont 92 écoles japonaises réparties dans 51 autres pays.

Masa Takaya, porte-parole de Tokyo 2020, rapporte que la participation des écoles est encore plus importante qu’anticipé. « Dans toutes les écoles où nous sommes allés, nous avons vu des enfants qui prenaient leur mission très au sérieux et qui se sentaient très impliqués dans la préparation des jeux de 2020. Leurs souvenirs de cette expérience unique seront un autre legs de Tokyo 2020. »

À n’en point douter, les petits se souviendront du rôle qu’ils ont joué. Encore trop accroché aux jupons de maman pour aller à l’école, je n’avais pas couru dans les rues de Sherbrooke, en 1988, comme l’avaient fait des centaines d’élèves accompagnant la flamme olympique qui se dirigeait vers Calgary. Les enfants avaient tous un mini flambeau constitué d’une chandelle. J’en voulais un. Si je me souviens...

Dans cette école primaire du Japon cette journée-là, il ne fallait attendre que quelques minutes pour que les résultats s’affichent sur l’ordinateur du directeur Christopher Frost. Ah, la technologie!

Dans l’autre classe de troisième, le vote s’était terminé plus tôt. Les enfants ont eux-mêmes offert un roulement de tambour en frappant sur leur pupitre en attendant le verdict. Le deuxième duo l’avait emporté. D’un coup, les cris ont fusé.

Mais on attendait surtout le verdict de notre classe à nous. Le directeur s’est inquiété un instant. Le gagnant ne s’affichait pas comme il le devait. Ah, la technologie!

« Voilà! », a-t-il clamé sans être vraiment convaincant. Il a commandé le même tumulte, a attendu le silence pour provoquer le suspens, et a annoncé que le duo B recevait également la faveur des élèves qui l’entouraient. Autre effusion de joie.

Nous ne leur dirons pas que le directeur, à défaut d’avoir réglé son problème informatique, s’était surtout fié à la réaction au vote précédent.

Quoi qu’il en soit, le reste du Japon devait continuer de faire entendre sa voix. Le résultat national, qui nommera officiellement les mascottes des Jeux olympiques de Tokyo, sera dévoilé le 28 février.

Suivez mes aventures au www.jonathancusteau.com

Le journaliste était l’invité du Foreign Press Center Japan.

Le Bourlingueur

Changer le visage de Tokyo

CHRONIQUE / Quand j’ai demandé conseil à des amis adeptes du Japon pour connaître les meilleurs quartiers où flâner à Tokyo, je n’ai pas obtenu de réponse claire. Tokyo change trop, tout le temps. À la lumière de cette déclaration, je devais me débrouiller.

Tokyo change beaucoup, oui, si on en croit le directeur principal aux relations publiques de la Mori Building Co., Masa Yamamoto. Selon lui, c’est 3 % de la ville qui est détruite, chaque année, pour des projets de reconstruction.

La Mori Building Co., fondée par Minoru Mori, a somme toute métamorphosé le visage du district de Minato, où se trouve le complexe Roppongi Hills, dominé d’une tour de 53 étages. J’ai pu visiter ses bureaux, quelque part en altitude, en m’arrêtant dans un local où se trouvent des maquettes à l’échelle de Tokyo, New York et Shanghai.

« Nous voulons donner une cure de rajeunissement à Tokyo pour qu’elle puisse se mesurer à d’autres grandes villes comme New York, Londres, Paris et Shanghai. Pour y arriver, nous devons changer le mode de vie de la population en transformant les infrastructures. Nous visons une plus grande efficacité dans le mode de vie », explique M. Yamamoto.

Les maquettes permettent entre autres de se comparer, de voir ce qu’il manque à Tokyo pour surpasser les autres villes d’importance. « Nous avons mesuré les façons de faire de 44 villes majeures, dont Boston et Toronto, pour voir les forces et les faiblesses de chacune. Une ville attirante est une ville qui peut répondre aux différents besoins de sa population. Les villes qui maintiennent leur attractivité investissent maintenant dans les services, notamment la promotion du tourisme. »

Le tourisme, toutefois, connaît parfois des soubresauts, comme à Paris après les attentats de 2015, ou à Tokyo, après le tremblement de terre de 2011.
Roppongi Hills est en quelque sorte devenu une attraction touristique, notamment grâce à son araignée géante à l’entrée, une œuvre intitulée Maman et réalisée par Louise Bourgeois. On en trouve une également devant le Musée des beaux-arts d’Ottawa et au Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

On y trouve aussi un parc, un studio de télévision, des bureaux, plus de 200 magasins et restaurants et des appartements. Son cinéma compte une plantation de riz sur le toit alors que le 53e étage de la tour principale abrite le Musée des arts Mori, un musée d’art contemporain.

Le Bourlingueur

Revoir Tokyo

CHRONIQUE / Revoir quelqu’un après plusieurs années provoque un vertige, une petite pression au creux de l’estomac. Peur que ça se passe mal. Peur que la chimie n’y soit plus. Peur que le temps ait trop passé. Comme si on ne pouvait pas se reconnaître avec en plus quelques cheveux gris et un kilo et demi. Ou dix.

Pareil, on dirait, pour une ville qu’on a visitée six ans plus tôt. Pas n’importe quelle ville. Une grande, qui grouille, qui se transforme, qui avance à la vitesse des pas de ses quelque 13 millions d’habitants. Vite, donc. Une ville qui ne rénove pas, qui démolit et reconstruit plus grand, plus gros, plus beau.

Tokyo s’est replacée sur ma route de manière inattendue. Je m’étais présenté à elle pour la première fois dans la même foulée où j’effeuillais des dizaines d’autres villes comme les pétales d’une marguerite : les unes après les autres, pays après pays. Fin janvier, je revenais pour la première fois sur le trajet de mon tour du monde avec la nervosité de celui qui revoit pour la première fois la maison où il a grandi.

Étrangement, j’ai reconnu Tokyo plus que je ne le pensais. Je n’ai pas trop galéré pour acheter mon billet de métro, sachant trop bien que je devais payer selon la distance que je parcourrais. J’ai décodé rapidement la carte des trains, me suis rappelé qu’il fallait faire une distinction entre les wagons JR et le métro de Tokyo, deux des compagnies assurant le transport sur rail dans la capitale.

J’ai esquissé un demi-sourire en apercevant la bannière bleue des Lawson, ces dépanneurs faisant compétition à l’international 7 Eleven, mais dont j’avais zappé l’existence. Ils n’évoquent pourtant rien de particulier les Lawson, mais ils me rappelaient tout à coup que j’étais en terre nippone.

En fait oui. Je me suis souvenu d’une tartelette au chocolat, divine, que j’achetais dans l’une de ces petites épiceries. Laquelle? Je ne sais plus, mais parole de bourlingueur, il n’est plus possible d’en trouver des comme ça aujourd’hui. Légère déception.

J’ai reconnu l’efficacité japonaise, celle des transports en commun passant aux trois minutes, du service des repas presque immédiatement après qu’on eut franchi la porte des restaurants. À Tokyo, on n’attend pas avant de recevoir sa commande.

Je me suis souvenu du respect des Japonais, qui ne bousculent jamais, ne lancent jamais leurs déchets par terre, ne tournent jamais le dos volontairement aux gens avec qui ils discutent. Ils offrent des saluts en inclinant le torse, le tronc même, à l’entrée des hôtels, quand ils vous abandonnent à un ascenseur, quand ils vous rencontrent pour la première fois.

J’avais oublié ces aliments de cire, déployés dans la vitrine des restaurants pour illustrer les plats qui y sont servis, mais j’avais bien en mémoire comment commander tout un repas dans une machine à coupons.

J’ai revu la tour de Tokyo, cette mini-tour Eiffel dans laquelle je n’avais pas eu le temps de monter la première fois. J’ai remédié à la situation, vu des milliers de lumières et des milliers de gratte-ciel à 150 mètres de hauteur. J’ai vu Tokyo s’étendre sur tout l’horizon, de tous les côtés. Et je me suis presque laissé tenter par les crêpes gâteau fromage, crème fouettée et fraises. Presque.

Idem pour le Tokyo Skytree, la deuxième plus haute structure autoportante de la planète au moment de son inauguration, à peu près au même moment où je partais du Japon la dernière fois. À 634 mètres, elle est plus haute que la tour du CN.

Au temple de Senso-ji, dans Asakusa, j’ai tenté ma chance une nouvelle fois avec une tradition de bonne fortune. Je n’aurais pas dû. On fait un souhait, on secoue un contenant dans lequel sont placées des dizaines de bâtons. Le premier qui en tombera, à l’aide d’un numéro, nous guide vers un tiroir où est inscrite notre bonne fortune. Ou notre mauvaise, comme dans mon cas.

On s’exorcise en abandonnant le mauvais sort sur un petit présentoir installé à cette fin. On peut aussi se purifier avec une fumée divine. Rien de moins.

En retournant dans Shinjiku, le quartier des grivoiseries, j’ai retrouvé les foules de touristes, les néons à perte de vue. En moins de deux, j’ai été approché par des proxénètes africains qui m’offraient une invitation dans leur salon de massages. Rien n’a changé de ce point de vue. 

Les arcades ont toutefois été remplacées par des salles de jeux munies de grues miniatures permettant parfois d’attraper des figurines de mangas ou à l’effigie de Star Wars.

J’ai aussi retrouvé les toilettes à siège chauffant, installées partout, même dans les toilettes publiques, et découvert les taxis dont les portes s’ouvrent et se ferment toutes seules. N’y touchez pas, vous risquez d’insulter le chauffeur.

Enfin, Tokyo, c’est aussi croiser un vison sauvage dans un parc, des signes d’interdiction de fumer peints directement sur le trottoir et... une course de Mario Kart grandeur nature, dans les rues de la ville, avec des touristes déguisés en personnages de jeux vidéo.

Suivez mes aventures au www.jonathancusteau.com.

Le journaliste était l’invité du Foreign Press Center Japan.