Faire un arrêt prolongé à Jasper permet de prendre quelques jours pour visiter les Rocheuses. Et si on fait la route entre Banff et Jasper, un arrêt au Glacier Skywalk avec sa passerelle au plancher de verre, est incontournable.

L’arrêt à Jasper: une belle idée

Faire le trajet de Toronto à Vancouver en train est une expédition hors de l’ordinaire. Surtout lorsqu’on arrive dans les Rocheuses. Les points de vue sont spectaculaires le long du trajet. Mais pour apprécier complètement ces paysages majestueux, il peut être intéressant de prévoir un arrêt prolongé à Jasper.

Quand on réserve un billet de train pour monter à bord du «Canadien», il est possible de s’arrêter à un des arrêts prévus sur l’itinéraire et de monter à bord d’un train suivant, soit deux ou quatre jours plus tard.

Dans de telles circonstances, un arrêt prolongé à Jasper est un moyen intéressant de découvrir les Rocheuses. Quelques agences de location de véhicules ont pignon sur rue dans la petite ville, près de la gare, ce qui rend facile la prise de possession d’une auto. Les déplacements en bus sont aussi possibles, mais moins pratiques.

Si on prévoit un arrêt dans une ville le long du trajet, il faut savoir que les retards peuvent venir compliquer la chose. L’agence de location de véhicules peut être fermée, les arrangements pour l’hébergement peuvent devenir laborieux. Il faut être prêt à toute éventualité. Une nuit à Jasper ou dans les environs – les hôtels à Hinton, juste en dehors du parc national, sont moins dispendieux – est une bonne idée.

Depuis Jasper, il est possible de visiter Banff et Lake Louise en voiture, en traversant les parcs nationaux. La Transcanadienne, la Bow Valley Parkway et la Icefields Parkway offrent toutes trois des paysages spectaculaires le long desquels il faut souvent s’arrêter pour une photo ou pour laisser passer un ou des animaux sauvages. Un arrêt d’une, deux ou trois nuits à Banff ou dans le secteur – Canmore est plus abordable à cette extrémité de la route des parcs nationaux – permettra de visiter pour la peine.
Parmi les attractions qu’il faut visiter pendant cet arrêt prolongé, il y a la très commerciale petite ville de Banff, évidemment. Il y a beaucoup de monde, tout est hors de prix, mais ça vaut le coup d’œil. L’arrêt au lac Louise est un incontournable et un détour par le lac Moraine offre un point de vue plus sauvage que celui des abords du lac Louise. Dans le secteur de Banff, il y a aussi des sommets accessibles en cabines (gondolas) qui offrent des vues à couper le souffle sur la région.

Le lac Moraine, plus sauvage et moins achalandé que son voisin, le lac Louise, mérite un détour.

Le long de la route qui relie Banff et Jasper, un arrêt au Champ de glace Columbia (Columbia Icefield) s’impose. La visite d’un glacier est une bonne occasion de mieux connaître les formations géologiques et la topographie des Rocheuses, mais c’est aussi une extraordinaire opportunité de mieux se sensibiliser aux changements climatiques et à ses effets sur nos paysages. L’excursion sur le glacier se fait en bus depuis le Columbia Icefield Discovery Centre jusqu’au centre d’embarquement situé quelques centaines de mètres plus loin. À cet endroit, on monte dans des bus adaptés munis de roues et de pneus géants, capables de monter une pente abrupte sans problème.

Depuis 2014, on peut aussi visiter la promenade aérienne Glacier Skywalk, toujours dans le parc national de Jasper et à quelques kilomètres du Columbia Icefield Discovery Centre. Ce projet de 20 millions $, développé par l’entreprise Brewster Travel Canada,  est principalement caractérisé par une passerelle longue de 500 mètres, culminant à 280 mètres au-dessus du sol. Le plancher de verre offre des vues saisissantes. On peut être pour ou contre ce genre d’aménagement en pleine nature, mais force est de constater que le Glacier Skywalk a été réalisé en tenant compte de l’environnement et en minimisant les impacts sur les écosystèmes autour. Il s’agit d’une petite merveille de génie civil.

Il faut aussi prévoir du temps pour des arrêts purement contemplatifs. Ne pas faire un horaire trop serré est un mot d’ordre quand on visite les Rocheuses...