La Voie Maltée : un succès bien mérité

Au moment où les premières bières brassées à La Voie Maltée ont coulé à flots à Jonquière, c’était le début d’une route sinueuse et pleine d’embûches pour son fondateur, Daniel Giguère. Aujourd’hui, La Voie Maltée surfe sur l’autoroute du succès. Petite chronique sur cette entreprise bien ancrée au Québec.

Je connais Daniel depuis 2006, l’année de mes débuts en tant que professionnel de la bière au Québec. Cela faisait quatre ans qu’il brassait, avec ses collaborateurs, dans un petit local du centre-ville de Jonquière. On pouvait alors les boire sur place.

Devant quelques bières de son cru, nous discutions du marché de la bière, de la culture bière et des perspectives d’avenir de la bière artisanale au Québec. J’avais été étonné du contraste entre son menu de bières et les nombreuses offres de « grosses bouteilles à petits prix » des bars situés juste en face. Deux mondes séparés par quelques mètres d’asphalte. L’image était forte ! Alors que plusieurs brasseurs rêvaient de croissance et de développement interrégional, Daniel, lui, voulait développer sa clientèle locale, offrir une alternative aux bières d’en face et s’assurer de la qualité de ses bières. Plusieurs brasseurs étaient convaincus que seul le produit allait faire la différence auprès des consommateurs. Daniel parlait déjà d’image, de marketing et de stratégies de vente. Un discours avant-gardiste dans une époque pas si lointaine, mais à des années-lumière du marché d’aujourd’hui.

« Un jour, Philippe, on va avoir un restaurant gastronomique avec de la bière à l’honneur, me disait-il. Il faut que la bière soit au centre de la table ! »

Et il avait raison !

Les accords bières et mets, la cuisine à la bière, l’affinage en fût, les bières fortement houblonnées, voilà autant de sujets sur lesquels nous échangions. Certains se souviendront des premières bouteilles 750 ml embouteillées dans le sous-sol de la brasserie et vendues dans un coffret en bois. Le souci du détail, c’est la clé du succès depuis le premier jour. Non seulement le restaurant L’Usine est dorénavant ouvert au public dans sa région natale, mais il a aussi ouvert, avec son équipe, trois autres pubs gourmands depuis 2008. Il a également créé une usine de brassage et de production de canettes, toujours dans le secteur Chicoutimi, voisin du restaurant gastronomique.

Voilà une entreprise québécoise bien ancrée dans sa région et connue de tous.

La Libertine

La Voie Maltée

Saguenay

Description
Une Ale légère, blonde, à 4.0 % d’alcool/volume. Son amertume est faible (12 IBU) et sa texture est mince.

Dégustation
Une bière qui a comme mandat de vous désaltérer et de vous offrir un produit doux et peu alcoolisé. Mission accomplie ! Au nez, les céréales s’expriment timidement et la bière repose sur une base maltée très fine. En bouche, la texture de la bière est mince et sa finale courte. Une bonne bière de soif.

Accord gastronomique
La Voie Maltée est la brasserie exclusive des Saguenéens, l’équipe de hockey junior. Voilà donc un bon prétexte pour regarder un match de la LHJMQ.

La Criminelle

La Voie Maltée

Saguenay

Description
Un Impériale Stout titrant 9.5 % alcool/volume et reposant sur 50 IBU. À servir à 14 degrés Celsius pour bien profiter de ses notes maltées et très aromatisées.

Dégustation
Au nez, la bière est riche. Les amateurs de café et de chocolat seront ravis de se prendre quelques bouffées.

En bouche, l’alcool domine, mais repose sur un corps crémeux et riche. La bière ne se laisse pas imposer et navigue sans complexe dans le domaine des bières liquoreuses. Elles sont peu nombreuses dans le genre.

Accord gastronomique
Sortez des placards le chocolat monocru, monoplantation et foncez vous installer confortablement devant un feu de foyer !