Il faut savoir quand récolter les légumes.
Il faut savoir quand récolter les légumes.

Il faut récolter les légumes à point

En cette année de la COVID-19, où tant de citoyens ordinaires ont découvert qu’ils avaient l’âme d’un jardiner et où les jardins de la victoire ont proliféré partout au Québec, il y a beaucoup de jardiniers novices qui cherchent à savoir une chose : quand récolter les fruits de leur labeur? Car les légumes poussent, poussent, poussent et il n’est pas toujours évident de savoir quand ils sont à point.

En cas de doute, cependant, voici un truc presque infaillible. Regardez le légume. Est-il de la taille du même légume vu au supermarché? Et de la même couleur? Si oui, il est probablement prêt. S’il paraît encore un peu petit, ou n’a pas sa coloration finale, attendez encore. Il ne faut pas laisser la plupart des légumes se développer trop, sinon leur texture et leur goût se détériorent. 

Mais soyons plus précis. Voici 25 légumes populaires avec davantage d’explications sur le moment de la récolte.

› Ail : pour la fleur d’ail, quand la tige fait un tour et demi; pour le bulbe d’ail, au début d’août, quand le feuillage commence à jaunir.

› Bette à carde : les feuilles sont comestibles à tout stade, petites ou grandes.

› Betterave : en 40 à 50 jours, pour les bébés betteraves; quand elles ont 4 à 5 cm de diamètre pour les autres. 

› Brocoli :  quand les bourgeons sont encore denses et bien verts. Habituellement, la tête est plus petite que ce que l’on voit au marché. N’arrachez pas toute la plante, ne prélevez plutôt que les tiges qui sont prêtes. Ainsi la plante produira une deuxième récolte.

› Carotte :  à partir du milieu de l’été jusqu’au moment où le sol gèle. Les récoltes hâtives donneront des bébés carottes, tout simplement!

On peut récolter les carottes et betteraves bébés ou les laisser grossir.

› Cerise de terre : quand l’enveloppe commence à brunir, étendez un vieux drap sous la plante, car les fruits se détachent tout seuls et tombent du plant. Alors, on les perd.

› Chou : pour le chou d’été (chou hâtif), quand le chou est assez gros et ferme. Si on attend trop, il éclate. Laissez toutefois le chou d’hiver en place jusqu’à la fin de l’automne, après quelques gelées.

› Chou de Bruxelles : quand les petits choux ont environ 4 cm de diamètre.

› Chou-fleur : dès que les fleurettes blanches commencent à prendre de l’expansion. Habituellement, la tête est plus petite que ce qu’on voit au marché. 

› Chou-kale : récoltez les feuilles de l’extérieur de la plante tout au long de l’été. Pour les fins de conservation, récoltez le cœur de plante après le premier gel.

› Courge d’été (courgette, pâtisson, etc.) : quand le fruit est encore jeune et son écorce, mince, mais avant que les graines ne se forment. Plus vous récoltez souvent, plus la plante produit!

› Courge d’hiver (citrouille, courge musquée, courge spaghetti, etc.) : quand le fruit est pleinement mature et que le pédoncule (tige fixée au fruit) sèche et ramollit.

Il ne faut pas laisser les courges d’été trop grossir, sinon elles ne sont plus mangeables.

› Épinards : très rapidement, dans les 40 à 60 jours du semis. Quand la plante commence à prendre de la hauteur, récoltez tout, sinon il montera en graines et ne sera plus comestible.

› Haricot : il faut récolter les cosses immatures, quand elles sont encore minces. Sinon, la cosse devient filamenteuse et les graines, pâteuses. Récoltez souvent pour stimuler une récolte plus abondante.

› Laitue : récoltez les feuilles extérieures tout au long de la saison. Récoltez toute la plante quand la pomme est bien formée, mais pas encore dure. Quand une tige florale monte au centre de la plante, c’est déjà trop tard : les feuilles seront amères et immangeables. 

› Maïs : quand les soies sont brunes et que l’épi paraît dodu. 

› Oignon :  en tout temps comme oignon vert. Pour de beaux bulbes, quand le feuillage s’affaisse au sol.

› Piment fort :  quand le fruit atteint sa coloration finale (souvent rouge). Par contre, certains piments se récoltent traditionnellement quand le fruit a pris sa pleine taille, mais est encore vert (jalapeño, par exemple).

› Poireau : à l’automne, après une ou deux bonnes gelées ou encore, très tôt au printemps, après le dégel.

› Pois : récoltez les pois mange-tout quand la cosse est encore mince et les pois à peine développés. Attendez que les cosses soient dodues, mais que les graines soient encore petites pour récolter les pois à écosser (petits pois).

Les pois mange-tout se mangent quand la cosse est encore très mince.

› Poivron : quand la taille vous convient. On peut récolter le fruit immature (poivron vert) ou mature (poivron rouge). Le rouge est plus digeste. 

› Pomme de terre : on récolte les pommes de terre nouvelles environ une semaine après que la plante commence à fleurir. Pour les tubercules matures, la récolte se fait en août ou au début de septembre, quand le feuillage dépérit. 

Radis : 3 à 6 semaines après le semis, quand la racine est encore relativement petite. Si vous attendez trop, le radis montera en graine et ne sera plus consommable.

Rutabaga : à l’automne, de préférence après une gelée.

› Tomate : quand le fruit est parfaitement coloré et devenu un peu mou. Quand le gel menace, récoltez les fruits restants et faites-les mûrir dans un garde-manger sombre.

Que de bonnes récoltes avec votre jardin de la victoire!

+

ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • Chassez les pucerons sur vos plantes avec un fort jet d’eau.
  • Tuteurez les grandes vivaces au besoin.
  • Surveillez l’arrivée des chrysomèles (coléoptères allongés striés ou pointillés) dans les courges et les concombres et les faire tomber dans de l’eau savonneuse.
  • En préparant des bouquets de fleurs, recoupez la tige sous l’eau. Cela assure une meilleure irrigation des fleurs.
  • Prenez des boutures de vos arbustes préférés.

+

QUESTIONS

Trois questions sur la tomate

À la suite de votre article paru dans le quotidien Le Soleil sur les «faux gourmands» des plants de tomates, j’aimerais connaître votre opinion sur les trois points suivants.
— Jean Pageot

L’application d’un paillis au printemps aide beaucoup à prévenir les maladies foliaires des tomates.

Un agronome m’a suggéré de couper tout le feuillage à moins de 30 cm du sol, pour éviter que le feuillage soit éclaboussé par des spores de champignons se retrouvant dans la terre lors d’averses, ce qui pourrait causer des maladies aux plants.

R Cela peut paraître logique, car effectivement, la plupart des maladies foliaires des tomates sont transmises justement par les éclaboussures de gouttes de pluie ayant frappé un sol contaminé, mais en fait, cette taille donnera peu d’effets positifs, car les tiges dénudées seront quand même éclaboussées et les spores auront alors un accès encore plus direct à la plante par les blessures provoquées à la tige par la suppression des feuilles. Mieux vaut ne pas tailler et plutôt appliquer un paillis qui, en recouvrant le sol, empêchera complètement les éclaboussures, éliminant le problème. Faire toujours une rotation est une autre bonne façon pour prévenir les maladies.

J’ai lu sur un site Internet qu’il fallait couper la tête des plants indéterminés lorsqu’ils atteignent 6 pieds (180 cm) pour arrêter le plant de faire du feuillage et permettre aux fruits en place de mûrir.

R La logique derrière cette croyance est fort défaillante. Les feuilles sont la source d’énergie de la plante. Les supprimer réduira l’énergie que la plante reçoit, diminuera sa capacité de produire des hydrates de carbone et alors ralentira le mûrissement plutôt que de le stimuler. On peut toutefois supprimer en fin de saison les fleurs qui n’auront pas le temps de donner des fruits. Par contre, il est difficile de juger à partir de quel moment on peut commencer à les enlever, car il y a des années où le gel arrive à la mi-septembre et d’autres années pas avant la fin d’octobre. De toute façon, supprimer ou non quelques fleurs ne changera pas beaucoup les résultats et, personnellement, je ne le fais pas.

Q Est-ce que les fruits ont besoin de la lumière directe du soleil pour mûrir? J’ai certaines variétés qui ressemblent à de denses buissons et certaines personnes tailleraient du feuillage pour laisser passer le soleil vers le fruit.

R Les fruits de tomates mûrissent aussi bien à l’ombre qu’au plein soleil. D’ailleurs, quand on rentre des fruits encore verts à l’automne, ils mûrissent aussi bien à l’ombre du garde-manger ou enfermés dans un sac de papier que sur le rebord de la fenêtre, l’emplacement préféré de nos grands-mères, une belle preuve que l’exposition du soleil n’est pas un facteur. Pire, plutôt que d’aider au mûrissement, souvent la suppression des feuilles expose les fruits trop rapidement au soleil, ce qui mène à l’insolation, un coup de soleil qui endommage les fruits.

+

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre :
Par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec) G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Formations en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme : Le compostage domestique, Les fines herbes de la terre à la table, Le potager : planification, aménagement et entretien et Les trucs de culture de 25 légumes, de l’ail à la tomate. Coût : 25 $ et 30 $ + taxes. Pour information et inscription : lilimichaud.com

Bénévoles demandés
Le Domaine Maizerets a besoin de bénévoles pour la corvée d’arrachage de la renouée japonaise tous les mardis et jeudis entre 10h et 15h. Nul besoin d’inscription, il suffit de vous présenter au 2000, boul. Montmorency, Québec. Info : 418 522-0006.

Conversations horticoles
Durant la période de confinement due au coronavirus, Larry Hodgson offre gratuitement des «conversations horticoles» en direct les mercredis à 10h à facebook.com/JardinierParesseux.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com