Bières

L’affinage de la bière (3e partie)

CHRONIQUE / Troisième chronique de trois portant sur l’affinage de la bière. Cette dernière couvre l’affinage dans différents fûts autres que les whiskys.

Un vocabulaire riche

Pourquoi avoir utilisé le terme fût dans mes chroniques, plutôt que tonneau, barrique ou baril ? Pour le simple confort de l’écriture, les quatre termes sont synonymes et très souvent utilisés dans le milieu de la bière. 

Depuis quelques années, de nombreux brasseurs sont à la recherche de fûts provenant de partout dans le monde. Ils recherchent les composés aromatiques qui sont incrustés dans les pores du bois : arômes de noix de coco (lactone), de clou de girofle (eugénol), de fumée (méthyle-gaïacol), de vanille (vanilline), d’amandes (furfural). 

On l’a vu, chaque fût a son caractère, ses arômes et la bière qui y passe quelques mois s’en voit transformée. En voici quelques exemples.

Rhum, cépages blancs et rouges

Le rhum est un alcool issu de la fermentation et de la distillation de la canne à sucre. Il est consommé jeune ou vieux, affiné en fût. Après utilisation, les fûts contiennent beaucoup d’arômes vanillés et sucrés. L’affinage de la bière en fût de rhum n’est pas très populaire, se procurer des fûts de rhum vides et en bonne santé étant difficile.

L’affinage de la bière dans des fûts ayant contenu du vin est également de plus en plus populaire. Le cépage chardonnay est intéressant, donnant à la bière quelques notes agréables de poire et d’amandes. Plusieurs brasseries, dont la réputée Cantillon, utilisent également des fûts ayant contenu du vin jaune. Le résultat est incroyable. 

Des brasseries n’hésitent pas également à affiner de la bière dans des fûts ayant contenu du vin rouge. Certaines vont même jusqu’à nommer l’appellation, il s’agit bien plus d’un effet marketing qu’une réelle influence sur le goût ; le caractère transmis entre le fût et la bière n’est pas assez subtil pour différencier la géographie dans une dégustation à l’aveugle. Par contre, vous retrouverez des notes légèrement taniques fort intéressantes.

Autres alcools

Les fûts de cognac, rares car très peu disponibles, sont parfois utilisés pour affiner de la bière. On appréciera les notes subtiles qui se transmettent à la bière. On commence à voir arriver quelques bières affinées en fût de téquila, brandy, hydromel.

Sexologie

L’art du célibat

CHRONIQUE / «Célibataire, tant qu’à l’être, j’en profite pis pas à peu près ! »

Vous l’aurez compris, cette personne jouit bel et bien de son nouveau statut matrimonial. Victime, ou pas, d’une séparation qu’elle avait plus ou moins vue venir, celle-ci s’adonne maintenant à une nouvelle réalité. Liée par l’amour ou en couple depuis l’âge du jeune adulte, la voici maintenant, plus de deux décennies plus tard, libre comme l’air, et ce, encore plus concrètement une semaine sur deux. Faute de mieux ou par forfait, comme elle minimise, rationalise ou justifie possiblement sa peine d’amour, elle m’explique s’en donner à cœur joie dans l’art nouveau du célibat. Est-ce votre cas ?

À la vôtre

Neuf Chablis à tout prix!

CHRONIQUE / Après l’excursion de la semaine dernière dans le vignoble chablisien, la fièvre kimméridgienne se poursuit avec une sélection de chablis à vous mettre sous la dent!

*V = vignification vegan
*BIO = vin bio

PETIT CHABLIS

Domaine Besson 2016
23,75 $ • 13 771 891 • 12 % • 1,5 g/l • V

La relève est jeune et prometteuse chez ce domaine familial dirigé par Adrien, côté vignes, et par Camille, qui gère habilement la cave dans le respect des exigences du bio. Il se dégage du verre des notes de pierre à fusil et de cire ainsi qu’une droiture et une élégance distinctes de cette appellation. Un petit chablis digne du rang d’un chablis.

Le Bourlingueur

Au pied des palmiers géants

CHRONIQUE / Avant que l’autobus ne s’élance de la ville de Pereira, à l’ouest de Bogota, au centre de la Colombie, mieux vaut avoir posé un couvercle sur le café qu’on vient de s’acheter. Le café, c’est d’ailleurs un choix naturel, puisqu’il pousse précisément dans cette région du pays sud-américain.

Pourquoi le couvercle? Parce que les bus roulant vers Salento, base idéale pour visiter toute la région, ont tendance à attaquer le bitume à vitesse grand galop. À bord de ces véhicules, qui mettent une heure environ pour atteindre la petite base coloniale, 45 minutes quand le galop est particulièrement rapide, toutes les courbes paraissent prononcées.

Salento, c’est vraiment le cœur de tout. On y arrive souvent de Pereira, ville des affaires, ou d’Armenia, plus au sud. Pratique, pratique, le bus nous abandonne à la place centrale, bordée de palmiers et entourée de commerces. De là, en 8,22 minutes, on peut atteindre tous les recoins du village.

À Salento, on trouve au moins... une grande rue commerciale, ponctuée de restaurants et de boutiques. Sur les rues perpendiculaires, certains marchands se risquent en affaires surtout s’ils sont visibles de la calle Real, aussi appelée carrera 6.

Lové au creux des montagnes, le village vit des profits du café et des piscicultures de truites. Les promenades à dos de cheval y sont populaires. Mais avec une population oscillant autour de 4000 habitants, on risque surtout d’y croiser des touristes. Partout. Ceux qui mangent leur spaghetti en parlant vraiment fort. Ceux qui font retentir la musique tard le soir. Ceux qui hablan español juste un poquito mais qui préfèrent qu’on leur réponde in english.

Salento, ce serait tellement, tellement charmant sans les touristes. Ironie, quand tu nous tiens.

La beauté de la région, néanmoins, se trouve à environ 30 minutes de Jeep de la place centrale. Personnellement, je ne l’ai pas trouvée dans les plantations de café, qui offrent pourtant des paysages de cartes postales. Ma visite y a été expéditive et sans grandes explications. Rien d’impressionnant ou d’éducatif en comparaison avec la naissante Route du café que j’ai visitée en Haïti.

Mon bout de Colombie préféré, il était plutôt dans la vallée de Cocora. Aux heures, les Jeeps se remplissent de touristes prêts à randonner deux, trois ou cinq heures dans la vallée et la jungle colombienne. Combien de jeunes âmes peuvent monter à bord d’un seul véhicule tout terrain? 13, sans compter le conducteur. Trois passagers seront d’ailleurs debout, bien cramponnés à l’arrière.

Cocora, c’est la nature et la (presque) sainte paix. Dans un océan de verdure, rachitiques et énormes à la fois, se dressent, presque nus, les palmiers à cire du Quindio. Ces arbres, un des symboles de la Colombie, peuvent atteindre 60 mètres dans des conditions idéales et ne sont qu’un long tronc grisâtre coiffé de longues feuilles vertes. Ils sont tellement chétifs qu’on ne les croirait jamais aussi grands, vus de loin, si ce n’était de la perspective et des comparaisons avec tout ce qui les entoure.

Les palmiers à cire sont les plus grands palmiers du monde et sont maintenant protégés parce qu’ils sont menacés d’extinction. La cire qui couvre le tronc a longtemps été utilisée pour produire des chandelles.

Mon premier contact avec ces géants s’est fait de loin. Je les voyais dodeliner de la tête quelque part à l’horizon. Perchés sur des collines, ils rendaient ridicule tout randonneur, tellement minuscule, qui s’en approchait dans le lointain.

La vallée de Cocora, pour plusieurs, c’est l’occasion d’une superbe randonnée en nature. Les plus impatients commenceront par la fin en réalisant une boucle de deux ou trois heures directement vers lesdits palmiers. Les autres mettront cinq heures avant de dire qu’ils ont mérité de s’asseoir parmi les géants.

Après moins de dix minutes, on traverse un premier pont de corde et de bois. Vivement la fibre équilibriste. On s’improvise Indiana Jones, au moins un peu dans notre tête. On mettra une bonne demi-heure pour en revenir de la beauté qui nous enveloppe. On côtoie tantôt les vaches, tantôt quelques chevaux, avant de nous enfoncer dans la jungle.

On traversera la rivière une bonne dizaine de fois, toujours sur des ponts bringuebalants qu’il est recommandé de n’affronter qu’une personne à la fois. Deux bonnes heures plus tard, une halte est prévue pour la consommation de boissons chaudes. On s’y émerveille devant les buvettes des colibris. Les minuscules volatiles, par dizaines, virevoltent au grand plaisir des visiteurs. Ils se permettent presque de prendre la pose.

Un peu gagas, nous nous arrêtons longuement pour les observer.

Ce qu’il y a de beau, avec la plus longue route, c’est que l’ascension vers le sommet nous force parfois à ralentir pour reprendre notre souffle. Là, on lève la tête pour apercevoir un oiseau jaune, rouge ou bleu, ou on baisse le regard vers des fleurs et des champignons qui nous étaient encore inconnus.

C’est sur la voie du retour que les palmiers s’offrent vraiment au regard. Garanti, personne n’a l’œil assez grand pour en toiser un de pied en cap. Nenon. On fixe un billot gris ou on se casse le cou à essayer de voir la cime. Les photos qui rendent bien le phénomène ne se trouvent probablement nulle part. Zéro.

Il y a les figuiers plusieurs fois centenaires de l’Amazonie ou les séquoias de la côte Ouest. Ceux-là m’ont étiré les joues d’ébahissement. Les palmiers de Cocora paraissent toutefois bien plus irréalistes tellement ils sont longilignes. Et ils prouvent une fois encore que la nature nous fascinera toujours bien plus que n’importe quelle construction de l’homme.

Suivez mes aventures au www.jonathancusteau.com

Sexologie

Des orgasmes ralentis par la maladie

LE COURRIER DES LECTEURS / Bonjour Mme Bouchard, Jamais je n’aurais cru énoncer cette affirmation qui me fait tant souffrir. Du courage? Non. Du désir de vouloir trouver une solution même si je ne suis pas certaine qu’il y en a une? Oui. J’ai toujours aimé le sexe et mon partenaire, mon amoureux, mon mari, est un amant extraordinaire. Le hic, et il est gros, est que je suis atteinte de la sclérose en plaques. Le sexe, ça fait mal. Tous l’ignorent, mais les gens souffrants le savent, eux. Mon corps me fait mal de partout. Difficile alors de se laisser aller. Je fume une puff, ou deux, ou trois avant, mais les sensations sont diffuses. Au moins, je souffre moins. J’arrive à avoir un peu de plaisir. D’ailleurs, les orgasmes sont minimes, si ce n’est qu’absents. Autre particularité de la sclérose que l’on n’entend pas souvent parler. Dommage, car avant tout, je suis une femme qui aime faire l’amour avec mon amoureux. Celui-ci me fait sentir tellement sexy même dans mon corps qui m’est étranger. Merci

CHRONIQUE / Ce témoignage est révélateur de la réalité sexuelle de ces individus victimes de ce mal lancinant, hypothéquant, impossible à oublier, mais surtout, installé pour rester. La douleur chronique, il est grand temps qu’on en parle autrement. Merci à vous, Madame.

Bières

L’affinage de la bière (2e partie)

CHRONIQUE / Voici la deuxième chronique de trois portant sur l’affinage de la bière. Cette technique consiste à remplir des fûts en bois ayant contenu un autre alcool, et à laisser reposer la bière pour que celle-ci profite des arômes développés. Cette semaine, l’affinage en fût de whisky.

La particularité de la bière affinée, est que c’est avant tout de la bière.

De nombreux brasseurs aiment travailler avec des fûts ayant d’abord contenu de l’alcool, car ils peuvent comparer le produit affiné avec le produit non affiné. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir une version non affinée sur les tablettes et de découvrir la nouvelle version quelques mois plus tard ou une seule fois par année. 

Les deux se consomment et sont prêts à la vente, puisque dans les deux cas, il s’agit bien de bière.

Le choix du fût fait donc partie de la démarche, tout autant que le choix de la bière. Depuis l’arrivée des premières bières affinées, plusieurs grossistes en fûts d’occasion ont vu le jour et en proposent une gamme complète provenant de partout dans le monde, dont les whiskys écossais, qui ont la cote.

Tourbé or not tourbé ? 

L’Écosse possède un très grand nombre de distilleries installées dans différentes régions reconnues pour offrir chacune un goût particulier à ses whiskys. 

Les whiskys d’Highland sont considérés comme légers et délicats, alors que les whiskys des îles sont plus iodés et tourbés. Ce sont les matières premières qui définissent principalement le caractère du whisky. Le temps et le fût accentuent les saveurs. 

Si vous utilisez des malts fumés à la tourbe, vous donnerez des notes dites « tourbées », proches d’arômes de fumaison et de bois brulé. Si vous utilisez différents types de céréales, votre whisky aura un caractère minéral, épicé, poivré, etc. Lorsque le brasseur achète des fûts usagés, il veut profiter du caractère du whisky qui s’est transmis au bois. 

L'affinage sans marque

Devant le choix de fûts provenant d’Écosse, le brasseur est en mesure d’offrir une bière affinée dans un fût ayant contenu un whisky tourbé, un whisky pur malt ou un mélange de différents whiskys. 

Par contre, il est très rare d’annoncer la distillerie, puisque l’utilisation de la marque de commerce est très souvent prohibée. 

Plusieurs brasseries retournent cependant leurs fûts aux distilleries pour qu’ils soient à nouveau remplis de whisky et signent des ententes de partenariat, c’est tendance. 

À LA vÔTRE

Chablis : l'exception bourguignonne

CHRONIQUE / C’est comme si la froideur montréalaise s’était sournoisement faufilée dans nos valises pour nous talonner jusqu’à Chablis. Malgré la température peu clémente qui coïncida avec notre arrivée, la bonne humeur régnait. Après deux millésimes éprouvants, les vignerons de Chablis célèbrent enfin une vendange prospère tant pour sa qualité que son volume.

Pour tout dire, Chablis l’avait eue dure depuis 2011. Didier Seguier, maître de chai chez William Fèvre, parle de 2018 comme d’une grosse année. Selon lui, bien que ce ne soit pas un millésime de collectionneur, il y a de la richesse et, surtout, de la fraîcheur.

Historiquement, les gelées printanières de Chablis ont toujours donné du fil à retordre aux vignerons. Tellement qu’ils sont passés maîtres dans l’art des procédés antigel. Pour protéger les précieux bourgeons d’un gel, ils ont mis au point : dispositifs d’aspersion (utiliser la glace comme isolant pour le bourgeon), bougies et chaufferettes. D’ailleurs, avec les récentes gelées dévastatrices de 2016 et 2017, l’INAO vient d’autoriser l’expérimentation de bâches.

Bien que Chablis fasse partie de la Bourgogne, elle partage avec elle très peu de points communs. « En fait, ses sols ressemblent davantage à ceux de la Champagne », raconte Isabelle Raveneau, du Domaine Raveneau. Effectivement, cette région de l’extrême nord de la Bourgogne est géographiquement et géologiquement parlant plus près de Troyes en Champagne que de la capitale viticole de la Côte de Beaune, Beaune ou même de Dijon.

Second facteur différenciateur non négligeable : le terroir de Chablis est beaucoup plus facile à déchiffrer que le reste de la Bourgogne. Primo, c’est du chardonnay à la grandeur. Mais attention, ce n’est pas parce que la région ne produit que du blanc en monocépage qu’elle est monochrome. La diversité est pour ainsi dire infinie au sein des 4 appellations et des 47 climats. Pour comprendre de quoi il en relève, mieux vaut mettre de côté le chardo tel que vous le connaissez. Il incarne ici un style inimitable, élégant, éclatant et dont le mot d’ordre est la minéralité. Oubliez les jus de planche à la vanille, puisque l’usage parcimonieux du bois (ou carrément absent, c’est selon) laisse place à des arômes de fleurs, d’agrumes, de miel, de pierre à fusil et à des notes salines.

Deuzio, c’est l’orientation, la pente et le type de sol qui décident du classement d’un lopin de terre dans l’une ou l’autre des 4 appellations. Le chablisien se dessine comme une succession de vallées aux multiples expositions — sur tous les points cardinaux, plutôt qu’un seul — le long de l’étroite rivière Serein. Sur les plateaux des collines, caractérisés par les calcaires blancs du portlandien, prend place l’appellation petit chablis. Le vent sifflant soufflant, combiné au soleil moins plombant que sur les coteaux, contribue à forger des vins blancs moins alcooleux, délicats et destinés à une consommation immédiate et conviviale. Mais attention à l’interprétation de « petit » qui ne veut surtout pas sous-entendre « simplet », mais plutôt « celui qu’on boit jeune ». Comme m’a lancé jovialement Eric Szablowski, formateur accrédité de l’École des Vins de Bourgogne : « On boit un verre de chablis, mais on boit une bouteille de petit chablis! »

Sur les pentes, on trouve le kimméridgien, un sous-sol composé de marnes et de calcaires riches en fossiles d’Exogyra virgula (de petites huîtres en forme de virgule). Puisqu’il renforce la fraîcheur et la minéralité des vins, c’est le sol de prédilection des appellations chablis, chablis premier cru et chablis grand cru. Sur le coteau le mieux exposé et le plus près du Serein s’élève fièrement le grand cru. D’ailleurs, il n’y a pas des grands crus, mais bien un seul qui se décline en 7 climats : Bougros, Preuses, Vaudésir, Grenouilles, Valmur, Les Clos et Blanchot. Sur l’ensemble des vallées, les vignes des versants les mieux exposés sont classées en chablis premier cru, tandis que les envers et les bas coteaux sont catalogués en chablis. Parmi les 40 climats classés premier cru, Montée de tonnerre est considéré comme la star de l’arène puisqu’il est géographiquement très près du grand cru et géologiquement installé sur du kimméridgien pur (mais offert à une fraction du prix!).

L’affluent divise le vignoble chablisien en deux, créant la dualité rive gauche-rive droite, comme à Bordeaux. Au contraire du Bordelais toutefois, la différence de caractère entre les deux rives ne relève pas de l’encépagement, ni du sol, mais de l’exposition. Chaque vigne à Chablis reçoit sa dose de soleil, mais à différents moments de la journée, ce qui marquera différemment les vins. Au matin, le soleil inonde d’abord la rive gauche. Cette exposition sud-est induit au chablis premier cru davantage de fraîcheur, de tension et d’élégance. Face à la commune de Chablis, sur la rive droite, le chablis grand cru et le chablis premier cru profitent pour leur part d’une exposition sud-ouest, de fin de journée, synonyme d’un profil plus enveloppé, puissant et exotique.

Tercio, Chablis, c’est réellement l’exception bourguignonne. C’est l’une des seules places en Bourgogne où il est encore possible de boire raisonnablement. On boit salin, mais la facture est beaucoup moins salée! Généralement, les bouteilles de chablis premier cru de la rive droite sont plus dispendieuses que celles de la rive gauche. Pour ma part, j’ai préféré dans l’ensemble le chablis premier cru au grand cru, avec une petit parti pris pour la rive gauche avec les climats Vau de Vey et Montmains. Il me semble avoir aussi perçu davantage de bois dans les grands crus dégustés. Mais évidemment ça reste une question de goût. Isabelle Raveneau nous a d’ailleurs confié, entre deux dégustations de 2017 sur fût, préférer acheter du premier cru puisqu’il est habituellement 30 à 40 % moins cher que le grand cru, qui lui n’est pas nécessairement 30 à 40 % meilleur.

Surveillez ma chronique de la semaine prochaine pour connaître mes vins coups de cœur sur les quatre appellations de Chablis!  

Caroline était l’invitée du Bureau interprofessionnel des Vins de Bourgogne.

LE BOURLINGUEUR

Le déluge de Santa Marta

CHRONIQUE / La nuit s’affalait tranquillement sur Bogota, deux heures top chrono avant le décollage de mon vol vers Santa Marta, au nord de la Colombie. Pourtant, j’en étais encore à boucler mes bagages, à l’hôtel. Sans être en avance, pour un vol intérieur, j’hésitais à croire que j’étais en retard.

À mon arrivée à l’aérogare, sur le grand écran à côté du vol d’Avianca, clignotait le mot « delayed ». Retardé. Jurons intérieurs. Avec le retard, j’arriverais à destination en milieu de nuit. C’est que de l’aéroport de Santa Marta, il fallait prévoir une bonne heure de route pour trouver mon hôtel, à l’orée de la jungle du parc national de Tayrona.

Misère de misère!

Je ne me doutais pas encore de la raison du retard de ce vol. Je ne comprendrais que deux heures plus tard, quand la carlingue de l’avion s’agitait de gauche à droite juste avant l’atterrissage sur une piste plus que détrempée. Les éclairs illuminaient la piste. Du haut des airs, on apercevait les voitures immobilisées le long de la route, les quatre clignotants en fonction. Des automobilistes se risquaient à poursuivre leur route malgré l’eau qui atteignait presque le bas des portières. L’appareil s’est posé comme une tonne de brique.

Alors que j’attendais mon sac à dos au carrousel à bagages, un flot de voyageurs inattendu s’est dirigé en courant vers la sortie. Tous les vols en attente venaient d’être annulés. Ceux qui nous avaient précédés avaient apparemment été détournés vers Barranquilla ou Carthagène. Grâce à une toute petite éclaircie, je m’étais pourtant posé à destination. Bonne ou mauvaise nouvelle? Ça restait à voir. Les sorties étaient prises d’assaut.

Les taxis ne suffisaient pas à la tâche devant ce tout petit aéroport. Parce que trop peu nombreux pour les voyageurs entassés à la pluie battante, les chauffeurs faisaient grimper leurs prix. Certains passagers potentiels se chamaillaient, si bien que le calme et la patience étaient de mise.

Un chauffeur a accepté de réduire son prix à condition de pouvoir faire monter une autre cliente qu’il laisserait en chemin. Marché conclu.

Au volant, le jeune homme avait l’air à peine adulte. Il avait pourtant 27 ans et jamais il n’avait vu pareille averse. Les essuie-glace brossaient frénétiquement le pare-brise sans parvenir complètement à éliminer toute l’eau qui n’en finissait plus de tomber. À l’intérieur, impossible d’attacher nos ceintures de sécurité. Il fallait se cramponner et faire confiance.

Filant à toute vitesse, le taxi a ralenti au moment d’apercevoir plusieurs phares immobiles sur la route. Certains véhicules circulaient à contresens. En aval, des policiers bloquaient la route, inondée de plus d’un mètre d’eau.

Le jeune chauffeur a fait demi-tour avant de s’engager dans une rue perpendiculaire particulièrement cahoteuse. L’autre passagère, se tournant vers moi, s’est montrée autoritaire : « Verrouillez les portières ».

Le conducteur s’est emparé de son radio-transmetteur pendant que je valsais au rythme des grosses pierres que nous attaquions de front. « J’entre dans le secteur Libano. Je répète, je suis dans le secteur Libano. S’il arrive quoi que ce soit, je vous avertirai. Je suis dans le secteur Libano. »

Me voilà rassuré! (Pas vraiment!)

Faut croire que les bandits aussi trouvaient que ce n’était pas un temps à coucher dehors. Pas d’incident malheureux à déplorer.

Après nous être délestés d’une passagère, nous avons contourné l’inondation pour retrouver la route principale : celle s’enfonçant aux abords du parc Tayrona. « Faites attention aux arbres qui sont tombés et aux glissements de terrain qui obstruent la route », prévient la préposée au péage qui ne voyait certainement pas beaucoup de passants par de telles conditions.

Le ciel coulait depuis plus de cinq heures et ne semblait pas vouloir se calmer. Déjà deux ou trois coulées de boue nous avaient forcés à louvoyer sur la grand-route quand nous nous sommes engagés dans un chemin non pavé. Un panneau annonçait mon hôtel à quelque 300 mètres, mais aucun véhicule ne s’y rendrait. Les pneus s’enfonçaient dans la boue bien tendre. Il faudrait faire le dernier bout à pied.

Le chauffeur, avec moi, a bravé les cordes qui tombaient pour se buter à un torrent bouillonnant. La route, devant nous, était coupée par une rivière qui, de toute évidence, n’a pas l’habitude de faire son lit à cet endroit. Sur la rive opposée, on apercevait la clôture de l’hôtel. Il aurait toutefois été beaucoup trop périlleux de tenter quoi que ce soit pour dormir dans le lit que j’avais réservé.

Le conducteur de la bagnole jaune comme allié, je suis reparti sur la route principale pour m’arrêter partout où le mot hôtel avait été placardé dans l’entrée.

Toc! Toc! Pas de réponse. Ding! Dong! Pas de réponse non plus.

À la cinquième halte, au moment d’abdiquer à nouveau devant une petite maison identifiée comme Hostal El Indio, une lumière s’est allumée. Un vieillard, une serviette autour de son corps presque nu, a déverrouillé. L’endroit, qu’aucun autre client n’avait trouvé, n’était pas tout à fait prêt à recevoir des visiteurs. Vitement, l’homme a jeté des draps sur un lit en s’excusant. Il s’est retiré pour passer la nuit dans un hamac, sous une gloriette située à l’extérieur.

J’étais finalement au sec, après avoir offert un généreux pourboire au chauffeur du taxi. Mais ironiquement, par temps de grande pluie, certains hôtels, comme celui où je me trouvais, sont privés... d’eau courante.
CHRONIQUE-separateurs:        

Suivez mes aventures au www.jonathancusteau.com.

Sexologie

Miroir, miroir, c’est moi la plus belle!

CHRONIQUE / Pas assez belles pour faire l’amour. Non pas aux yeux de leur entourage ou des étrangers, et encore moins à ceux de leur partenaire. Ces femmes ne sont pas assez belles pour faire l’amour... selon elles-mêmes !

Plusieurs femmes que j’évalue se disent incapables de se donner à l’autre, de s’accorder du plaisir et de vivre en harmonie avec leur corps. Elles me consultent en prétextant une problématique sexuelle, mais rapidement, je me rends compte que c’est d’amour propre, de reconnaissance, d’estime ou de confiance personnelle dont elles manquent. Elles ne s’aiment pas, se trouvent laides.

Bières

L’affinage de la bière (1re partie)

CHRONIQUE / Je vous propose une série de trois chroniques sur l’affinage de la bière. Cette technique consiste à remplir des fûts en bois ayant contenu un alcool et à laisser reposer la bière pour que celle-ci profite des différents arômes et goûts qui sont contenus dans le fût. Cette première chronique porte sur l’affinage en fût de bourbon.

Affinage ou vieillissement

Il n’est pas rare de voir le mot « vieillissement » associé à de la bière qui a passé quelques mois dans des fûts de bois ayant contenu préalablement de l’alcool. Je préfère utiliser le mot « affinage ». Le vieillissement n’est pas en soi une action, mais un état. On vieillit, on subit l’âge et on n’a pas vraiment décidé de vieillir, c’est un fait. L’affinage consiste plutôt à utiliser le temps et les modifications qu’il apporte à un produit. C’est donc un choix délibéré d’utiliser le temps pour modifier l’état d’un produit. Une vieille bière et une bière affinée sont donc deux produits différents. L’homme ayant volontairement pris soin du produit affiné pendant le temps nécessaire pour que le résultat final soit à son goût. Et, entre nous, une bière affinée, c’est quand même beaucoup plus joli à dire qu’une bière vieillie. 

Le bourbon

Pourquoi de nombreuses bières américaines sont affinées dans des fûts ayant contenu du bourbon ? Parce que les fûts de bourbon ne sont utilisables qu’une seule fois et les distilleries ne peuvent pas les réutiliser. Ils sont donc vendus à des distilleries écossaises pour affiner le scotch (j’y reviendrai la semaine prochaine) ou vendus à des brasseries depuis la fin des années 80. En Amérique du Nord, la brasserie qui possède l’un des plus grands chais est Goose Island. Des milliers de fûts à perte de vue dans un grand hangar en banlieue de Chicago. Goose Island est reconnue mondialement pour son programme d’affinage en fût. Les produits les plus fins sont extrêmement rares à trouver. Peu de gens le savent, mais la Kentucky Ale Brewing Company possède également une très grande chambre froide contenant des milliers de fûts. Pourquoi affiner à froid ? Pour mieux contrôler les saveurs, selon la brasserie. 

Pourquoi affiner ?

Que recherche le brasseur lorsqu’il place de la bière dans un fût de bois usagé ? Les saveurs et les goûts du fût ! Un alcool de grain qui a passé des années dans un tonneau de bois, froid l’hiver, chaud l’été (les immenses chais au Kentucky ne sont pas isolés) est allé chercher des notes de vanille et de bois en laissant les siennes de caramel et d’alcool, par exemple. Y verser une bière, c’est s’assurer que l’expérience de chaque fût soit transmise à la bière. Tout simplement.

Au Québec, de très nombreuses brasseries affinent des bières en fût de bourbon. En règle générale, les bières choisies seront maltées, riches, rondes, bien alcoolisées et à fort caractère. L’affinage a tendance à les rendre plus souples, plus riches et plus rondes. Le temps fait si bien les choses.