Accueil des délégués à une convention annuelle de l’Union, probablement au début des années 1960

UMQ: 100 ans en mouvement

Histoire de l’UMQ: Unité, autonomie, démocratie

Pour fêter dignement son centième anniversaire, l’Union des municipalités du Québec a demandé à l’historien Harold Bérubé de retracer avec fidélité dans un ouvrage historique son parcours au service des municipalités. Unité, autonomie, démocratie: une histoire de l’UMQ (1919-2019) sera lancé à l’occasion des assises annuelles de l’UMQ en mai prochain.

«Intéressé préalablement par l’histoire des villes, ce défi a soulevé mon intérêt. L’histoire de l’UMQ est l’occasion d’ouvrir une fenêtre sur l’histoire méconnue du monde municipal au Qué­bec.» Le professeur à l’Université de Sherbrooke s’est plongé dans les archives de l’UMQ, les procès-verbaux de l’association ainsi que dans les journaux de l’époque pour étayer son propos.

Une naissance tardive

Si, au niveau pancanadien, un premier regroupement des muni­­cipalités a été créé au tournant du 20e siècle, en 1901, il faudra attendre 1919 pour voir la naissance de l’UMQ, alors que les autres provinces ont connu de telles organisations plus d’une décennie plus tôt. 

«Je vois deux raisons principales à cela: tout d’abord, le Québec était très bien représenté dans les instances pancanadiennes et ensuite, la 1re Guerre mondiale est venue ralentir le processus commencé en 1912», explique Harold Bérubé.

Les 20 premières années de l’UMQ seront marquées par le travail de deux hommes qui assureront au mouvement des assises solides: Joseph Beaubien, maire de la cité d’Outremont, qui sera le premier président, et Téle­sphore-Damien Bouchard, maire de Saint-Hyacinthe et député provincial qui sera le premier secrétaire-trésorier.

Trois moments clés

«Je relèverai trois périodes clés pour résumer la longue et riche histoire de l’UMQ.» L’auteur du livre anniversaire de l’organisation parle tout d’abord de la période sombre qui va de la crise économique des années 30 à la fin de la 2e Guerre mondiale. Le mouvement a tenté de survivre presque sans moyen durant cette époque.

«Ensuite, dans les années 60, la construction de l’État providence met au défi l’UMQ de trouver sa place face à un gouver­nement centralisateur qui est plus adversaire que partenaire des municipalités qu’il contourne souvent dans ses décisions», poursuit l’historien.

Finalement, vers le début des années 90, l’État providence s’essouffle et le gouvernement provincial décentralise. Malheu­reusement, ce qui devait être un transfert de responsabilités et de ressources ne se déroule pas comme prévu. Les transferts de ressources ne suivent pas ce mouvement et les municipalités se retrouvent devant de grandes difficultés.

Des défis permanents

La remarquable longévité du mouvement s’explique par des défis qui n’ont pas vraiment changé en 100 ans. «L’unité, l’auto­nomie et la démocratie sont des combats permanents de l’UMQ. Le titre de mon livre reflète parfaitement des réalités qui traversent l’histoire de ce regroupement municipal.»

Pour Harold Bérubé, maintenir une union entre des municipalités diverses qui ont des intérêts et des besoins différents – condition de succès de l’UMQ – lutter pour une autonomie en propre et ne pas être que des « créatures » du gouvernement et devenir un véritable lieu de débats démocratiques proche des citoyens sont des défis qui restent aujourd’hui encore pleins et entiers.

La présidence de l’UMQ: de 1919 à nos jours

  • 1919 – 1938: M. Joseph Beaubien
  • 1938: M. Anatole Carignan
  • 1938 – 1944: M. Napoléon Courtemanche
  • 1944 – 1946: M. Lucien Borne
  • 1946 – 1947: M. Paul Pratt
  • 1947 – 1948: M. Raymond Brunet
  • 1948 – 1949: M. Arthur Rousseau
  • 1949 – 1950: M. P. Horace Boivin
  • 1950 – 1951: M. Joseph Racine
  • 1951 – 1952: M. François Roy
  • 1952 – 1953: M. E.O. Picard
  • 1953 – 1954: M. J.A. Bégin
  • 1954 – 1955: Dr R.A. Lepage
  • 1955 – 1956: M. Fridolin Simard
  • 1956 – 1957: M. Rosaire Gauthier
  • 1957 – 1958: Me C.N. Dorion
  • 1958 – 1959: Me Armand Nadeau
  • 1959 – 1960: Dr Camille A. Roussin
  • 1960 – 1961: M. Rodolphe Caouette
  • 1961: M. Louis O. Roy
  • 1961 – 1962: M. Armand Turpin
  • 1962 – 1963: Me Marcel Marier
  • 1963 – 1964: M. Robert Cauchon
  • 1964 – 1965: M. Rosaire Gendron
  • 1965 – 1966: M. Fernand Drapeau
  • 1966 – 1967: M. Georges Hébert
  • 1967 – 1968: Me Maurice Tessier
  • 1968: Me Jacques Lafontaine
  • 1968 – 1969: M. Yves Ryan
  • 1969 – 1970: M. Marcel D’Amour
  • 1970 – 1971: M. Réal Desrosiers
  • 1971 – 1972: M. Clovis Langlois
  • 1972 – 1973: M. Jacques Tétreault
  • 1973 – 1974: M. Maurice Paradis
  • 1974 – 1976: M. Gilles Lamontagne
  • 1976 – 1978: M. L. Philippe Bernier
  • 1978 – 1982: M. Jacques O’Bready
  • 1982 – 1984: M. Francis Dufour
  • 1984 – 1986: M. Jean Corbeil
  • 1986 – 1988: M. Jean Pelletier
  • 1988 – 1990: M. Camille Rouillard
  • 1990 – 1991: M. Jean-Louis Desrosiers
  • 1991 – 1993: M. Ralph Mercier
  • 1993 – 1995: M. Ulric Blackburn
  • 1995 – 1997: M. Gilles Vaillancourt
  • 1997 – 2000: M. Mario Laframboise
  • 2000 – 2001: Me Guy LeBlanc
  • 2001 – 2002: M. Bernard Gagnon
  • 2002 – 2004: Mme Francine Ruest-Jutras
  • 2004 – 2005: M. Michel Tremblay
  • 2005 – 2008: M. Jean Perrault
  • 2008 – 2010: M. Robert Coulombe
  • 2010: M. Marc Gascon
  • 2010 – 2014: M. Éric Forest
  • 2014 – 2016: Mme Suzanne Roy
  • 2016 – 2017: M. Bernard Sévigny
  • 2017 à aujourd'hui: M. Alexandre Cusson