TOURISME - SOUS LE SIGNE DE LA NOUVEAUTÉ

Cirque du soleil - Hommage aux colocs. Une «p’tite nuite» à Trois-Rivières

Il y aura un air festif et plutôt éclaté cet été à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières. Après avoir rendu hommage à Beau Dommage, Robert Charlebois et Luc Plamondon, c’est à l’œuvre des Colocs que le Cirque du Soleil s’attaque cet été, en présentant Juste une p’tite nuite, le quatrième opus de sa série Hommage à Trois-Rivières.

Et même si l’équipe de 45 Degrees, la branche événementielle du Cirque du Soleil, semble avoir bien pris ses aises à l’amphithéâtre depuis les trois dernières années, le défi de se renouveler, d’aller toujours ailleurs et à la fois de rendre un hommage mérité à l’artiste demeure bien présent dans la tête des créateurs. 

«Je suis agréablement surpris de voir qu’on peut se permettre encore un peu plus que ce que je pensais. Le défi, après quatre ans, c’est évidemment de ne pas faire les mêmes choses, d’aller dans une autre direction. Mais évidemment, se réinventer, ça coûte des sous. Mais de voir que nos idées et notre volonté créative arrive à cadrer dans notre réalité budgétaire, c’est encourageant», lance le metteur en scène, Jean-Guy Legault, en éclatant de rire.

L’univers des Colocs est unique, ça on le sait. Et c’est aussi de cette manière qu’il doit se refléter sur scène, ce qui comporte son lot de défis, constate Jean-Guy Legault.

«On a pris la décision d’en faire un bordel chorégraphié, un bordel organisé, ce qui est loin d’être facile. À la limite, il est parfois plus facile de faire quelque chose de très léché, de bien placé. Ici, on donne l’illusion qu’on crée un gros party hors de contrôle, ce qu’on n’a pas vu au cours des dernières années», renchérit le metteur en scène. 

Déjà, deux extraits musicaux ont été dévoilés au grand public, soit la pièce titre Juste une p’tite nuite, ainsi que Passe-moé la puck, deux extraits revisités par le directeur musical, Jean-Phi Goncalves, qui permettent aussi au public de découvrir un peu la direction que tendra à prendre ce spectacle, qui mettra en vedette 27 acrobates, danseurs et comédiens sur scène.

«Notre public cible reste très large, même si les Colocs n’ont pas été présents 40 ans sur la scène québécoise. La réalité, c’est que les Colocs ne sont jamais disparus des ondes, que leur musique est encore très présente et surtout, qu’elle rejoint toutes les générations», croit Jean-Guy Legault.

À l’Amphithéâtre Cogeco, la fébrilité entourant l’accueil de ce spectacle unique se fait déjà sentir, jusqu’à la billetterie où les soirs de spectacle se remplissent de plus en plus. «On a une réponse extra au niveau de la vente des billets. Déjà, à l’annonce du spectacle, nous avions eu une très bonne réponse de la part du public. Les commentaires étaient positifs et nous avons eu notre plus grande portée sur les réseaux sociaux à ce jour», constate le directeur de la Corporation des événements, Steve Dubé.

Une vente de billets qui, pour le moment, se compare aux années antérieures, alors que le plan de commercialisation n’est pas encore débuté. Au cours des prochaines semaines, l’équipe de la Corporation des événements multipliera les activités promotionnelles et campagnes publicitaires pour faire connaître davantage le produit et inciter les spectateurs à ne pas manquer ce rendez-vous musical et artistique unique.

Si la conception du spectacle est remise à 100 % dans les mains de l’équipe de 45 Degrees et du Cirque du Soleil, l’Amphithéâtre Cogeco, de son côté, travaille à innover et à améliorer l’expérience client d’une année à l’autre. «Après trois ans de spectacles, on se met en mode analyse. Comment est-ce qu’on pourrait aller plus loin pour faire vivre une meilleure expérience aux clients? On a repensé l’arrivée sur le site. Dès que les gens auront passé les guichets, ils verront une énorme différence. Il y aura des infrastructures, de l’animation. On veut que les gens profitent du début jusqu’à la fin de leur expérience et de l’ambiance des lieux, et ça va commencer dès leur arrivée sur le site», promet Steve Dubé, sans toutefois vouloir dévoiler trop de surprises. 

Par ailleurs, l’Amphithéâtre Cogeco fera quelques pas de plus cette année vers une perspective de développement durable, et les commodités et services mis en place sur le site refléteront cette volonté. De plus, la décoration et l’animation entourant le spectacle se feront voir et sentir jusqu’à la rue des Forges, créant le plus possible une unité entre l’offre de l’Amphithéâtre Cogeco et l’ambiance estivale festive du centre-ville de Trois-Rivières.

Juste une p’tite nuite sera présenté du 18 juillet au 18 août à raison de quatre représentations par semaine, du mercredi au samedi. Les billets sont en vente au amphitheatrecogeco.com.