Pharmaciens propriétaires, affiliés à Brunet

Opioïdes et surdosage

Depuis quelque temps, les médias ne cessent d’évoquer la crise des opioïdes au Canada. Qu’en est-il exactement? Voici donc un bref survol de la situation et d’une solution proposée par nos gouvernements : la distribution de la naloxone au grand public.

Les opioïdes, qu’est-ce que c’est?

Les opioïdes sont des médicaments principalement utilisés sous ordonnance dans le soulagement de la douleur aiguë ou chronique, mais également pour le soulagement de la toux ou parfois, des diarrhées chroniques. Les plus prescrits parmi ceux-ci sont la codéine, la morphine, l’hydromorphone et le fentanyl. Ils peuvent être très utiles pour améliorer la qualité de vie des patients concernés et sont relativement sécuritaires lorsqu’un suivi médical approprié est réalisé par l’équipe traitante. 

Malheureusement, ceux-ci sont parfois utilisés dans un but récréatif pour les effets euphorisants (high) ou sédatifs qu’ils peuvent provoquer : il s’agit alors d’une utilisation inappropriée pouvant avoir des conséquences très fâcheuses pour son utilisateur.

Surdose, un mot courant…

Une surdose aux opioïdes est une intoxication qui peut parfois mener au décès de l’utilisateur. Les principaux signes d’une possible surdose sont la perte de conscience, l’incapacité à se réveiller, les lèvres ou les ongles bleus, la respiration lente ou faible à inexistante, la peau froide et moite … etc.

Bien qu’elle puisse subvenir dans un contexte médical optimal, la surdose est plus souvent rencontrée dans un contexte récréatif ou dans le cas d’une consommation problématique. À titre d’exemple, le dépassement des doses, la prise erratique – sauter des doses et reprendre à pleine dose, la création d’un besoin inapproprié par le consommateur, la prise de la médication d’une autre personne, l’augmentation brusque des doses, la consommation simultanée d’alcool ou d’autres drogues et la consommation de drogues produites illégalement peuvent favoriser ce surdosage. Les interactions médicamenteuses avec certains produits en vente libre ou sous ordonnance peuvent également provoquer une surdose : il est très important de toujours vérifier avec votre pharmacien la compatibilité de ces combinaisons.

Isabelle Levasseur, Jean-Sébastien Ricard, Isabelle Baril pharmaciens propriétaires affiliés (1123, rue Ste-Marguerite, Trois-Rivières)

La naloxone peut sauver des vies

La naloxone est un médicament utilisé depuis plusieurs années pour renverser l’effet des opioïdes. C’est donc l’antidote par excellence utilisée en cas d’intoxication. Elle existe sous deux formes : injectable et intranasale. Bien conscient du caractère utile et sécuritaire de ce médicament qui peut même sauver des vies, le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a d’ailleurs mis en œuvre en 2017 un programme de gratuité pour le service de la naloxone en pharmacie dans le but de lutter contre la crise des opioïdes. 

Mais qui peut se procurer la naloxone? Toute personne utilisatrice d’opioïdes et toute autre personne pouvant intervenir auprès de cette personne (conjoint, ami, intervenant, infirmière, enfant …etc). Où peut-on se la procurer? Dans toute pharmacie inscrite au registre national de distribution de la naloxone, moyennant une formation préalable par le pharmacien. 

Ainsi, si vous habitez avec une personne utilisant des opioïdes prescrits ou sans ordonnance, si vous vous occupez d’une personne âgée traitée avec des opioïdes, si vous travaillez avec des personnes à risque de toxicomanie, etc, une trousse de naloxone pourrait vous être utile.

Par Jean-Sébastien Ricard, pharmacien affilié à Brunet

Source : Santé Canada, Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec