Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Votre santé, notre priorité!

Allergies saisonnières

À vos mouchoirs, prêts, partez! Après un long et rude hiver, le printemps est finalement arrivé et plusieurs s’en réjouissent. Ce n’est pas votre cas? Vous êtes plutôt du type à angoisser à l’arrivée des beaux jours? Yeux rouges, éternuements, nez qui coule ou congestionné, il n’y a pas de doute, pour vous, le printemps est un véritable cauchemar en raison des allergies saisonnières. Vous n’êtes toutefois pas les seuls. Plus de 17 % de la population souffre de symptômes liés aux allergies saisonnières. Heureusement, des solutions efficaces existent pour les combattre.

Tout savoir sur les allergies saisonnières

Les allergies saisonnières, aussi appelées rhinite allergique saisonnière ou rhume des foins sont un type de réaction allergique qui peuvent avoir de multiples causes dont le pollen. Si les allergies saisonnières sont très différentes des allergies alimentaires, leurs causes sont toutefois identiques. Il s’agit en fait d’une réponse exagérée du système immunitaire qui réagit en présence d’un corps étranger généralement inoffensif.

Pour se défendre contre cette substance jugée invasive, les cellules du système immunitaire libèrent alors des substances chimiques non nécessaires. C’est pourquoi, lorsque ces substances sont libérées lors du contact entre l’allergène et les anticorps, de nombreuses personnes ressentent des symptômes reliés aux allergies saisonnières.

Des médicaments efficaces

Cette année, ne laissez pas les allergies ruiner votre printemps! Contrairement à ce que plusieurs peuvent penser, s’enfermer à l’intérieur n’est pas l’unique solution. En effet, des médicaments disponibles en pharmacie peuvent soulager ces symptômes indésirables.

Bien connus, les  antihistaminiques oraux représentent le principal traitement  des allergies saisonnières. Le rôle de ces derniers est de bloquer l’action des substances chimiques responsables des symptômes. Vendus en pharmacie sous forme de comprimés ou en sirop, les antihistaminiques sont efficaces pour soulager des symptômes légers à modérés. Ils doivent cependant être pris dès l’apparition des premiers symptômes et durant toute la période où ceux-ci se manifestent. Par ailleurs, de nombreux pharmaciens recommandent de choisir les antihistaminiques de deuxième génération tels que Aerius, Allegra, Claritin et Reactine qui causent peu ou pas de somnolence et qui peuvent généralement être pris une seule fois par jour.

Désormais disponibles en vente libre au comptoir pharmaceutique sous certaines modalités, dont une consultation avec le pharmacien, les corticostéroïdes en vaporisateur nasal sont également une solution efficace lorsque les symptômes sont considérés modérés à sévères, puisqu’ils réduisent l’inflammation de la muqueuse nasale qui provoque habituellement la congestion. De plus, comme le délai d’action est plus long, les corticostéroïdes en vaporisateur nasal doivent être débutés au moins deux à trois semaines avant la période des allergies et être pris en continu pendant toute la durée des symptômes afin d’en ressentir des bienfaits significatifs.

Bien  qu’il existe divers produits pour contrer les allergies saisonnières en vente libre, consultez votre pharmacien de la pharmacie Isabelle Baril, Isabelle Levasseur et Jean-Sébastien Ricard – affiliée à Brunet afin de choisir le médicament qui vous convient le mieux.

PHARMACIENS PROPRIÉTAIRES, AFFILIÉS À BRUNET

Voyage à l’étranger. Mieux vaut prévenir que guérir!

Les températures froides et la neige reçue en abondance cet hiver vous poussent à partir en voyage prochainement? Évidemment, votre souhait le plus cher est de revenir de ce périple la tête pleine de moments inoubliables. La plupart du temps, c’est bien le cas. Toutefois, il est important d’être prévoyant avant votre départ afin d’éviter de contracter certaines maladies qui pourraient très bien ruiner votre voyage. Peu importe votre destination, la meilleure façon de passer de belles vacances est de vous préparer à l’avance.

Les vaccins

Voyager à l’étranger comporte évidemment quelques risques. En voyage, il est donc possible d’être exposé à certaines maladies telles que l’hépatite B, la diphtérie, la rougeole, la rubéole, la coqueluche et bien d’autres. La majorité d’entre elles peuvent cependant être évitées grâce à la vaccination.

Toutefois, selon la destination choisie, en plus des vaccins de base, des vaccins plus spécifiques peuvent être requis pour prévenir d’autres maladies comme le choléra, l’hépatite A, la diarrhée du voyageur (tourista), la fièvre jaune, ou encore, la fièvre typhoïde.

Si un vaccin requiert plusieurs doses, un délai est parfois nécessaire entre celles-ci. Afin d’éviter les imprévus, il est primordial de planifier votre vaccination adéquatement au moins six semaines avant votre départ.

N’hésitez pas à consulter votre pharmacien si vous avez des questions concernant les vaccins à recevoir avant un voyage.

Trousse de santé

Pour vous assurer de passer des vacances agréables et sans anicroche, en plus des vaccins, il est important de toujours avoir en sa possession une trousse de produits de santé qui contient les fournitures de premiers soins et les médicaments qui ne sont pas toujours accessibles dans d’autres pays.

Pour pallier toute éventualité, la trousse de voyage idéale contient suffisamment de fournitures pour prévenir des maladies et pour traiter des blessures mineures, bénignes et affections médicales préexistantes pendant une durée plus longue que la durée prévue du voyage.

Puisque la diarrhée du voyageur est chose commune dans plusieurs destinations soleil, il est par ailleurs fortement recommandé d’avoir en sa possession un antibiotique qui peut être utilisé le cas échéant. De plus, une médication préventive est fortement suggérée pour les destinations à risque de malaria.

Concernant la prise de médicaments quotidienne, il est également important d’en apporter plus que nécessaire pour toute la durée du voyage. Parlez-en à votre pharmacien. 


Pharmaciens propriétaires, affiliés à Brunet

Opioïdes et surdosage

Depuis quelque temps, les médias ne cessent d’évoquer la crise des opioïdes au Canada. Qu’en est-il exactement? Voici donc un bref survol de la situation et d’une solution proposée par nos gouvernements : la distribution de la naloxone au grand public.

Les opioïdes, qu’est-ce que c’est?

Les opioïdes sont des médicaments principalement utilisés sous ordonnance dans le soulagement de la douleur aiguë ou chronique, mais également pour le soulagement de la toux ou parfois, des diarrhées chroniques. Les plus prescrits parmi ceux-ci sont la codéine, la morphine, l’hydromorphone et le fentanyl. Ils peuvent être très utiles pour améliorer la qualité de vie des patients concernés et sont relativement sécuritaires lorsqu’un suivi médical approprié est réalisé par l’équipe traitante. 

Malheureusement, ceux-ci sont parfois utilisés dans un but récréatif pour les effets euphorisants (high) ou sédatifs qu’ils peuvent provoquer : il s’agit alors d’une utilisation inappropriée pouvant avoir des conséquences très fâcheuses pour son utilisateur.

Surdose, un mot courant…

Une surdose aux opioïdes est une intoxication qui peut parfois mener au décès de l’utilisateur. Les principaux signes d’une possible surdose sont la perte de conscience, l’incapacité à se réveiller, les lèvres ou les ongles bleus, la respiration lente ou faible à inexistante, la peau froide et moite … etc.

Bien qu’elle puisse subvenir dans un contexte médical optimal, la surdose est plus souvent rencontrée dans un contexte récréatif ou dans le cas d’une consommation problématique. À titre d’exemple, le dépassement des doses, la prise erratique – sauter des doses et reprendre à pleine dose, la création d’un besoin inapproprié par le consommateur, la prise de la médication d’une autre personne, l’augmentation brusque des doses, la consommation simultanée d’alcool ou d’autres drogues et la consommation de drogues produites illégalement peuvent favoriser ce surdosage. Les interactions médicamenteuses avec certains produits en vente libre ou sous ordonnance peuvent également provoquer une surdose : il est très important de toujours vérifier avec votre pharmacien la compatibilité de ces combinaisons.